Handiclub, à un clic de la rencontre

Résumé : Rencontre avec Anne-Marie Arzalier présidente fondatrice de l'association de rencontre Handiclub. Cette association propose à ses adhérents pour une somme modique des prestations d'agence matrimoniale...

Par , le 

[BB]Handirect. [EB] : Handiclub existe depuis un certain nombre d'années, quel est votre bilan ?
[BB]Anne-Marie Arzalier[EB] : Cela fait 6 ans qu'Handiclub propose ses services aux personnes handicapées et nous pouvons en retenir un certain nombre de constats sur la vie affective des personnes handicapées. Le bilan de Handiclub est plutôt positif car de plus en plus de personnes nous contactent et pas seulement des particuliers, des structures, des institutions mais aussi des psychologues, des sexologues et des médecins. Ils nous demandent conseil et beaucoup de renseignements sur la meilleure manière d'aborder la vie affective et sexuelle des personnes handicapées avec lesquelles ils sont en contact. Les parents sont inquiets quant à l'avenir de leur enfant. Ils ne font pas confiance aux associations ou à l'Etat pour garantir son bonheur et estiment qu'une vie de couple lui est beaucoup plus favorable et principalement lorsqu'ils ne seront plus là.

[BB]H [EB] : Vos adhésions ont-elles évolué de manière particulière ?
[BB]A.M.A [EB] : Les adhérents sont de même nature qu'au début de l'association, ce sont principalement des personnes handicapées moteur. Ensuite nous avons des personnes avec un handicap sensoriel puis arrive le handicap mental en moindre mesure et il y a de plus en plus de personnes sans handicap qui s'inscrivent. Nous constatons qu'à la première la caractéristique première de ces personnes, c'est leur manque de confiance en elle. Beaucoup s'inscrivent puis disparaissent et après un travail personnel reviennent. Nos adhérents viennent aussi des pays francophone de l'Europe et du continent africain. Pour ces derniers nous restons très vigilants et nous avons été amenés à suspendre quelques adhésions. Notre souhait demeure de développer les adhésions dans l'Europe. Les personnes valides qui s'inscrivent connaissent déjà pour la plupart le milieu du handicap et les difficultés du quotidien que cela représente. Les personnes qui s'inscrivent dans l'idée d'aider ne restent pas longtemps.
Le constat c'est que les difficultés de rencontre sont les mêmes dans le milieu du handicap que dans le milieu ordinaire. Je note que les femmes handicapées sont particulièrement méfiantes.

[BB]H [EB] : Quel est le profil type des femmes qui sont inscrites ?
[BB]A.M.A [EB] : Elles ont en moyenne 40 ans et une grande expérience de la vie. Les plus jeunes sont souvent issues de pays africains mais il ne faut pas préjuger de leurs intentions. Nous avons plusieurs exemples de réussite de couple avec elles. Dans la mesure des possibilités nous demandons à nos adhérents d'aller sur place les rencontrer afin d'éviter des erreurs de jugement et des mariages éclairs.


[BB]H [EB] : Quel est le temps moyen pour trouver et construire une relation intéressante ?
[BB]A.M.A [EB] : Dans les premiers temps si la personne est active, les contacts se font vite mais pour une relation amoureuse sérieuse il faut en moyenne deux ans et demi.
Certaine pathologie qui empêche la personne de s'exprimer vont freiner les relations et ce n'est qu'après une rencontre et une connaissance de l'autre que la relation va s'affirmer.

[BB]H [EB] : Savez-vous combien de rencontre et de mariages sont nés du fait de Handiclub ?
[BB]A.M.A [EB] : non mais à chaque fois que nous sommes informés, nous le faisons savoir pour permettre à nos adhérents de garder l'espoir.


[BB]H [EB] : Conservez-vous un contact avec ceux qui vous signalent leur union ?
[BB]A.M.A [EB] : Nous essayons de garder le plus de contacts possibles et certains nous aident par leur témoignage et aident aussi les nouveaux adhérents dans leurs démarches.

[BB]H [EB] : Rencontrez-vous vos adhérents ?
[BB]A.M.A [EB] : Ce n'est pas facile car ils sont partout mais lors de salons professionnels, nous avons la chance d'en rencontrer un certain nombre.


[BB]H [EB] : Quels sont les projets de Handiclub ?
[BB]A.M.A [EB] : Nous allons ouvrir début juillet la nouvelle génération de notre site qui permettra une meilleure qualité de contact. Nous souhaitons aussi faire évoluer un autre type de rencontres, orientées ver l'amitié et les loisirs. Notre expertise dans le domaine nous amène à organiser des journées de sensibilisation à la vie affective des personnes handicapées dans le cadre de structures, ce que nous allons accentuer car j'ai été stupéfaite par le manque d'information des personnels comme des parents. Il y a un grand désarroi parmi ces personnes face à un sujet qui reste tabou et je lance un appel à toutes les structures pour faire appel à nos services.

[BB]H[EB] : Voyez-vous les mentalités évoluer ?
[BB]A.M.A [EB] : La façon d'aborder sa sexualité reste pour la personne handicapée un réel problème face à son entourage. Et l'inverse est aussi vrai. On en parle plus mais ça n'évolue pas aussi facilement qu'on voudrait le croire.

[BB]H [EB] : Comment s'inscrire ?
[BB]A.M.A [EB] : Nous possédons un numéro vert par lequel n'importe qui peut appeler pour recevoir une documentation gratuite. Cette demande peut aussi se faire par le biais de notre site Internet. L'adhésion est de 100 euros par an et donne droit à toutes les fiches des adhérents, qui sont aussi consultables par Internet.

Propos recueillis par JMMC

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr