Tommy Cash : il ose un rap 100% handicap !

Résumé : Tommy Cash, rappeur estonien, a sorti, le 26 décembre 2018, le clip de son nouveau single "Pussy, Money, Weed", dans lequel il met en avant des danseurs et acteurs en situation de handicap. Un parti-pris osé ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

S'il y a bien une chose que Tommy Cash semble détester, c'est faire comme tout le monde. Connu pour son exubérance et ses visuels loufoques, ce rappeur de 26 ans originaire de Tallinn (Estonie) ne déroge pas à la règle avec sa nouvelle vidéo : Pussy, Money, Weed. Comme toujours, le musicien offre à son public un son électronique et travaillé au PC mais ce qui attire cette fois-ci l'attention, c'est son clip dans lequel les figurants sont handicapés.

À contre-courant

Provocateur et agitateur par nature, le rappeur met en scène des danseurs en situation de handicap physique, notamment une danseuse amputée des tibias ou encore un jeune artiste amputé des bras. Il va jusqu'à se mettre en situation, assis dans un fauteuil roulant. À travers ses performances, Cash souhaite montrer que « vous pouvez être sexy, même en dansant sur des lames dans un zoo désert sur Mars » comme il l'a affirmé dans une interview aux Inrocks en 2016. Dans un milieu du rap où les diktats physiques sont bien tranchés, Tommy Cash cherche à transcender les frontières de la sexualité, du genre et de l'identité. Ce clip est une vraie expérience... Surprenante, dérangeante ou étrangement stimulante. Au spectateur de se faire son idée !

© Capture d'écran du clip « Pussy, Money, Weed »

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Assan Haidara, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 31-01-2018 par Item :
"Dans un milieu du rap où les diktats physiques sont bien tranchés"
Faire un article sur quelqu'un qui dépasse les clichés en montrant le rap du doigt au passage, génial! Alors oui, les médias télés, radios sont demandeurs de certains codes, mais cela ne représente absolument pas le milieu du rap ! Pour évoluer dans le milieu underground rap depuis quatorze ans, tout en étant handi, on s'aperçoit d'ailleurs qu'on se fait plus discriminés parce que notre musique est le hip-hop lorsqu'on veut faire une scène non spécialisée rap, que parce qu'on est handi lorsqu'on veut faire un concert sur une scène spé hiphop...

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr