Auvergne-Rhône-Alpes : bientôt 1ère région paralympique ?

Résumé : La Région Auvergne-Rhône-Alpes fait du "sport et handicap" sa Grande cause régionale 2018. Une enveloppe de 4 millions d'euros pour faciliter la pratique des personnes handicapées. Elle veut être la 1ère région paralympique de France.

Par , le 

Réagissez à cet article !

4 millions d'euros, c'est la somme qui sera consacrée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes afin de développer une large action « sport et handicap ». Depuis 2016, elle a multiplié par 4 son soutien à la pratique dédiée à ce public, qu'il soit en situation de handicap mental (sport adapté) ou physique (handisport). En compagnie de Sandrine Chaix, conseillère déléguée au handicap, et Marie-Camille Rey, vice-présidente déléguée à la jeunesse, au sport et à la vie associative, Laurent Wauquiez, président de Région, a présenté à la presse les plans d'actions et d'investissements à venir.

Du sport, tous ensemble

Un des objectifs majeurs, en 2018, c'est permettre aux personnes en situation de handicap d'avoir accès à des clubs qui disposent de matériel et de structures adaptées et où ils pourront pratiquer « en même temps que les valides ». Une valeur d'inclusion sur laquelle Laurent Wauquiez est revenu plusieurs fois. La Région concentrera donc une majeure partie de son budget aux infrastructures et à l'achat d'équipements adaptés. Permettre, à travers le sport, de sensibiliser au handicap, de briser les murs, c'est l'objectif de cette démarche. « Le sport, c'est avant tout un vecteur d'intégration sociale et professionnelle mais également un vecteur d'autonomie », affirme Laurent Wauquiez. Une valeur sur laquelle il est revenu à plusieurs reprises lors de sa conférence de presse.

Première région paralympique de France ?

Entouré d'athlètes, de représentants de club, le président de Région a tenu à insister sur la nécessaire participation de tous afin que les choses évoluent. Désormais, un volet handicap sera intégré aux contrats avec les partenaires, afin que ces derniers montrent l'exemple et ouvrent la voie. La création d'un club de partenaires publics et privés a également été évoquée pour favoriser la pratique, l'échange et l'aide aux athlètes en situation de handicap, notamment via des bourses de mobilité. « Notre ambition est d'être la première région paralympique de France, et nous allons engager une concertation tout au long de l'année avec les fédérations et les acteurs du sport et handicap pour structurer le haut niveau dans la Région », a-t-il déclaré. Sur cette lancée, la Région accueillera la coupe du monde de ski alpin handisport du 21 au 26 janvier 2018, à Tignes.

Des évènements toute l'année

Afin de fédérer les différents acteurs autour de sa grande cause et créer une vraie filière spécialiste en la matière, la Région organisera des évènements tout au long de l'année. À venir en 2018 : plusieurs conférences sur les thèmes « Handicap, sport et santé », « Handicap, sport et montagne » ou encore des assises « Sport et Handicap ». Pour dresser un bilan, le Conseil régional accueillera, comme chaque automne, les Rencontres H+, point d'orgue clôturant la Grande cause régionale.

Un Pass pour les 15-25 ans

Inciter les plus jeunes à la pratique est également un des fils conducteurs de cet engagement. Le Pass Région, déjà existant, permet aux 15-25 ans d'avoir des places à prix réduits pour des évènements culturels. Il leur permet également de bénéficier de réductions sur leur licence sportive. Les jeunes en situation de handicap pourront désormais disposer d'une aide de 60 euros pour l'achat de leur licence. Un dispositif incitant à l'engagement bénévole des jeunes est, par ailleurs, lancé ; il doit garantir l'ouverture des missions de bénévolat aux lycéens dans les clubs handisport et sport adapté de la Région.

Une grande cause régionale handicap

La Grande cause régionale Auvergne-Rhône-Alpes met chaque année en lumière une thématique liée au handicap. En 2017, ce sont les troubles « dys » qui étaient à l'honneur (article en lien ci-dessous), avec des initiatives et des actions concrètes, sur un an. C'est dans ce cadre qu'est né le Livre blanc qui recueille l'ensemble des initiatives, des constats et des propositions permettant de faire évoluer les mentalités et alerter l'opinion publique sur des troubles comme la dyslexie, la dyspraxie ou la dysphasie. Toutes ces propositions seront ensuite soumises au gouvernement.

© Pixabay et Michel Peres

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Assan Haidara, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr