Hello Handicap le salon 0 déplacements, 100% recrutement

Famille d'accueil, elle tue son pensionnaire handicapé

Résumé : Une femme agréée comme famille d'accueil a été condamnée à 25 ans de réclusion criminelle, le 22 octobre 2016 à Lons-le-Saunier, pour avoir tué en 2011 son pensionnaire handicapé, en l'attachant à son lit et en l'asphyxiant. Sordide !

Par , le 

Réagissez à cet article !

Le ministère public avait requis 30 ans à l'encontre de Marie-Paulette Françoise, 51 ans, qui comparaissait pour « meurtre sur personne vulnérable » devant la cour d'assises du Jura. Elle a été condamnée à 25 ans de réclusion criminelle. La cour l'a reconnue coupable d'avoir tué un homme handicapé physique et mental, âgé de 57 ans, qui avait été placé en famille d'accueil chez elle, à Plasne, dans le Jura. L'accusée, qui souffrait d'alcoolisme, avait reconnu devant les enquêteurs avoir attaché à un lit les mains et les pieds de son pensionnaire, ainsi que sa tête à l'aide d'un noeud coulant, afin de l'empêcher de quitter sa chambre. L'accusée lui avait ensuite recouvert la tête avec une couette, pour l'empêcher de crier, avant de la lui frapper avec un balai.

Gisant dans les escaliers

Le corps de la victime avait été retrouvé en juillet 2011, en état de putréfaction avancée, gisant dans les escaliers menant à la cave de la maison, après plusieurs semaines de disparition. « Depuis le décès de son conjoint en avril 2011, elle était perdue, elle buvait encore plus, et elle avait peur de son pensionnaire qui se montrait entreprenant avec elle », a expliqué l'un de ses avocats, Me Marjorie Weiermann. Le soir du drame, « elle n'avait pas l'intention de le tuer », « elle a eu peur, elle l'a attaché au lit pour ne pas qu'il vienne l'entreprendre », a-elle précisé. D'après l'autopsie du corps, la victime est décédée d'une lente asphyxie causée à la fois par la couette déposée sur le visage de l'homme et un léger effet de strangulation de la corde.

Les avocats de l'accusée, Me Marjorie Weiermann et Me Samuel Estève, avaient demandé un renvoi, car leur cliente ne peut pas parler en raison d'une récente ablation du larynx. La demande de renvoi avait été rejetée et l'accusée avait été invitée à s'exprimer par écrit, ce qu'elle a refusé de faire. Ses avocats ont annoncé son intention de faire appel de sa condamnation.

© Bernd Libbach/Fotolia

Réagissez à cet article !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches