John Dever,témoignage sur la sexualité

Résumé : Pour beaucoup de personnes handicapées, un de nos problèmes est qu'on nous croit sans vie sexuelle, et donc nous ne sommes pas le genre de personne avec qui on aimerais avoir une relation amoureuse

Par , le 

Pour beaucoup de personnes handicapées, un de nos problèmes est qu'on nous croit sans vie sexuelle, et donc nous ne sommes pas le genre de personne avec qui on aimerais avoir une relation amoureuse.

C'est pourquoi ma femme Sarah, qui n'est pas handicapée, et moi, avions abordé le sujet de la sexualité très tôt en étant clairs. Il y a beaucoup d'a priori sur ce que peuvent faire les personnes handicapées et si elles peuvent être des partenaires potentielles. L'image que donne les médias des personnes handicapées n'est pas attirante.

Je crois que Sarah était assez ouverte pour reconnaître qu'elle était attirée par moi. Je ne pense pas qu 'elle ait eu des opinions contraires. Cependant j'ai dû rencontrer la mère de Sarah et je pense qu'elle avait quelques idées toutes faites en ce qui concerne les personnes handicapées. Mais quand nous nous sommes rencontrés et avons commencé à bavarder nous nous sommes bien entendu et le fait d'être dans un fauteuil roulant était secondaire. La question importante était plus si nous allions nous aimer et prendre soin l'un de l'autre.

Nous nous étions fréquentés pendant 6 mois. Je ne peux pas dire qu'avant Sarah je sortais avec des filles régulièrement . C'était difficile de rencontrer des gens et difficile de mettre à l'aise les personnes de mon entourage. A l'université, il y avait peu de place pour la sociabilité et les sorties avec des gens nouveaux . A cause des barrières qui étaient là pour les personnes handicapées, je devais me concentrer sur mon travail et terminer les cours. Ce n'était pas vraiment une expérience sociale.

Quand vous essayez de faire le premier pas vers quelqu'un en lui parlant et en essayant d'apprendre à le connaître, c'est toujours un vrai défi. C'est beaucoup plus difficile à faire et il y a de grandes chances pour que l'approche soit rejetée.

Cela peut être un vrai problème. Par exemple, je connais des gens qui ont dit « je n'aurai pas pensé que vous aviez une sexualité, une personne avec un sexe. » Vous devez être assez fort quand vous avez à faire à une personne aussi ouverte. Cela peut être douloureux. Les personnes handicapées ont les mêmes aspirations, les mêmes souhaits et les mêmes désirs que tout le monde.

Bien sûr, il y avait et il y a encore de sérieux problèmes pratiques. L'accès aux transport en commun sont encore très difficiles pour les personnes handicapées. Quand vous voulez sortir avec quelqu'un, l'organisation peut s'avérer délicate, compte tenu de l'absence d'accès à tous les transports en commun.

Sarah et moi étions dans une gare récemment et la seule façon d'accéder au quai était de prendre un escalier. Nous avons descendu les escaliers et j'ai dû me cramponner à la rampe. Brusquement j'ai remarqué qu'un train entier de personnes me regardait descendre l'escalier. Pour votre partenaire c'est une expérience traumatisante, quant à moi, j'essaye de ne pas y prêter attention. Cela a dû être assez frappant pour que je m'aperçoive de ces regards sur moi. A cette occasion, je fut peiné car un de mes proches avait été affecté.

Sarah et moi avons envisagé d'avoir un enfant, mais rien n'ai encore prévu. D'un point de vue biologique et physiologique, c'est parfaitement possible. Je suis assez fort au niveau de la partie supérieure de mon corps, mais ma paralysie cérébrale a des effets sur mon équilibre. Je ne suis pas paralysé et j'ai des sensations dans tout mon corps. Je pense que nous devons étudier l'aspect pratique comme l'organisation de la prise en charge financière et matériel des enfants, des choses un peu plus difficiles que pour la majorité des gens. Mais ce n'est pas un grand problème. Sarah me disait l'autre jour que juste avant que nous nous marions, elle a feuilleté des magazines et trouvé un article sur les différentes positions sexuels et les techniques et pensa « c'est une bonne aide ! »

John Dever, 40 ans, est en fauteuil roulant

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches