Myopathie de Duchenne : des espoirs de traitement

Résumé : Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l'hôpital et de l'université d'Ottawa pourrait révolutionner notre compréhension de la dystrophie musculaire de Duchenne et ouvrir la voie à des traitements beaucoup plus efficaces.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

L'étude, publiée dans le numéro du 16 novembre 2015 de la revue Nature Medicine montre pour la première fois que la dystrophie musculaire (ou myopathie) de Duchenne touche directement les cellules souches musculaires. « Depuis près de 20 ans, nous pensions que la faiblesse musculaire caractéristique de la dystrophie musculaire de Duchenne était principalement attribuable à des problèmes dans les fibres musculaires. Notre étude montre toutefois qu'elle est aussi causée par des défauts intrinsèques de fonctionnement des cellules souches musculaires », explique le Dr Michael Rudnicki, principal auteur de l'étude. « Cette découverte change complètement notre compréhension de la dystrophie musculaire de Duchenne et pourrait mener à la mise au point de traitements beaucoup plus efficaces. » Le Dr Rudnicki est directeur du Programme de médecine régénératrice de l'hôpital d'Ottawa et professeur de médecine à l'université d'Ottawa. Il est aussi titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génétique moléculaire.

La dystrophie de Duchenne, c'est quoi ?

La dystrophie musculaire de Duchenne est la forme de dystrophie musculaire la plus courante. Elle touche environ un garçon sur 3 600. Elle est causée par des mutations génétiques qui entraînent une perte de dystrophine (protéine), ce qui conduit progressivement à une faiblesse musculaire et au décès avant la 2e ou 3e décennie de vie. Les cellules souches musculaires sont responsables de la régénération des muscles, par exemple après une blessure ou une activité physique. Elles se divisent pour générer des cellules précurseurs qui deviennent les fibres qui composent les muscles.

Des cellules qui perdent le nord

Pendant de nombreuses années, on a pensé que la dystrophine était une simple protéine structurelle présente uniquement dans les fibres musculaires. Le Dr Rudnicki et son équipe ont toutefois découvert que les cellules souches musculaires émettent aussi de la dystrophine et que, sans cette protéine, elles produisent dix fois moins de cellules musculaires précurseurs, qui génèrent à leur tour moins de fibres musculaires fonctionnelles. Ils ont aussi découvert que la dystrophine est un élément clé du mécanisme moléculaire qui permet aux cellules souches musculaires de s'orienter dans les tissus qui les entourent. « Les cellules souches musculaires qui manquent de dystrophine ne savent pas distinguer le haut du bas, affirme le Dr Rudnicki. C'est un problème important, car elles doivent être capables de percevoir leur environnement pour savoir quand produire davantage de cellules souches ou de nouvelles fibres musculaires. Sinon, elles ne se divisent pas correctement et ne parviennent pas à réparer correctement les muscles. »

Une maladie chronique mais gérable

L'étude a été réalisée sur des cellules de souris, mais les chercheurs s'attendent à ce qu'elle donne les mêmes résultats chez l'humain puisque la dystrophine est pratiquement identique chez tous les animaux. Les stéroïdes et la physiothérapie sont les seuls traitements actuellement disponibles pour ralentir la progression de la dystrophie musculaire de Duchenne et atténuer les symptômes. Les approches expérimentales comme la thérapie génique font aussi l'objet de recherches, mais l'étude du Dr Rudnicki semble indiquer qu'il faut modifier ces approches afin qu'elles ciblent les cellules souches musculaires et les fibres musculaires. « Nous examinons déjà des approches qui pourraient corriger ce problème dans les cellules souches musculaires, déclare le Dr Rudnicki. Je ne suis pas certain si nous allons un jour éliminer cette maladie, mais j'ai bon espoir que nous trouverons des traitements qui rétabliront la capacité des cellules souches musculaires de réparer les muscles. Cette maladie dévastatrice et mortelle deviendra alors une maladie chronique mais gérable. »

Une percée importante

La découverte est saluée par des experts du domaine, dont Dr Ronald Worton, qui a codécouvert le gène de la dystrophie musculaire de Duchenne en 1987 et a été vice-président de la Recherche à L'Hôpital d'Ottawa pendant 11 ans. « Lorsque nous avons découvert le gène de la dystrophie musculaire de Duchenne, nous avions bon espoir de trouver un traitement assez rapidement », confie le Dr Worton, maintenant à la retraite. « Cela est beaucoup plus difficile que nous le pensions, mais l'étude du Dr Rudnicki représente une percée importante qui devrait raviver l'espoir des chercheurs, des patients et des familles. »

© Tatiana Shepeleva/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 23-11-2015 par Belabbas Nadir :
A chaque avancée et chaque découverte scientifique c'est l'espoir qui renaît pour des milliers sinon des millions de malades.Tout ce que nous souhaitons que ces découvertes soient traduites en thérapie opérationnelles dans des délais assez raisonnables.Bon courage aux chercheurs pour tous leurs efforts pour faire avancer la mise à disposition des différentes thérapies aux malades auxquels nous souhaitons tout le courage et la patience nécessaires pour bénéficier des remédies adéquats.

Le 24-11-2015 par Roger Dupras :
Depuis 20 ans ça fait au moins 10 fois qu'il y a des découvertes prometteuses et ca aboutis a rien.......
Le temps commence a manquer pour mon fils qui est maintenant rendu a 27 ans !!
Jespère que cette fois-ci ce sera la bonne !!!!

Le 20-04-2016 par Belguidoum naouel :
J'aimerais bien savoir les autres types de la maladie myopathie merci

Le 14-06-2016 par grand-maman michelle :
Nous venons d'apprendre que nos 2 petits-fils 5 ans et 3 ans sont atteints de cette maladie. Il est à souhaiter que les découvertes soient expérimentées dans un délai assez court Merci à tous les chercheurs qui s'impliquent afin que cet te maladie devienne chronique avec traitement adéquat

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr