Hongrie : un directeur de foyer accusé de torture

Résumé : En Hongrie, le directeur d'un foyer pour personnes handicapées mentales est mis à pied pour actes de torture. Le gouvernement entend fermer les centres de grande taille hérités de l'ère communiste et faire respecter la convention de l'ONU.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le gouvernement hongrois a annoncé le 4 mai 2017 la mise à pied du directeur d'un foyer de personnes handicapées du nord de Budapest après la révélation par une ONG de cas de « torture » dans son établissement. « Le gouvernement juge inacceptable ce qui s'est passé dans cette institution » et en a « suspendu le directeur », a indiqué le ministère de la Santé, précisant qu'une enquête approfondie avait été ouverte.

Fermer les foyers de grande taille

Le 3 mai, une ONG internationale de défense des personnes handicapées mentales, MDAC, avait pointé des cas de « torture et de mauvais traitements » sur des pensionnaires de l'institution Tophaz de Göd, près de Budapest, qui compte pas moins de 220 résidents. Le ministère a assuré vouloir accélérer la fermeture des foyers de grande taille, le plus souvent hérités de l'époque communiste. « L'objectif du gouvernement est d'assurer aux résidents handicapés et aux patients de psychiatrie un hébergement dans un cadre plus familial, dans de plus petits foyers », a-t-il été précisé dans un communiqué.

Signataire de la convention de l'ONU

MDAC a demandé au gouvernement hongrois qu'il « garantisse » à des observateurs indépendants « un accès sans entraves à toutes les institutions sociales de soins en Hongrie ». Le pays a signé en 2007 la Convention des Nations unies relative aux droits des handicapés, mais est loin d'en respecter toutes les dispositions, selon cette ONG.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 12-05-2017 par Annia :
Pas surprise hélas puisque nous savons TOUS que la Hongrie est devenue une dictature qui cache son état réel. Le site Web GEOPOLIS signale régulièrement ces exactions nombreuses, jamais relayées sur les médias usuels français. Triste monde déshumanisé. Comment tout cela finira t'il ? Je plains les jeunes générations et les futures de même. :"(((

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr