Parachutisme et handicap : 230 euros pour s'offrir le ciel !

Résumé : Tentez le grand saut avec Hanvol ! Cette association, implantée près de Lille, propose la découverte et la formation du parachutisme handisport, quel que soit le handicap. Paré pour une expérience extrême en tandem ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Ce jour-là, le ciel était capricieux. Pas question de défier la météo. Question de sécurité. L'avion restera au sol. Le parachutisme, un sport extrême, certes, mais jamais à risque ! Pourtant, en termes d'audaces, l'Ecole française de parachutisme de Bondues s'y connait. Elle propose en effet une prestation inédite : des sauts en parachute en tandem pour les amateurs en situation de handicap visuel, auditif ou moteur. Pour le handicap mental, pourquoi pas ? L'idée est lancée mais, pour le moment, l'expérience n'a jamais été tentée.

Promouvoir le handi-parachutisme en France

C'est Jean-Yves Boulard, spécialiste en raids multisports, qui est à l'origine de cette initiative. « Il y a sept ans, j'ai vu arriver Laurent, un ancien para militaire qui avait perdu en partie la vue lors d'une mission. Face à sa détermination, nous avons décidé de créer une section destinée à promouvoir le handi-parachutisme. » Il faut néanmoins encore un peu de temps pour vaincre les réticences, surtout médicales. Ces Nordistes prêts à tout tentent les premiers sauts, histoire de prouver que ce défi n'est pas totalement inconcevable. Hanvol voit le jour, et monte peu à peu en puissance. Depuis sept ans, son engagement a permis d'étayer la collaboration entre la Fédération française handisport et la Fédération française de parachutisme. C'est la seule section handisport de parachute en France. Au-delà de la pratique locale, Hanvol a également pour ambition d'initier d'autres clubs. Parce qu'aujourd'hui seuls 10 % des moniteurs de parachutisme ont la qualification handisport, elle s'engage dans la formation d'encadrants spécialisés. A Bondues, c'est Arnaud Picard (15 000 sauts à son actif) qui, depuis 2011, promet à ses membres de gagner en légèreté en défiant les nuages.

Une tentation pour tous

Sur le plancher des vaches, tout a été pensé pour accueillir les candidats en situation de handicap : des places de stationnements réservées, une signalétique adaptée, des sanitaires réaménagés, une rampe d'accès... La section handisport dispose d'un local où ils peuvent prendre le temps de s'équiper. Quelques adaptations et équipements supplémentaires sont en effet nécessaires pour assurer leur sécurité. Quelques précautions : un certificat médical de non contre-indication, 15 ans minimum et un poids inférieur à 90 kg. « Le parachute pèse déjà 25 kilos, explique Jean-Yves. Alors, avec deux sauteurs en tandem, le moniteur doit supporter plus de 180 kilos. Il est donc nécessaire de limiter la charge. » Pour sauter dans d'excellentes conditions, un bon maintien de la nuque est également nécessaire, notamment parce qu'au moment de l'ouverture de la voile (40 m2 qui se déploient en une fraction de seconde !) le choc peut être brutal. Il faut, enfin, être en mesure d'écarter les bras et capable d'attraper ses genoux pour remonter ses jambes en position assise. Des combinaisons ont été spécialement conçues pour les personnes para ou tétraplégiques.

Jusqu'à 300 km/h

Une formation est donnée au sol pour préparer le saut et appréhender les consignes pendant la chute et au moment de l'atterrissage. Jusqu'à quatre parachutistes handicapés peuvent ensuite prendre place dans l'avion. Une lente montée, jusqu'à 4 000 mètres. Et le moment fatidique, enfin ! Le tandem fait corps, la porte s'ouvre, il s'assoit sur le rebord, les pieds dans le vide. Une dernière respiration, et l'appel du vide. Jusqu'à 300 km/h avant que le ralentisseur ne ramène la vitesse à 180. Cinquante secondes en chute libre puis une incroyable balade « sous voile » de quatre à six minutes. Caroline est l'une de ces initiés : « C'est une sensation de liberté sidérante. Bouger dans l'air, c'est une manière d'apprendre à redécouvrir son corps ». En anglais, le parachutisme se dit « sky diving ». Ces « plongeurs du ciel » se déplacent comme des poissons dans l'air. Même handicapé, c'est le sauteur qui reste acteur de son saut. Le moniteur ne récupère les commandes qu'au moment de se poser, sur une cible en gravier. Les jambes du binôme, maintenues ensemble par un élastique pendant toute la durée de la chute, sont libérées par un astucieux système au moment de l'atterrissage. Lors de la réception, grâce à un système de harnais hyper sophistiqué qui relève les jambes, même inertes, du sauteur, c'est le moniteur qui est seul à supporter le poids du tandem.

230 euros le saut en tandem

Il faut compter 230 euros pour vivre cette expérience inoubliable. 100 de plus pour s'offrir l'indispensable vidéo souvenir. Pour les membres de l'association, le saut ne revient qu'à 56 euros. Cent « hand-sauts » depuis sept ans ! Ils sont une dizaine de membres, tous handicaps confondus, à avoir rejoint les rangs de cet étonnant équipage à tire d'ailes. Cette aventure se vit de février, pour les moins frileux (il peut faire jusqu'à moins 28 degrés en altitude), jusqu'en octobre. Cet été, la tribu Hanvol était engagée dans la compétition de la ligue, sur l'aérodrome de Maubeuge. Le handicap au cœur du dispositif, au propre comme au figuré, avec une prouesse spectaculaire : vingt parachutistes dessinant dans le ciel leur toile autour d'un tandem handi-valide !

Hanvol : association pour le parachutisme handisport
59910 Bondues
Tél. : 06 99 34 67 67 ou 03 20 98 20 16
www.hanvol-asso.org

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

 

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 23-02-2014 par letis lopez :
bj j'ai bien regarder votre panoplie ki me semble tres interessantcar je trouve pas dans ma regions dommage ke vous soyez loin,,car oui je suis handicapée accidentel,é voudrais pousser l'adrenaline mé du coté ou je reside,j'eu fé precedament parachute tandem a avignon,parapente a millan,é parachute a narbonne,je voudrais plus proche de là ou je reside lherault

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches