Réformes des rythmes scolaires: contestations des communes

Résumé : Une commune de l'Essonne saisit à son tour le Conseil d'Etat sur la réforme des rythmes scolaires.

Par , le 

Réagissez à cet article !

ËVRY, 25 fév 2014 (AFP) -

Le maire de Janvry (Essonne), Christian Schoettl, a annoncé mardi avoir déposé un recours auprès du Conseil d'Etat pour demander l'abrogation de la réforme des rythmes scolaires.

Jeudi le maire de Fournels en Lozère, Pierre Morel-A-l'Huissier, avait été le premier édile à saisir l'instance. Christian Schoettl (NC) entend démontrer l'illégalité du décret, qualifié de "brouillon et bâclé". Il estime que la réforme bafoue le principe de libre administration des communes. Janvry, village de quelque 600 habitants situé dans l'ouest de l'Essonne, a voté en octobre 2013 en conseil municipal une délibération intitulée "Rythmes scolaires : c'est non!". M. Schoettl a appelé à la "désobéissance
civile" contre la réforme. Le maire "attire l'attention sur le fait que le décret (...) a oublié les enfants handicapés". "Tous ces enfants sont mis sur le trottoir à 15h30 par l'éducation nationale", dit-il.

La réforme des rythmes scolaires, qui marque le retour à la semaine de 4,5 jours en primaire, est effective depuis cinq mois dans 17% des communes. Elle doit en principe s'appliquer partout ailleurs à la rentrée 2014. Selon M. Schoettl, 2.500 communes ont, comme Janvry, délibéré pour refuser de mettre en place la réforme. Une nouvelle manifestation contre la réforme est prévue le 15 mars.

Réagissez à cet article !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr