Sport adapté : le parent pauvre des Paralympiques ?

Résumé : Seulement 4 athlètes sur 163 ! Et pourtant Yves Foucault est aux anges. Le sport adapté fait son retour aux Jeux de Londres. Il ne compte pas en rester là et milite pour donner aux sportifs handicapés intellectuels une place en or sur les podiums.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Handicap.fr : Comment vos sportifs ont-ils vécu l'entrée dans le stade lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Londres ?
Yves Foucault
: Seuls trois ont défilé. Le quatrième a dû rester dans sa chambre avec une rage de dents. Ils en gardent, comme moi, des images plein la tête, véritablement éblouis par la qualité du spectacle. Par contre, je n'ai pas de solution pour régler le problème mais les autres athlètes qui avaient une compétition tôt le lendemain n'ont pas pu participer à cause de la longueur du défilé des nations. Presque 1h30 !

H.fr
: Seulement quatre athlètes français en sport adapté. Pourquoi si peu ?
YF
: En effet, le sport adapté a vraiment fait son retour à Londres par la toute petite fenêtre. On comptait 250 athlètes avec un handicap intellectuel à Sydney en 2000 (ils furent ensuite exclus des Jeux paralympiques à cause d'une tricherie dans l'équipe espagnole) contre seulement 120 à Londres. Il est vrai que le nombre total d'athlètes sur les « Para » est limité à 4 200 pour des raisons d'infrastructures (contre plus de 10 000 pour les valides). Le handisport (handicap physique) règne en maître et notre quota est donc réduit à peau de chagrin.

H.fr
: Vous comptez être davantage présents à Rio, en 2016 ?
YF
: Oui, c'est notre objectif ! Nous militons ardemment dans ce sens, même si l'on doit grignoter quelques places au handisport ! J'espère qu'à Rio, il n'y aura pas 4 mais 20, 30 ou 40 athlètes du sport adapté dans la délégation française.

H.fr
: Vos athlètes se sentent-ils pleinement intégrés dans l'équipe de France ?
YF
: Oui, heureusement. Nous sommes logés dans le village olympique, avec l'ensemble de la délégation française, dans les mêmes appartements. Il y a une grande complicité entre tous ses membres et nous recevons des visites assez fréquentes des athlètes handisport qui semblent prendre du plaisir à encourager nos sportifs, notamment Pascal Pereira-Leal en tennis de table (Ndlr : médaille de bronze à Londres dans sa catégorie). C'est tout de même le champion du monde en titre...

H.fr
: La notoriété du handisport connait un bel essor mais le sport adapté reste encore dans l'ombre. Pour quelle raison ?
YF
: Je crois que certains ont longtemps été effrayés par la confusion entre handicap mental et maladie mentale. On parle d'ailleurs plutôt aujourd'hui de déficience ou de handicap intellectuels. Il faut en finir avec ces fantasmes... Nous avons présenté mi-juillet, sur le parvis de l'Hôtel de ville de Paris, un très beau film « Adaptés ». Des sportifs handicapés intellectuels en basket y expriment leurs sensations. On demande à l'un d'eux : « Etes-vous handicapé ? ». Il répond : « Non, je suis au sport adapté mais pas handicapé. Ça allait juste trop vite pour moi à l'école. Il me fallait un peu plus de temps pour comprendre... ». Voilà à quoi ressemble certains handicaps !

H.fr
: Le match entre handicap mental/physique a donc enfin pris fin ?
YF
: Je ne vais pas cacher qu'il y a eu quelques frottements entre les deux fédérations, Handisport et Sport adapté, mais, aujourd'hui, je pense vraiment que nos athlètes sont reconnus comme tels à part entière. Je remercie d'ailleurs Gérard Masson, président de la FFH, d'avoir évolué et fini par reconnaître qu'on ne perturberait pas ces Jeux et qu'on deviendrait de vrais collègues.

H.fr
: Le haut-niveau en sport adapté, ça en laisse certains septiques. Ça veut dire quoi ?
YF
: Notre fédération compte 45 800 licenciés et 87 athlètes de haut niveau. Aujourd'hui, notre vitrine c'est le sport de haut niveau. Mais il est vrai que certains de nos sportifs n'ont pas bien saisi la notion de compétitivité. Plutôt que de convoiter un podium, ils se lancent un défi à eux-mêmes. Pour les faire passer sur une poutre placée sur deux briques, il faut parfois six mois d'entraînement. Ça prend du temps mais c'est ça leur victoire ! D'où l'importance de l'accompagnement qu'on leur procure ; ils ont surtout besoin d'accessibilité humaine.

H.fr
: Le sport adapté a donc désormais pleinement gagné sa place dans ces Jeux paralympiques ?
YF
: Pas encore ! Il n'a été réintégré que sur les Jeux d'été. Nous militons maintenant auprès de l'IPC (International paralympic committee) pour participer également aux Jeux d'hiver. Prochaine étape : Sochi 2014 en Russie. Nous allons répéter nos beaux speechs auprès des politiques. Mais l'IPC ne semble pas vouloir faire avancer les choses. Comment justifier une telle discrimination ?

H.fr
: Côté medias, êtes-vous satisfait de la couverture de ces Jeux ?
YF : Je regrette l'heure de diffusion des paralympiques sur France 3 (pas avant 1h du matin). Un programme exclusif pour les insomniaques ! On fustige les medias mais on ne pourra convaincre la presse que lorsque la société française acceptera de faire sa place aux personnes handicapées.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches