Série " Vis mon sport ", KO aux préjugés sur le handisport

Résumé : Une nouvelle web-série : " Vis mon sport ". Huit jeunes ont partagé le quotidien de quatre athlètes handisport. Une expérience inédite en France qui tacle les idées reçues sur le handicap, initiée par Philippe Croizon.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Léa, 21 ans, échange quelques balles avec Souad Yamani (paraplégique)… en tennis fauteuil ! Un défi de taille et de belles courbatures pour la jeune fille qui pratique pourtant le tennis depuis 15 ans : « Je ne peux plus bouger le bras. C'est vraiment du sport le tennis fauteuil. Je n'imaginais pas un tel niveau technique et une telle implication physique. Chapeau l'athlète ! » Une journée a suffi pour balayer les a priori, parfois tenaces, sur le handisport. C'est l'objectif de cette nouvelle web-série intitulée « Vis mon sport », née d'une idée du nageur quadri-amputé Philippe Croizon, soutenu par Harmonie Mutuelle. En quatre épisodes de 5 minutes, elle porte haut les valeurs de solidarité et de dépassement de soi.

Les 4 athlètes « Vis mon sport »

Quatre sportifs, dont certains se préparent pour les Jeux paralympiques de Rio en 2016, ont ainsi invité huit jeunes de 10 à 25 ans à partager leur entraînement. Souad Yamani est paraplégique à la suite d'un accident et mène à la fois sa vie professionnelle et une carrière sportive de tennis handisport. Timothée Adolphe,  aveugle de naissance, est en train de devenir une référence en athlétisme, avec le soutien de Cédric Félip, son guide. Sandrine Aurières-Martinet, judokate atteinte d'achromatopsie (déficience visuelle), est la référence mondiale dans sa catégorie. Quant à Théo Curin, il est le plus jeune de la bande. Quadri amputé à l'âge de 6 ans suite à une méningite, ce nageur de 14 ans fait preuve d'une force de caractère sans équivalent et se donne les moyens d'atteindre ses objectifs.

Handicap, pas un obstacle !

Cette série veut convaincre que le handicap n'est pas un frein ni un obstacle au dépassement de soi et que les handisportifs sont des athlètes à part entière. « Je ne vais pas cacher que les jeunes sont arrivés avec quelques a priori, confie Philippe. Et même pour certains avec la boule au ventre face à des handicaps parfois lourds comme celui de Théo. C'est une réalité difficile à encaisser pour des enfants. Mais face à l'énergie et la vitalité de ce champion hors normes, leur appréhension a volé en éclat. » Sandrine Aurières-Martinet s'est quant à elle prêtée au jeu parce que l'enjeu est de taille : « C'est important de changer la perception que les jeunes « valides » ont du handicap. Et le sport est, pour cette mission, un formidable vecteur, explique la championne. Mais cette série s'adresse également aux personnes handicapées elles-mêmes, avec l'envie de les convaincre des bienfaits de la pratique sportive, même sans viser le haut niveau. » Selon elle, le message est passé auprès des deux jeunes qui l'ont accompagnée sur le tatami pendant quelques heures. Une première victoire, « ippon » aux préjugés, en attendant la diffusion de cette série auprès d'un plus large public…

Diffusion à partir du 13 avril

Les quatre épisodes de « Vis mon sport » seront mis en ligne sur le site d'Harmonie Mutuelle à compter du 13 avril 2015, à raison d'un par mois (lien ci-dessous). Cette web-série 100% inédite en France, résolument optimiste, a décidé de placer la barre très haut ! A suivre…

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr