Prix Klesia handicap : quatre lauréats récompensés !

Résumé : Les Prix Klesia récompensent 4 initiatives qui œuvrent en faveur des personnes handicapées. Discours pleins d'émotions, sketchs de Guillaume Bats, mise à contribution du public... Un programme survolté pour cette 11e édition du 4 décembre 2018.

Par , le 

Réagissez à cet article !

« Avec 27 fractures à mon actif, je suis le champion national de fractures post-natales ! », se présente l'humoriste Guillaume Bats, atteint de la maladie des os de verre. C'est sur cette note d'humour que débute la 11ème édition du Prix Klesia accompagnement handicap, le 4 décembre 2018. La salle de concert du Pan Piper (Paris) est bondée, le public a hâte de découvrir les innovations solidaires « exemplaires » à destination des personnes situation de handicap.

Un joli pactole

L'appel à projets, lancé en mai 2018, a suscité de nombreuses réactions. Sur 220 dossiers reçus, le jury en a sélectionné quatre. Chaque lauréat recevra la somme de 20 000 euros ainsi qu'une mission d'accompagnement, dispensée par l'association Passerelles et compétences. Le public a également été mis à contribution puisqu'il a élu, lors de cette soirée, son projet coup de cœur avec, à la clé, 5 000 euros supplémentaires. L'objectif de ces prix : « Faire rayonner ces initiatives tout en leur apportant un soutien financier ». Un discours de Jacques Techer, président de Klesia, qui souligne « l'audace » des nominés, un sketch de Guillaume Bats et quelques minutes de suspense plus tard... Les spectateurs découvrent les grands vainqueurs.

Des télépilotes de drones

Le prix « Emploi », qui récompense les entreprises qui favorisent l'insertion professionnelle, est décerné au pôle IEM (Institut d'éducation motrice) Artois (Liévin) d'APF France handicap et son école « Les têtes en l'air » (article en lien ci-dessous). Les élèves en situation de handicap moteur peuvent ainsi obtenir un diplôme de télépilote. Onze jeunes de 14 à 17 ans y apprennent à manier des drones de loisir, sportifs et professionnels. « Cette récompense va nous permettre de les former correctement et de mieux les équiper avec des caméras thermiques notamment », remercie Marc Witczak, le directeur. Il est accompagné de Benjamin, l'un de ces élèves, en pleurs. « Ce sont des larmes de joie ! », rassure-t-il.

Au service des personnes handicapées vieillissantes

Le prix « Avance en âge » met en lumière une action de prévention ou d'accompagnement du vieillissement des personnes en situation de handicap. L'institut Jérôme Lejeune est primé pour son initiative unique en son genre. Ce centre médical, spécialisé dans la trisomie 21 et les déficiences intellectuelles d'origine génétique, a créé, il y a quatre ans, une consultation gériatrique pour ses patients de plus de 35 ans. Les bénéficiaires se verront proposer un bilan général incluant une évaluation neurocognitive ainsi qu'un suivi renforcé en cas d'apparition de signes de la maladie d'Alzheimer. L'équipe pluridisciplinaire propose un entretien de 60 à 90 minutes dans un cadre spacieux pour éviter le sentiment « d'oppression » et leur donner le temps de poser toutes leurs questions. « La consultation est prise en charge à 100 % par l'Assurance maladie ou par notre fondation », assure le directeur de l'institut. Il conclut : « Le handicap ne prend pas sa retraite... Les patients, si, et bien avant 60 ans ».

Une maison de répit

« La maison des répits Villa Grenadine », du centre médico-social Lecourbe (Fondation Saint Jean de Dieu) a, quant à elle, reçu le prix « Aide aux aidants ». Ouverte depuis le 12 janvier 2018 à Paris, elle accueille aujourd'hui cent Franciliens de 2 à 20 ans le week-end et une partie des vacances scolaires. Sa fonction est double : solution de garde pour les enfants et « recours à l'épuisement psychique des parents ». La villa propose également quatre nuits d'internat. « Il est important que les familles déculpabilisent alors nous proposons des activités par thème le week-end, artistiques ou sportives en fonction des possibilités de chaque enfant », explique l'éducateur.

Nouveauté : le prix Nouvelles technologies

Last but not least, le dernier mais pas des moindres, le prix Nouvelles technologies, qui fait son apparition en 2018, est attribué à e-Nable France pour son projet « Donner la main à un enfant » (article en lien ci-dessous). Cette association met en relation des jeunes atteints d'agénésie avec des personnes capables de fabriquer des prothèses, les « makers ». En utilisant les technologies de l'impression 3D, ce réseau de bénévoles conçoit, fabrique et offre des appareils d'assistance à des enfants amputés des doigts ou de la main ou nés sans membres. « Notre rôle est davantage social que fonctionnel : permettre à un enfant de participer à son propre projet, construire sa main en choisissant notamment les couleurs et lui permettre ensuite d'avoir quelque chose en plus et non en moins », explique, ému aux larmes, son président, Thierry Oquidam, avant de dédier ce prix aux 160 makers avec qui il travaille. Cette soirée n'a pas fini de jouer avec ses émotions... Son allocution touche le public qui attribue à l'association son « Coup de cœur ». « Cette récompense permettra de financer les appareils mais surtout de toucher les 2 500 familles dont les enfants ont une agénésie et dont seulement 300 nous connaissent », espère le président.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Actus sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr