Handicap: indignes de vivre, 300 000 morts durant la guerre

Résumé : L'Allemagne rend hommage aux 300 000 personnes handicapées assassinées en secret par les Nazis pendant la guerre, considérées comme "indignes de vivre" afin de protéger le patrimoine génétique aryen.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Le parlement allemand a rendu hommage le 27 janvier 2017, à l'occasion de la journée d'hommage aux victimes des nazis, aux personnes malades et handicapées assassinées en secret par le régime d'Adolf Hitler. En présence de la chancelière Angela Merkel et du président Joachim Gauck, sur fond de drapeaux allemands en berne et devant un hémicycle bondé et figé, un comédien porteur de trisomie et des descendants des victimes de ce massacre perpétré en Allemagne sous couvert d'euthanasie ont lu des lettres et témoignages.

Gazés dans les hôpitaux

Hartmut Traub a retracé la mort de son oncle Benjamin, schizophrène gazé à 27 ans, en 1941, dans une chambre hermétique installée au sous-sol d'un hôpital psychiatrique, « avec 63 autres personnes pendant qu'un infirmier vérifiait par une lucarne de contrôle qu'ils étaient bien en train de mourir, c'était le protocole ». Entre janvier 1940 et août 1941, plus de 70 000 personnes atteintes de maladies mentales, héréditaires ou de handicaps, et que les nazis considéraient comme « indignes de vivre », ont été gazées et incinérées dans six lieux dédiés à travers l'Allemagne. Il s'agissait pour les autorités de mettre en application une politique eugéniste destinée à protéger le patrimoine génétique de la soi-disant race aryenne. Les protestations individuelles ont entraîné l'arrêt officiel du programme.

Autres temps, autres meurtres…

Mais les meurtres ont continué jusqu'en 1945 sous d'autres formes : privation de nourriture, négligence, injections de doses létales d'antidouleurs par le prétendu personnel soignant. Ce programme secret baptisé « T4 » a fait environ 300 000 victimes. Un premier mémorial a été inauguré à Berlin en 2014 (article en lien ci-dessous), dans la rue où une poignée de dirigeants nazis ont élaboré ce programme clandestin. Chaque année le 27 janvier, date anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz en 1945, des commémorations sont organisées notamment dans les différents mémoriaux des camps nazis en Europe.

Hommage de la France

Rappelons que le 10 décembre 2016, pour la première fois, la France rendait hommage aux 45 000 victimes handicapées et malades de la 2e guerre (article en lien ci-dessous). François Hollande avait alors inauguré une plaque commémorative sur le parvis des Droits de l'Homme, au Trocadéro. Gravé à jamais face à la Tour Eiffel ; il y est écrit : « 45 000 d'entre elles, fragilisées par la maladie mentale ou le handicap et gravement négligées, sont mortes de dénutrition dans les établissements qui les accueillaient ».

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches