Pas d'athlètes avec un handicap mental aux Jeux : injuste ?

Résumé : La Fédération française de sport adapté (FFSA) a déploré que les skieurs et les fondeurs de haut niveau porteurs d'un handicap mental ou psychique soient toujours absents des Jeux paralympiques d'hiver, dénonçant "une injustice".

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

À Pyeongchang, en Corée du Sud, les compétitions paralympiques ont débuté le 10 mars après le départ des champions "valides". Les athlètes sélectionnés ont des handicaps moteurs ou sensoriels. "C'est injuste. L'objectif numéro un, c'est d'obtenir l'inscription de nos skieurs et de nos fondeurs aux prochains Jeux paralympiques, qui se tiendront à Pékin en 2022. On va batailler", annonce Christian Richard, conseiller technique national (CTN) à la FFSA (Fédération française du sport adapté).

Rivalités fraternelles ?

Cette semaine, 166 athlètes ont participé à Lans-en-Vercors et à Autrans, près de Grenoble, aux Championnats de France de ski alpin et nordique sport adapté. L'épreuve s'est achevée le 10 mars après-midi au pied des cimes enneigées du plateau du Vercors. La FFSA y a appelé les instances sportives, comités français et international paralympiques en tête, à s'emparer davantage de la question pour permettre aux champions du sport adapté -66 000 licenciés en France, contre 13 000 pour le handisport qui encadre les sportifs handicapés moteurs et sensoriels- de se faire une place aux Jeux d'hiver. L'une des voies menant à la réintégration des athlètes de la FFSA passe par "l'infléchissement de la position de la Fédération française handisport (FFH) qui voit d'un mauvais oeil l'idée de laisser des places de son quota aux sportifs du sport adapté", analyse Yves Frecon, président du Comité départemental Isère du sport adapté. "Le handicap mental ou psychique est aussi moins médiatique que le handicap moteur. L'enjeu est humaniste. Il y a un travail de communication à faire", ajoute Christian Richard.

Exclus un temps des Jeux d'été

Exclus à l'échelle mondiale des compétitions paralympiques durant la décennie 2000 suite à la mise au jour de tricheries, les athlètes issus du sport adapté ont repris peu à peu leur place au sein des délégations des Jeux d'été. A Londres d'abord en 2012, puis à Rio en 2016, dans trois sports : l'athlétisme, la natation et le tennis de table. "On a pas mal ramé pour obtenir ce résultat. Et encore, en athlétisme, cette avancée ne touche que deux ou trois épreuves seulement", déplore Christian Richard. S'agissant du sport adapté, la France est la première nation mondiale en ski alpin et la seconde en ski nordique.

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 10-03-2018 par Walter Salens :
Ils trouveront bien un terrain d'entente tôt ou tard. Ne parlons pas "d'injustice" ou de "discrimination". Et que les politiques restent en dehors.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr