300 emplois d'avenir au service des personnes handicapées

300 emplois d'avenir au service des personnes handicapées

Résumé : Pour la première fois, une association de personnes handicapées signe un contrat d'envergure avec l'Etat et s'engage à créer 300 emplois d'avenir en CDD de trois ans. Un tremplin vers plus de formation pour des jeunes non qualifiés...
 
Par le
Lire les réactions et réagissez !

Les emplois d'avenir ont été créés par la loi n°2012-1189 du 26 octobre 2012. Ils ont pour objectif de permettre à des jeunes peu ou pas qualifiés de réussir une première expérience professionnelle et de leur ouvrir l'accès à une qualification. Ils concernent des activités présentant un caractère d'utilité sociale, environnementale ou des activités ayant un fort potentiel de création d'emplois.

300 CDD sur toute la France

Le 29 janvier 2012, lors d'une table ronde sur les métiers et emplois d'avenir dans l'économie sociale et solidaire, Jean-Louis Garcia, président de la Fédération des APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés), a signé une convention-cadre avec l'Etat. En présence de Benoit Hamon (ministre de l'économie), il a ainsi engagé l'APAJH à s'investir dans les dispositifs en créant, au sein de son réseau, jusqu'à 300 emplois de ce type. Pour Jean-Louis Garcia, « cette signature, qui est la première à engager une association du champ du handicap, s'inscrit dans la mobilisation historique de l'APAJH pour la jeunesse et la construction d'une société inclusive ».

Un vrai projet professionnel

Attachée depuis 50 ans à la formation, seul passeport à une insertion sociale et professionnelle durable, elle confirme sa volonté de permettre à des jeunes en difficulté d'accéder à un parcours de qualification les conduisant à pouvoir travailler, s'ils le souhaitent, dans le champ de l'accompagnement social et médicosocial. 300 d'entre eux seront ainsi embauchés au sein de son réseau, sur l'ensemble du territoire, pour des contrats à durée déterminée de trois ans.

Cette convention cadre mobilise l'Etat qui contribuera à la mise en œuvre de ces emplois en les prenant financièrement en charge à hauteur de 75% de la rémunération brute du SMIC. Elle concernera principalement des postes d'animateur socio-éducatif, d'auxiliaire médico-psychologique, de veilleur de nuit, d'agent administratif, de cariste. Elle prévoit aussi des emplois « nouveaux » comme des accompagnateurs d'insertion professionnelle. A terme, la fédération s'engage également à aider ces jeunes à élaborer un vrai projet professionnel afin de renforcer leur employabilité.

Un accompagnement « sur-mesure »

Cela suppose un dispositif global pour encadrer au plus près chaque recrue, avec la mise en place d'un référent au sein de chaque structure, la mise en œuvre d'actions de formations (un cursus sur la connaissance du handicap, autour des notions d'éthique et de bientraitance, des formations de remise à niveau, pré qualifiantes, qualifiantes, voire certifiantes, préparant aux métiers du médico-social) et la conclusion de partenariats avec des organismes de formations (réseau des GRETA et l'AFPA). Au bout de 17 mois, un bilan sera réalisé pour chaque jeune et un repérage des emplois susceptibles de correspondre aux qualifications acquises sera alors mené, à moins qu'il ne préfère s'engager dans un parcours de qualification spécifique.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Partager sur : Viadeo Google Bookmarks LinkedIn Twitter Facebook

Lire les réactions sur cet article.

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens

Commentaires

Réagissez à cet article
 

Le 31/01/2013 par yolande :
il faudrait penser a ceux ages de plus de 50 ans aussi tous ont besoin de vivre

Le 01/02/2013 par MARLENE :
On parle beaucoup de loi sur le mariage des homosexuels,mais on ne parle pas d'un handicapé qui ne peut se marier avec quelqu'un de valide et avoir des enfants car si sa seule ressource est l'AAH, on lui la supprime à cause du salaire de son conjoint. Scandaleux de pénaliser 2 fois une personne pour son handicap et lui ôter toute chance de vivre une vie normale

Le 01/02/2013 par Plaire :
bjr,

Je partage le commentaire de Yolande, en effet, je suis TH et j'ai 50 ans, nous sommes les oubliés de la société. je voudrais faire une remarque, j'ai fais une formation à l'AFPA de secrétaire comptable pendant 13 mois en TH, CAP EMPLOI nous avait promis qu'il nous trouverait du travail en sortant de cette formation diplômante, mais depuis plus d'un an en m'acharnant tous les jours, je suis encore sans emploi, la galère ! de plus je voudrais soulignée que nos référents de CAP EMPLOI n'ont rien à faire de nos problèmes leurs promesses se sont envolées nous abandonnant à notre problème ! je pense que la société paye des gens qui sont incapables de nous aider ! si on les mettait de l'autre côté de la barrière je pense qu'ils comprendraient plus de chose ! Monsieur le Ministre du travail bougé donc votre cul !

Soumettre un commentaire
Rappel : merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux... Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants.

Recevez la newsletter Handicap.fr