Inscrivez-vous à l'Handesport challenge Akka Inscrivez-vous à l'Handesport challenge Akka Inscrivez-vous à l'Handesport challenge Akka

Handicap face au covid : vers un tri des malades?

Un collectif associatif a fait part le 3 avril 2020 de sa "forte inquiétude" à l'idée que les personnes handicapées puissent se voir, du fait de leur handicap, refuser des soins hospitaliers si elles contractaient le Covid-19.

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article
Illustration article

"Nous avons des remontées de terrain qui nous laissent penser que nos craintes commencent à se concrétiser", a dit à l'AFP Arnaud de Broca, le président du Collectif handicaps, qui regroupe 48 associations. Le risque est de voir se développer un "tri des patients à l'arrivée aux urgences et parfois en amont même, par les services du 15", au préjudice des personnes handicapées accueillies en établissement, selon le collectif.

Ne venez pas à l'hôpital

"Ce sont des gens à qui on dit : 'Ne venez pas à l'hôpital et restez dans votre établissement pour y être soigné'. Le problème, c'est que les établissements médico-sociaux n'ont ni la capacité, ni le matériel, ni les compétences pour traiter les cas graves", a développé M. de Broca. "Certes, les hôpitaux sont submergés mais nous voudrions des directives claires de la part du gouvernement, pour éviter toute discrimination", a-t-il ajouté. Ces directives sont d'autant plus attendues que, dans les établissements médico-sociaux hébergeant des personnes handicapées, on compte déjà quelques décès - pas encore précisément comptabilisés -, et "la vague est devant nous", selon le président du collectif.

Un tri des malades ?

Cette tendance à faire du handicap l'un des critères de "tri" des malades a été confirmée à l'AFP par un médecin intervenant dans des établissements pour personnes handicapées dans le Grand Est. Ce médecin -qui a requis l'anonymat- raconte avoir été "choqué" en recevant des recommandations en ce sens de la part de l'hôpital de proximité dont dépendent les établissements où il intervient. Dans ce courriel, que le médecin a lu à l'AFP, l'hôpital estime "nécessaire d'adopter une stratégie de prise en charge proportionnée", pour "maximiser les chances de survie des résidents pouvant potentiellement passer un cap", et "accompagner" (sans hospitaliser) "celles ou ceux qui malheureusement ne le passeront pas". Pour ce faire, l'hôpital recommande aux médecins d'évaluer les éventuelles pathologies dont souffre par ailleurs le patient, et cite, parmi les critères à prendre en compte, l'insuffisance respiratoire ou cardiaque, le diabète, des troubles psycho-comportementaux... ou un certain "niveau de handicap".

Interpellée le 2 avril par un internaute, la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, s'est élevée contre toute discrimination dans l'accès aux soins. "Les personnes handicapées doivent pouvoir bénéficier des mêmes soins que toute la population. Les symptômes cliniques doivent être considérés en fonction de l'état pulmonaire du patient et sa capacité à supporter 15 jours de réanimation. Donc non, elles ne sont pas mises de côté, nous y travaillons", a-t-elle martelé, en réponse à une question lors d'un "Facebook live".

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

 
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.