Handicap et pauvreté : vers de nouvelles mesures ?

Résumé : Un 1er rapport sur "handicap et pauvreté" fin 2014 ; un 2ème sur la "mise en œuvre du plan contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale" début 2015. Quelles nouvelles perspectives pour les publics les plus démunis ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

La pauvreté s'est invitée à Matignon. Le temps d'un rapport. Écrit par François Chérèque, il est dédié à « l'évaluation de la deuxième année de mise en œuvre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale ». Remis en main propre à Manuel Valls le 26 janvier 2015 en présence de Marisol Touraine, ministre de la Santé, et Ségolène Neuville, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion. En 119 pages, il dresse un bilan de la France démunie, « riche, documenté, et sans complaisance » selon le communiqué du Premier  ministère.

6 grandes priorités

Selon lui, le « bilan de la mise en œuvre du plan est globalement positif, dans un contexte où la crise économique et sociale et l'augmentation du chômage de longue durée frappe durement les ménages les plus fragiles. » Les indicateurs de déploiement des mesures du plan font apparaître une montée en charge en deuxième année jugée « satisfaisante, même si tous les objectifs ne sont pas atteints notamment en matière de création de logements sociaux et très sociaux ». Il note de premières évolutions positives liées aux mesures prises en 2013 sur les inégalités de revenus. Le rapport formule par ailleurs des recommandations pour la poursuite de la mise en œuvre du plan, sur six thèmes prioritaires : accès au droit, accès à l'emploi, logement, santé, famille, inclusion bancaire et gouvernance. Le Gouvernement affirme vouloir « s'appuyer » sur ce nouveau rapport pour élaborer et présenter au début du mois de février 2015 une feuille de route actualisée de mise en œuvre du plan pluriannuel.

Handicap et seuil de pauvreté

Mais, sur 119 pages, quelle place accordée aux personnes handicapées qui, on l'observe, sont durablement touchées par la précarité ? Rappelons que l'allocation adulte handicapée (AAH) dont le montant à taux plein est, en 2015, de 800,45 euros par mois reste en dessous du seuil de pauvreté fixé, en France, à 987 euros (pour une personne seule). Rappelons également, lorsque l'emploi est envisageable, que le taux de chômage des travailleurs handicapés atteint 20%, soit deux fois plus que la moyenne nationale. Dans ce rapport, un seul paragraphe est consacré, plus explicitement à leur situation et concerne justement l'accès et le maintien dans l'emploi et la formation. Il constate que « peu de travailleurs handicapés bénéficient de contrats aidés, de formations ou d'accompagnements par rapport aux besoins à couvrir. » Et ce malgré la diversité de dispositifs, la présence de financements et d'institutions dédiés. De même, la convention multipartite signée fin 2013, qui vise à améliorer les dispositifs relatifs à leur emploi, ne s'est pas encore traduite par un pilotage effectif dans toutes les régions.

Un rapport dédié au handicap fin 2014

Un « seul paragraphe » consacré aux personnes handicapées, cela peut sembler dérisoire ! Mais ce plan est complémentaire d'un autre rapport de l'IGAS (lien ci-dessous), remis en décembre 2014 (lui aussi rédigé par François Chérèque, avec Christine Abrossimov) sur les « Liens entre handicap et difficultés dans l'accès aux droits et aux ressources ». Cette analyse très complète (251 pages) a déjà entrepris d'alerter le Gouvernement sur leur situation particulièrement précaire. Il formule de nombreuses préconisations : simplification des procédures et des démarches, coordination des institutions, mobilisation sur l'accès à l'emploi. Sa mise en œuvre sera pilotée par Ségolène Neuville, même s'il est précisé que « ses conclusions "n'engagent pas le Gouvernement" mais doivent "alimenter sa réflexion" ».

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 29-01-2015 par selenina :
et pour les personnes qui sont en invalidite de plus de 80% mais qui sont payees par la secu on fait quoi car elles ont ni droit aux augmentations par contre sont imposables. pas dans mon caxs mais avec 662e par mois on doit payer sa mutuelle nous ne nebeficions d aucubne aide a croire que l on existe pas. Ma sep je l ai depuis mes 21ans je me suis battue pour avoir le statut travailleur handicape et maintenant je
percois moins qu une ahh

Le 29-01-2015 par blanchard :
on recherche, du travaille,quand on trouve un CAT,celui,ci te demande,de travaillé,1 moi,sans rémunération,es Normal,on a des frais?,même on a l'ahh,pour allé travaillé,ca nous coûte,quand,même

Le 05-02-2015 par merlin36 :
oui, c vrai, ceux-qui bossent vont voir leur mutuelle prise en charge en partie par leur employeur, tandis que les autres, nous, handicapés non travaileurs vont devoir payer notre mutuelle plein pot...

Le 06-02-2015 par isa :
J'ai 38 ans, ma pension d'invalidité s'élève à 430 €, j'ai une AAH de 110 €, mon compagnon, qui a 52 ans, est en ASS et ne touche que 450 €, nous avons 3 filles et payons notre mutuelle plein pot. Les fins de mois sont dures...

Le 09-02-2015 par david :
j'ai 40 ans je avec ma mére ,je vis dans le tarn et bien moi je viens pas dire merci a la mddph d'albi qui eux ne s'occupe pas de moi la personne est encore malade depuis des mois est personnes la remplace .....

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr