Pistorius condamné à 13 ans de prison en appel

Résumé : L'athlète sud-africain paralympique Oscar Pistorius, qui purgeait une peine de six ans pour le meurtre de sa petite amie en 2013, a été condamné en appel le 24 novembre 2017 à 13 ans et 5 mois de prison par la Cour suprême d'appel.

Par , le 

Réagissez à cet article !

L'athlète sud-africain paralympique Oscar Pistorius, qui purgeait une peine de six ans pour le meurtre de sa petite amie en 2013, a été condamné en appel le 24 novembre 2017 à 13 ans et 5 mois de prison par la Cour suprême d'appel.

Un feuilleton judiciaire

La condamnation à six ans de prison décidée par le tribunal de Pretoria en 2016 "est mise de côté et remplacée par la suivante : l'accusé est condamné à une peine de prison de 13 ans et 5 mois", a déclaré le juge Willie Seriti à la Cour suprême d'appel de Bloemfontein (centre). Il s'agit du dernier rebondissement en date dans ce très long feuilleton judiciaire qui tient en haleine les médias sud-africains depuis quatre ans. Après la condamnation à six ans de prison infligée en 2016 au champion, le parquet avait fait appel pour exiger une peine plus sévère, estimant la première "scandaleusement inappropriée". Interrogé par l'AFP, le porte-parole du parquet, Luvuyo Mfaku, s'est déclaré "satisfait" du jugement de la Cour suprême d'appel, espérant que la famille Steenkamp allait "pouvoir tourner la page maintenant qu'une peine convenable a été fixée".

Nuit tragique

Dans la nuit du 13 au 14 février 2013, le coureur Oscar Pistorius avait abattu chez lui de quatre balles sa compagne Reeva Steenkamp, qui s'était enfermée dans les toilettes. Il a toujours plaidé la méprise, affirmant qu'il était persuadé qu'un cambrioleur s'était introduit dans sa propriété de Pretoria et qu'il avait tiré sous le coup de la panique. L'athlète, surnommé "Blade Runner" (le coureur aux prothèses en lames de carbone), était entré dans la légende sportive en s'alignant avec les valides aux 400 mètres des jeux Olympiques de Londres en 2012, une première pour un double amputé.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr