Manuel Valls : handicap, "il faut faire beaucoup plus"

Résumé : A quelques jours de la primaire de gauche, Manuel Valls dévoile les actions qu'il souhaite poursuivre en faveur des personnes handicapées. Il estime que la période électorale est une opportunité de dialogue et de considération sur ce sujet.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

En vue des élections présidentielles de 2017, handicap.fr souhaite donner la parole à tous les candidats aux primaires des grands partis, puis aux candidats déclarés, sur leur politique handicap. Nous avons donc soumis le même questionnaire, par écrit, aux 7 candidats de la primaire de gauche, qui aura lieu les 22 et 29 janvier 2017 (comme ce fut le cas en novembre 2016 lors de celle de la droite et du centre), et publions les réponses telles qu'elles nous parviennent… Ou pas ! (en lien ci-dessous)

Handicap.fr : Contrairement aux élections précédentes, plusieurs candidats aux prochaines présidentielles semblent vouloir davantage s'exprimer sur la question du handicap. Certains politiques auraient-ils pris conscience que 10% de la population, c'est un électorat qu'on ne peut pas se permettre de négliger ?
Manuel Valls : Cessons de voir la politique comme une arithmétique électoraliste ! Les personnes qui vivent avec un handicap sont des citoyens qui aspirent à être reconnus dans la vie sociale et à apporter leur contribution à la marche de la société. Ce n'est que justice de les considérer comme tels. La période électorale est une véritable opportunité de dialogue et de considération.

H.fr : Dans cette primaire, qu'est-ce qui vous distingue des autres candidats de gauche sur la question du handicap ?
MV : Il n'y a pas que des différences ! Il y a aussi des convergences. Et sur cette question du handicap, je crois que nous partageons tous la conviction qu'il faut faire beaucoup plus. J'ai pour moi, mon expérience d'élu local, de maire d'Evry, qui m'a montré combien la prise en compte du handicap à l'école, dans les transports, dans nos équipements publics devait être une priorité.

H.fr : Quelle serait votre mesure phare en matière de handicap si vous accédiez au pouvoir ?
MV : Que dans chacune de nos décisions, nous ayons toujours une préoccupation de l'accès des personnes handicapées aux droits et aux dispositifs.

H.fr : Faut-il réellement jeter la pierre au gouvernement de Manuel Valls, comme l'a fait si souvent l'opposition durant 5 ans, en matière d'accessibilité des lieux publics quand il hérite d'une situation qui a pris du retard sous d'autres majorités que la sienne ?
MV : La loi de 2005, après celles de 75, de 2002 a proclamé l'égalité des droits et des chances et la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Ce fut une grande victoire pour les personnes mais, en l'absence d'outils de mise en œuvre, elle est restée insuffisamment appliquée. C'est pourquoi, mon gouvernement a prescrit les agendas d'accessibilité programmés et que la préoccupation des droits, de la place et de l'accès des personnes handicapées soit prise en compte dans les lois de portée générale.

H.fr : Parce que l'école est le nerf de la guerre en termes d'inclusion, « une » mesure phare pour la scolarité des enfants handicapés ?
MV : Booster la recherche et l'innovation.  Il faut développer les applications permettant de dépasser le handicap.

H.fr : Parce que le chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur à la moyenne  nationale, quelle serait votre mesure prioritaire ?
MV : Tout d'abord, veiller à encourager au maintien dans l'emploi des personnes handicapées (aménagé, adapté, accompagné). Sensibiliser la population aux situations de handicap dans tous les métiers : médecins du travail, DRH, formateurs…

H.fr : Contrairement aux candidats américains qui n'ont pas brillé par l'accessibilité de leur campagne, comptez-vous faire un effort dans ce sens, par exemple vélotypie lors des conférences, sites internet aux normes, accessibilité des meetings, pour que les personnes handicapées puissent elles aussi prendre part au débat démocratique ?
H.fr : Dès la présentation de mon projet, j'ai veillé à ce que des contrats de prestation avec des services d'interprétariat en LSF, de sous-titrage soient signés. Les responsables de meetings, conférences et autres rendez-vous sont particulièrement attentifs à l'accessibilité dans les lieux et par le biais d'Internet.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 19-01-2017 par Henri Galy :
Nous sommes handicapés, mais pas amnésiques…

Nous ne pouvons pas oublier le bilan dun certain Premier Ministre (qui sappelait sauf erreur de ma part « Manuel Valls ») : remise en cause des normes daccessibilité et du droit à la retraite anticipée des travailleurs handicapés, stagnation des prestations et de lAAH, maintien des franchises médicales contre les malades, hausse considérable dun chômage des personnes handicapées déjà très élevé, etc. sans parler des fermetures de services et des suppressions de lits et de postes dans les hôpitaux avec les conséquences dramatiques que lon voit aujourdhui au moment de lépidémie de grippe (pourtant habituelle chaque année à la même époque !)

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches