Après une grève de la faim, un père obtient une place en IME

Une semaine après avoir entamé une grève de la faim pour dénoncer la déscolarisation de son fils avec autisme, Georgio Loiseau annonce se réalimenter progressivement après avoir obtenu une place dans un IME. Mais, pour ce maire, le combat continue.

• Par

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Illustration article Après une grève de la faim, un père obtient une place en IME

DERNIERE MINUTE DU 7 JUIN 2023
Le 5 juin 2023, Georgio Loiseau met un terme à sa grève de la faim, une semaine après l'avoir débutée. Il est fatigué, peine à s'alimenter, a un taux de potassium extrêmement faible... Mais il a obtenu gain de cause. Son fils, Elyes, 12 ans, avec autisme, s'est vu proposer une place en IME (Institut médico-éducatif), et pas n'importe lequel. Celui de son choix. Une victoire en tant que père, mais aussi en tant que maire (de Poses) puisqu'il affirme, sur France 3 régions, avoir « six situations explosives en cours de résolution ».

S'il souhaite aujourd'hui prendre du temps pour se reposer et se réalimenter après cette expérience qui lui a laissé quelques « stigmates », il se dit déterminé à poursuivre le combat pour dénoncer le manque de solutions scolaires pour les élèves en situation de handicap. « L'idée, c'est de monter un groupe de travail transpartisan autour de la thématique du handicap. D'impliquer les familles dans un projet de vie, de faire en sorte qu'il n'y ait plus de familles sans solutions et à domicile », poursuit-il.

ARTICLE INITIAL DU 26 MAI 2023
« Je suis au pied du mur. Moi qui ai tant donné à la République, que fait-elle pour moi ? » C'est un coup de gueule qui n'est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux. Georgio Loiseau, le maire de la commune de Poses, dans l'Eure, a annoncé entamer une grève de la faim dans une vidéo postée le 24 mai 2023 sur son compte Facebook. La raison de ce cri de détresse ? Son fils autiste de 12 ans et « quatre autres enfants en situation de vraie urgence » arriveront en fin de parcours scolaire en juin 2023, dans une école que monsieur Loiseau a lui-même créée en 2017. A l'époque, le père de famille fonde une Unité d'enseignement en élémentaire autisme (UEEA) dans sa commune « parce que l'école de la République ne voulait déjà pas accueillir » son enfant. Cette structure, au départ associative, est désormais sous la tutelle de l'Etat, dirigée par l'Education nationale et financée par l'Agence régionale de santé (ARS). « Notre modèle a été repris, dupliqué, mais il manque des places notamment pour la suite du cursus en collège et lycée », a-t-il précisé à l'AFP.

Un maire engagé dans le monde associatif

« Je suis très attaché à ma fonction de maire et, en même temps, je suis très amer du manque de considération à laquelle on fait face », admet Georgio Loiseau. Après avoir usé de tous les recours, après avoir écrit aux députés et sénateurs, présidents des chambres, élus locaux et à la ministre chargée du Handicap, Geneviève Darrieussecq, il se considère contraint d'employer la méthode forte et de « faire du buzz », pour se faire entendre. « Parce que le handicap, tout le monde s'en fout », clame-t-il dans sa vidéo visionnée plus de 30 000 fois. Pour appuyer sa demande, il s'est rendu le 29 mai 2023 à la préfecture et au Conseil départemental de l'Eure, à Evreux. « Je serai en grève de la faim jusqu'à ce que des solutions soient créées pour ceux qui n'en ont pas », prévient-il, réclamant un « calendrier avec de vraies sessions de travail pour la création de places d'accueil pour les élèves autistes ».

Un début d'éclaircie ?

Depuis la médiatisation de l'affaire, une solution semble tout de même se dessiner pour le fils de Georgio Loiseau. La Direction académique des services de l'Éducation nationale (Dasen) lui a octroyé le « droit de rester » dans son école, d'après l'AFP. Malgré un conseil département « très à l'écoute » et « conscient des difficultés des familles », le maire de Poses ne souhaite pas « se nourrir de ses belles paroles » et annonce poursuivre sa grève de la faim. Une rencontre avec la ministre Darrieussecq était prévue le 31 mai 2023 mais rien n'a encore fuité à l'issue de cette entrevue. Engagé depuis plusieurs années dans le champ du handicap, l'élu, également vice-président de l'Association des maires ruraux de l'Eure, crée en 2015 l'association L'Oiseau bleu 27, qui soutient les familles d'enfants autistes, puis, en 2019, le Nid Bleu, une unité dédiée aux enfants avec autisme dans sa ville. Trois ans plus tard, il offre même à Josef Schovanec, philosophe et écrivain autiste Asperger, son parrainage pour l'élection présidentielle alors que ce dernier ne s'est pas présenté (Lire : Josef Schovanec parrainé par un maire pour la présidentielle).

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"
Commentaires3 Réagissez à cet article

Thèmes :

Ne ratez rien de l'actualité du handicap, en recevant notre lettre d'information ! Inscription

Handicap.fr vous suggère aussi...
3 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.