Agression handicapé mental : 3 ados condamnés à du sursis

Résumé : Prison avec sursis pour trois mineurs qui avaient agressé, en février 2014, un jeune handicapé mental et avaient posté la vidéo de leur méfait sur le Net. L'affaire avait connu un emballement médiatique...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Trois mineurs qui avaient agressé un jeune handicapé mental et posté les images sur Facebook ont été condamnés à des peines de prison avec sursis par le tribunal pour enfants de Grenoble, a-t-on appris le 11 mars 2015, auprès de leurs avocats, confirmant une information du Dauphiné Libéré. L'un d'eux, qui n'était pas présent au procès, a été condamné à trois mois de prison assorti d'un sursis de mise à l'épreuve de deux ans comprenant notamment une obligation de soins, le dédommagement de la victime et l'interdiction de la fréquenter. Les deux autres prévenus ont été condamnés à des peines respectives de deux mois et un mois de prison avec sursis simple ainsi qu'à une mesure de liberté surveillée jusqu'à leur majorité.

Des images sur le net

Les trois adolescents, âgés de 14, 15 et 16 ans, inconnus des services de police jusque-là, étaient poursuivis pour avoir agressé un jeune handicapé mental de 18 ans à Fontaine, près de Grenoble, en février 2014. Ils avaient ensuite posté la vidéo sur le réseau social Facebook. Sur ces images, on voyait deux jeunes tenir leur victime par les bras, la bousculer, puis la pousser dans un plan d'eau, lui immergeant les pieds et les mollets. Ne souffrant que d'un hématome à la joue, la victime s'était vu prescrire trois jours d'interruption temporaire de travail (ITT).

Un emballement médiatique

En pleine campagne pour les élections municipales, l'affaire avait connu une forte médiatisation après la diffusion d'un communiqué de Marie-Arlette Carlotti, alors ministre chargée des personnes handicapées, dénonçant une vidéo «terriblement choquante», une «agression barbare» et un «crime». «Ce jugement ramène cette affaire à de plus justes proportions», s'est félicité mercredi Me Laure Rimlinger, avocat d'un des prévenus. «Je suis satisfait que le tribunal ait statué sur des considérations juridiques (...) et non au regard du retentissement médiatique de l'affaire suscitée par la mise en ligne de la vidéo», a abondé Me Arnaud lévy-Soussan, avocat d'un autre prévenu. Il y un an, le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, avait lui aussi évoqué un «emballement médiatique (...) sans rapport avec la gravité intrinsèque des faits».

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 11-03-2015 par zazou :
Une amende n aurait pas été de trop !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches