Handicap : "En France, le suffrage n'est pas universel !"

Résumé : Les Français se préparent à aller voter. Et, pourtant, des dizaines de milliers de citoyens placés sous tutelle s'en trouvent privés au motif de leur handicap intellectuel ou psychique. Le point avec Christine Lazerges*, présidente de la CNCDH**.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

*Coécrit avec Albert Prevos, président du Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes
** Commission nationale consultative des droits de l'Homme

Cette interview complète l'article publié sur handicap.fr le 26 janvier 2017 (lien ci-dessous).

Handicap.fr : Quelle est la situation actuelle pour les citoyens et citoyennes en situation de handicap, notamment psychique ou intellectuel ? Un juge a-t-il toujours le pouvoir de retirer le droit de vote à une personne placée sous tutelle ?
Christine Lazerges : Oui. Cette situation découle de l'article L.5 du code électoral qui dispose que « lorsqu'il ouvre ou renouvelle une mesure de tutelle, le juge statue sur le maintien ou la suppression du droit de vote de la personne protégée ». Ainsi, une personne vivant avec un handicap intellectuel ou psychique bénéficiant d'une mesure de protection au titre, par exemple, des difficultés qu'elle rencontrerait en matière de gestion budgétaire, se verrait soumise à un « permis de voter » dont le juge serait le seul évaluateur. Aujourd'hui, 350 000 personnes sont placées sous tutelle, et sont donc soumises à une évaluation de leur capacité électorale ; parmi elles, plusieurs dizaines de milliers de personnes vivant avec un handicap intellectuel ou psychique. Aussi, l'enjeu est-il loin d'être mineur. La Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) souhaite dénoncer les atteintes au droit et aux principes républicains que porte l'article L. 5 et qui entacheront d'injustice le processus électoral du printemps 2017.

H.fr : C'est pourquoi la CNCDH a émis un avis pour rappeler que le droit français est contraire à la Convention des Nations unies…
CL : En effet, dans cet avis adopté le 26 janvier, la CNCDH montre que l'article L.5 du code électoral est une loi inique. D'abord, il contrevient à la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées (CIDPH) dont le 29e article affirme l'inaliénabilité du droit de vote pour toutes les personnes handicapées. « Sans exception ! », a d'ailleurs martelé le Comité des Nations unies en charge du suivi du respect des dispositions de la Convention, qui rappelle que « restreindre le droit de vote en raison d'un handicap constitue une discrimination directe […]. Cela est également le cas pour les classifications qui visent des sous-catégories spécifiques de personnes handicapées, comme les personnes sous tutelle ».

H.fr : Existe-t-il des critères objectifs pour évaluer la capacité à voter ?
CL : Pas vraiment. Et c'est pourquoi cet article L. 5 porte également atteinte au principe de sécurité juridique car, à l'heure actuelle, aucune procédure d'évaluation clairement établie n'existe. L'évaluation de la capacité de vote dépend essentiellement de l'opinion que le juge se fait des compétences nécessaires pour voter. Certes, le médecin est invité à donner son avis sur l'état des capacités intellectuelles de la personne mise sous tutelle mais est-ce, là encore, au médecin de décider selon ses propres critères, ce qui constitue le « bon » électeur ?

H.fr : Cette situation n'est-elle pas  profondément discriminatoire ? Après tout, pourquoi ne pas  prévoir ce « permis de voter » pour tous ?
CL : En effet, si une évaluation de la capacité de voter doit être instituée, pourquoi la limiter aux personnes sous tutelle ? Si l'on doit établir un « permis de voter », il faut l'établir pour tous les Français et Françaises, faute de quoi cela constitue une discrimination flagrante.

H.fr : Du point de vue de la personne qui se voit retirer le droit de vote, cette mesure n'est-elle pas vécue comme une atteinte à sa dignité même ?
CL : Tout à fait ! Du reste, au-delà des problèmes de droit que pose l'article L.5 du code électoral, le manque de considération pour cette question, dont ont encore tout récemment témoigné le Gouvernement et le Parlement lors des débats sur la loi Égalité et Citoyenneté, constitue une forme de mépris à l'égard des personnes vivant avec un handicap intellectuel et psychique. Pour celles-ci, comme pour toute personne, l'exercice du droit de vote est en effet un gage de dignité. Comme le rappelle la CNCDH dans son avis, « les témoignages du monde associatif sont unanimes en ce sens : l'accès au droit de vote crée un sentiment d'existence civique, et, plus généralement, d'inclusion sociale ; la suspension du droit de vote est, quant à elle, hautement stigmatisante. On ne peut pas d'un côté affirmer que les personnes handicapées sont des citoyens comme les autres et, de l'autre, leur retirer l'attribut le plus emblématique de la citoyenneté ».

H.fr : Qu'est-ce qui peut expliquer les réticences à ce sujet ?
CL : Rien. Les réticences du Gouvernement sont dépourvues de logique car, depuis l'institution du suffrage universel, en 1848, l'éveil politique des Français s'est construit au contact des urnes. Il est ainsi inexact de penser qu'il faut apprendre la politique pour pouvoir voter car c'est précisément en étant appelé à voter que l'on s'intéresse à la politique et, ainsi, que l'on l'apprend. À rebours de la conception capacitaire que Gouvernement et Parlement entretiennent, il faut encourager et accompagner les personnes vivant avec un handicap intellectuel ou psychique dans l'exercice de leur droit de vote, afin qu'elles puissent participer au débat public à parité avec leurs concitoyennes et concitoyens.

H.fr : Le droit de vote pour toutes et tous n'est-il pas le socle d'une société inclusive ?
CL : Évidemment et l'abrogation de cet article ne bénéficierait pas seulement aux personnes vivant avec un handicap intellectuel et psychique. Dans son avis, la CNCDH affirme ainsi qu'« une pédagogie citoyenne qui valoriserait la participation de tous, dans le respect de la diversité des conditions physiques, mentales et intellectuelles, ne bénéficierait pas seulement aux personnes handicapées, mais à l'ensemble des citoyens, vulnérables ou non. Le législateur qui, à l'appui des préjugés, a maintenu un suffrage partiel, oublie que le vote n'est pas seulement un mécanisme institutionnel : il est d'abord la rencontre du corps civique avec lui-même, un rituel social qui consacre la liberté d'opinion et le droit à la différence ».

H.fr : Quelle est donc, in fine, votre demande précise ?
CL : Pour que les élections en France répondent enfin de la promesse républicaine d'une nation diverse mais indivisible, il faut mettre fin à l'exclusion électorale des personnes vivant avec un handicap intellectuel et psychique. Il faut donc abroger l'article L. 5 du code électoral.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 02-02-2017 par Fondation Shan :
En Belgique non plus ! Qu'on se le dise, lorsqu'une personne en situation de handicap mental voit son droit de vote supprimé, il n'est pas reporté. Sa représentation politique disparait complètement. 50 000 personnes seraient dans le cas, cela représente 1% de la population qui n'a aucun poids politique. Il suffirait de prévoir une procuration à la personne de confiance, voire l'administrateur pour que le suffrage soit enfin universel. C'est la solution que la Fondation Shan a proposé au Ministre de Tutelle.

Le 03-02-2017 par el yagoubi :
La tutelle et la curatelle sont des mesures conçues dans une collusion entre la psychiatrie, la justice et la politique dans un but de déposséder des personnes de leur bien. Cette procédure est conçue dans une collusion entre entre ces instances
dans une entreprise de dégradation et de destruction des personnes stigmatisées de "incapables". La fonction de dépossession des déléguée des associations des mandataires au fonctionnement des bandes criminelles.

Le 03-02-2017 par guieu :
le vote est capable d'être orienté , car la personne sous tutelle est vulnérable .
donc on peut l'influencer .

Le 03-02-2017 par guieu :
l"article L5 du code électoral a peut être été motivé par la vulnérabilité de la personne sous tutelle ?
en effet , on peut faire pression sur l'handicapé pour orienter son vote .

Le 03-02-2017 par guieu :
l'article L5 du code électoral concerne les personnes dont on peut influencer le vote .

Le 03-02-2017 par Marie Claire :
Bonjour, j'ai besoin de votre aide. Handicapée à 80% suite à mon accident de la route, j'ai obtenu une indemnité pour mon préjudice corporel qui est un bien propre selon l'article 1404 du code civil. lors de mon divorce, mon ex.mari qui a le bras long et des relations occultes, veut me prendre mon indemnité et la justice lui donne raison. Meme mon avocat s'est mise pour lui, ainsi que la Cour de Cassation.
Quel est mon recours ?
Merci infiniment de vos conseils.
Bien cordialement vôtre.

Le 03-02-2017 par el yagoubi :
Correction et précision

La tutelle et la curatelle sont des mesures conçues dans une collusion entre la psychiatrie, la justice et la politique dans un but de déposséder des personnes de leur bien. Cette procédure est conçue dans une collusion entre entre ces instances dans une entreprise de dégradation et de destruction des personnes stigmatisées de "incapables". La fonction de dépossession est déléguée à des associations des mandataires au fonctionnement générateurs des interrogations sur les logiques de « protection juridique des majeurs ». L'infantilisation et l'abaissement de l'identité des vulnérables sont de taille XXXL. Les rapports de la Cour des comptes et de Défenseur de droit de 2016 sont clairs. Le lien ici : http://www.defenseurdesdroits.fr/sites/default/files/atoms/files/rapport-majeurs_vulnerables-v5-num.pdf
http://www.ccomptes.fr/Accueil/Publications/Publications/La-protection-juridique-des-majeurs-une-reforme-ambitieuse-une-mise-en-aeuvre-defaillante

Le 03-02-2017 par Walter Salens :
A Marie Claire: faute de forum, difficile d'échanger sur votre question. Votre terme "indemnité pour mon préjudice corporel" est vague? Venant de qui, une rente, un capital...? Et puis, comment est-elle entrée dans les "biens communs" du couple?

Le 03-02-2017 par REMY VINET :
Accès universel ? dont les urnes sur place .Difficilement pour les gens à mobilité très réduites .Il existe une technique mise au point par le CNRS qui fonctionne à NANTES qui devrait être généralisée.

Le 04-02-2017 par ISA :
Travaillant en EHPAD ,beaucoup des résidents sont sous tutelle avec un mini mental test très bas,aussi leur choix ne peut même pas ce faire malheureusement (Alzheimer très évolué)

Le 06-02-2017 par Marie Claire :
Bonjour, réponse à Walter Salens, mon indemnité d'accident pour mon préjudice corporel, m'a été versé directement par l'assurance du tiers responsable, sur mon compte commun. Puis, mon ex mari a demandé le divorce et réclamé la moitié de mon indemnité, alors qu'il n'a jamais été dans l'accident.
Cette indemnité est un bien propre de par la loi et n'appartient pas à la communauté, selon l'article 1404 du code civil. Mais les Juges, pour des raisons occultes, en ont décidé autrement, malgré mes avocats et notaires, qui défendaient l'article 1404. Ils se sont rangés avec mon ex mari qui bloque la liquidation depuis 10 ans en bloquant les comptes . Il me reste la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour obtenir gain de cause. La France ayant déjà été condamnée des milliers de fois par celle-ci. Hélas !
Marie Claire.

Le 08-02-2017 par lacombe :
victime d'agression dans un ESAT à Sarp (65) le 15/10/2015, je en accident de travail . En 2014 j'avais informé la direction le CE.DE.T.P.H. des problèmes d'agressions verbales et physiques à Sarp mais pas de réponse . En 2015 j'avais encore informé la direction des problèmes d'agressions verbales et physiques dans les autres ESAT mais pas de réponse .Le 15/11/2016 la direction me convoque pour me dire qu'il allait me licencier .
MATHIEU TRAVAILLEUR HANDICAPÉ C'EST SUICIDÉ EN 2015

Le 14-02-2017 par lacombe :
je vous demande votre soutien par rapport à ma pétition sur internet: mes opinions : lancer la pétition : maltraitance dans les ESAT (milieu protégé)
MERCI ENCORE DE VOTRE SOUTIEN

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut