Nestlé recrute sur Hello Handicap

Nouvelle piste de traitement pour la sclérose en plaques

Résumé : Bientôt un nouveau traitement pour lutter contre la sclérose en plaques? Un anticorps possédant des effets thérapeutiques potentiels, testé chez la souris, offre de nouvelles perspectives. La progression des troubles moteurs s'en trouve bloquée.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Un anticorps possédant des effets thérapeutiques potentiels contre la sclérose en plaques, cause la plus fréquente d'invalidité neurologique de l'adulte jeune, offre des perspectives d'un nouveau médicament pour lutter contre la maladie, selon l'Inserm. Ses chercheurs, dont les travaux sont publiés le 20 juillet 2016 dans la revue spécialisée Brain, ont développé cet anticorps et l'ont testé sur des souris.

Bientôt en test sur l'Homme ?

Ils espèrent passer aussitôt que possible à de premiers essais chez les humains.
« Nous espérons pouvoir démarrer des essais cliniques -dans un premier temps sur l'innocuité de l'anticorps, puis sur son efficacité si l'innocuité est vérifiée- le plus tôt possible », a indiqué à l'AFP Fabian Docagne, qui a dirigé l'étude. « Pour cela, nous cherchons des partenaires (industriels, etc.) prêts à financer des essais qui peuvent représenter un investissement de plusieurs millions d'euros », a-t-il ajouté. Ces travaux ont fait l'objet d'une demande de brevet.

La SEP, c'est quoi ?

La sclérose en plaques (SEP), qui affecte le cerveau et la moelle épinière, est considérée comme une maladie auto-immune car le système immunitaire, censé protéger l'organisme des agressions extérieures, attaque ses propres constituants. Les cellules immunitaires, en particulier les lymphocytes, entraînent la destruction de la gaine de myéline qui entoure et protège les prolongements (axones) des neurones, perturbant ainsi la transmission de l'influx nerveux. Les lésions sous forme de « plaques » sont dispersées au niveau du cerveau et de la moelle épinière. Elles provoquent des symptômes qui varient beaucoup d'une personne à l'autre. Le plus souvent, la maladie, qui touche environ une personne sur mille, se manifeste par poussées, avec l'apparition de troubles moteurs, sensitifs et cognitifs, qui régressent en quelques semaines. Mais au fil des années, ces symptômes peuvent évoluer vers un handicap irréversible.

La progression des troubles moteurs bloquée

Les traitements actuels réduisent les poussées et améliorent la qualité de vie des patients mais ne luttent pas contre la progression de la maladie. Pour que les cellules du système immunitaire circulant dans le sang atteignent le système nerveux central, elles doivent franchir la barrière sang-cerveau (barrière hémato-encéphalique) et la barrière sang-moelle épinière (hémato-médullaire). L'anticorps, appelé Glunomab, développé au laboratoire, empêche l'ouverture de ces barrières, limitant ainsi le passage des lymphocytes agresseurs. L'équipe a testé ses effets thérapeutiques sur des souris affectées d'une forme de sclérose en plaques. Après une injection intraveineuse du Glunomab, la progression des troubles moteurs (paralysie partielle ou totale des membres) a été bloquée. Chez les souris traitées, cet effet est associé à une diminution de l'infiltration des lymphocytes dans le tissu nerveux et à une réduction de la destruction des gaines nerveuses.

©ralwel/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 22-07-2016 par Aline :
C est vraiment une bonne nouvelle pour ceux qui souffrent de cette maladie.merci pour ceux

Le 22-07-2016 par FGATS :
"Bientôt un nouveau traitement ...."
Voilà une accroche cruelle pour tous ceux qui attendent un premier traitement et qui savent bien qu'entre la première souris qui "voit" la molécule et un médicament disponible chez le pharmacien, 10 ou 15 ans vont s'écouler ...
Maintenir l'espoir, oui, mais pratiquer une certaine retenue, c'est bien aussi !
Juste mon avis.

Le 13-08-2016 par akila tlemcen :
j ai mon fils qui a la sep j espere un jour qui va guerir

Le 10-12-2016 par Bonneau yvette :
Quoi de neuf sur la sep j'en souffre depuis 2005 sclérose en plaques progressive

Le 27-02-2017 par BLUY Bernadette :
Quoi de neuf.
he suis sous Aubagio.
j'ai du mal avec l'équilibre.
Que faire?
Aidez moi

Le 11-05-2017 par carol R :
Depuis les années 70, un traitement très efficace existe: 1 gramme de Solumédrol (cortisone), dans 250 millilitres de solution glucosée, passé en intraveineuse en 45 minutes, toutes les 4 semaines.
J'ai suivi ce protocole pendant presque 20 ans, sans aucun effet secondaire.
Ma SEP a été diagnostiquée en 1993, le docteur Serdaru (Paris) qui m'a prescrit ce traitement, n'est plus de ce monde et aujourd'hui, je suis sous Aubagio, mais plus aucun médecin ne veut me prescrire ce traitement efficace et bon marché (35 euros par mois). A l'aide !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr