Handicap et sexualité

Résumé : Offrir au désir des corps des réponses sensuelles et sexuelles

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Pour la sexo-pédagogue suisse Catherine Agthe-Diserens, présidente du SEHP (Sexualité et Handicaps Pluriels), les objectifs de l'assistance sexuelle 'sont liés aux valeurs humanistes et individuelles actuelles d'autonomisation. A ce titre, ils font corps avec le concept d'intégration maximale et les soins érotiques relèvent des normes de qualité de vie de la personne en situation de handicap.

L'assistant(e) sexuel(le) est spécifiquement sollicité pour « l'intime de l'intime », explique Catherine Agthe-Diserens. « Il (elle) pratique des approches très progressives, respectueuses, lentes, prudentes, délicates, fines et humbles, sans attendre de performance spectaculaire, révélant la personne à elle-même, à son sentiment d'être en vie en tant que femme ou homme. » Le but de cet aidant(e) d'un type un peu particulier, c'est de suppléer à un manque « dans une éthique de cet accompagnement érotique adapté » poursuit Catherine Agthe-Diserens. D'où une notable différence avec la prostitution, qui propose au « client » un acte rapide et minuté.

Et Catherine Agthe-Diserens de citer l'exemple de cette femme de trente-quatre ans, atteinte d'une maladie dégénérative grave, qui rêvait « de sentir une fois dans sa vie la peau d'un homme nu contre la sienne. » Mais, poursuit-elle, « qui sera d'accord de se coucher contre mon corps dysmorphique ? » Et qui voudra aider ce jeune homme, handicapé mental qui, ne parvenant pas à se masturber, frappe son sexe jusqu'à se blesser ? « Il a besoin d'une personne formée qui puisse prendre sa main pour lui apprendre ce geste. Nous sommes complémentaires avec la prostitution. »

Pour donner aux personnes lourdement handicapées, incapables de vivre et de gérer seules leur sexualité, la possibilité de parvenir au plaisir, elle a imaginé un programme de « formation intégrative », soutenu par une profonde réflexion éthique, qui comportera des « apports théoriques, comprenant la connaissance des divers handicaps et leurs spécificités, la sexologie et les pratiques sexo-corporelles, les notions juridiques liées aux droits et aux devoirs dans la sexualité, ainsi que la prévention des abus sexuels, la compréhension des dynamiques institutionnelles et le délicat rôle des tiers. » Ainsi, tout au long de ce cursus pédagogique originel qui sera validé par une certification, les participant(e)s s'exerceront, entre autres activités, à des analyses de situations, des expériences d'échanges relationnels par le corps, des jeux de rôles et des mises en situation. Chacun devra bien évidemment réfléchir et s'interroger aussi sur ses propres pratiques et son parcours sexuel. Pour Catherine Agthe-Diserens, « l'enseignement [dispensé] constitue en soi une formation de développement personnel. »

SEHP : Sexualités et Handicaps Pluriels : www.sehp-suisse.ch

Catherine Agthe-Diserens est l'auteur de nombreux ouvrages, dont deux écrits en collaboration avec Françoise Vatré : « Accompagnement érotique et handicap : au désir des corps des réponses sensuelles et sexuelles avec cœur. » Ed. Chronique Sociale, 2006 - et « la sexualité et les handicaps - dossiers » Ed. CSPS/SZH, 2000

 

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 28-10-2008 par Patricia Turcotte :
Merci de ce texte et Bravo au Magazine Handicap.

Je vous assure que les personnes lourdement handicapées physiquement, ou intellectuellement ou autres....; auront besoin peu importe leurs pays, de personnes aptes à les guider vers une agence quelconque, sous protections je ne sais pas de qui encore ou de quoi.... ! J'y médite pour l'avenir tout simplement et sans aucune censure aucunes.

Donc, vaut mieux débuter ses réflexions un jour ou l'autre, car qui que nous soyons sur la planète; on risque d'y passer plus vite que prévu !

Patricia Turcotte
Beauce (Québec)

Le 14-11-2008 par ARNAUD Alain :
La sexualité en France pour les handicapés est irréalisable, car ce pays est vraiment très en retard et très moyen. Il ne faut pas cacher la vérité.

Le 02-01-2009 par KHEING :
Bonjour,
j'habite sur lyon, seul, j'ai une hémiplégie partielle et il est vrai que pour la rencontre et vivre sa sexualité au quotidien n'est pas évidnet.
Ma question :existe t-il sur lyon une association de rencontre de personnes valide et invalide pour faire des rencontres.
Merci de votre réponse

Le 17-11-2009 par suzy :
Merci à mme Agthe pour son combat mené depuis des années pour la personne handicapée. Permettons leur de vivre pleinement leurs emotions et leur corps comme tout un chacun.

Le 26-06-2010 par Jean Michel ROCHER :
J'ai découvert le combat de Mme Catherine Agthe par hasard, étant tétraplégique ce sujet m'intéresse comme tout les handis. Je laisse une pierre blanche partout ou je passe pour tenter de faire tomber ses tabous absurde.Notre sexualité et différente, nous en avons besoin, ce besoin d'aimer et être aimer. La solitude pèse pour beaucoup d'entre nous. Quoi dire de plus, merci Madame pour votre combat (le notre aussi) être aider nous en avons besoin, seu/es nous ne pouvons pas faire avancer.
Cordialement,

Jean Michel ROCHER

P.S. Je demeure près de Fontainebleau FRANCE

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr