Transports adaptés : les loisirs pas prioritaires !

Résumé : Manifestation à Lyon le 26 octobre 2017 pour protester contre la décision d'un service de transport adapté de privilégier les personnes handicapées qui travaillent. Pour les loisirs, repassez plus tard !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le jeudi 26 octobre, à 15 heures, ils manifestent devant le siège du SYTRAL (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise), à Lyon. Avec pour slogan « Halte aux discriminations ! Pour la satisfaction de nos revendications ! ». « Ils », ce sont les membres du CARPA (Collectif des associations du Rhône) qui reprochent au service de transport adapté Optibus de mettre certains « usagers handicapés en état d'infériorité ». Explications…

Un service de transport adapté

Même si la majorité des transports en commun de l'agglomération lyonnaise est accessible aux personnes handicapées, un service de transport adapté, de porte à porte, vient en complément pour permettre aux usagers les plus handicapés d'effectuer certains déplacements dans des conditions optimales de confort et de sécurité. Ce service organise deux types de transport : des transports réguliers chaque semaine et des transports occasionnels sur réservation. Dans tous les cas, une planification est organisée à l'avance. Ainsi, chaque usager, une fois inscrit, a normalement la garantie d'être transporté au jour et à l'heure convenue. « C'était du moins le cas auparavant ! », s'indigne le Comité pour le droit au travail des handicapés et l'égalité des droits (CDTHED) qui s'est associé à cette action.

Renoncer à la culture ?

En effet, selon cette association, le SYTRAL a récemment modifié le règlement d'Optibus, définissant des priorités d'attribution des transports, reléguant les loisirs tout en bas de l'échelle et créant ainsi des discriminations au sein des usagers, notamment entre ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas. Dans ce contexte, Henri Galy, son président, regrette que « beaucoup d'usagers handicapés » soient « ainsi obligés de renoncer à leurs activités culturelles, sportives, associatives… ». Il explique qu'une personne ne peut prendre aucun engagement dans ce domaine si, au dernier moment, elle reçoit un coup de fil lui annonçant que sa réservation de transport est annulée sous prétexte qu'elle n'est pas prioritaire.

Des revendications !

Face à ce nouveau règlement jugé « inacceptable », le comité demande un retrait immédiat des nouvelles dispositions et la suppression de la notion de priorité dans la programmation, pour en finir avec la pénalisation des transports dits « de loisir ». Il s'indigne également des discriminations liées à l'âge et au lieu de résidence, expliquant : « Comment une personne handicapée peut-elle aller à un rendez-vous sur Lyon quand, arrivée à la gare, elle ne peut continuer son déplacement, Optibus refusant de la prendre sous prétexte qu'elle ne réside pas dans l'agglomération lyonnaise ? ». Elle exige par ailleurs la gratuité totale de la procédure d'accès aux services Optibus et la mise en place d'une procédure d'appel gratuite et impartiale en cas de refus. Enfin, plus globalement, elle réclame « des moyens financiers et humains nécessaires pour satisfaire toutes les demandes des usagers handicapés ».

En cas de refus de départ

Un autre point inquiète… « Dans ce règlement déjà tatillon, où l'usager est souvent considéré comme un profiteur en puissance, voire un enfant irresponsable, la pénalité prévue en cas de déplacement inutile lié à l'absence du client ou à son refus de départ bondit de 15 à 30 euros ! » L'association rappelle que beaucoup d'usagers de ce service n'ont pour seules ressources que l'AAH (Allocation adulte handicapé), soit 810 euros par mois, « 200 en dessous du seuil officiel de pauvreté ». Elle réclame donc également la suppression de cette pénalité financière.

© Tom Wang/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 26-10-2017 par Mimi kitty :
Bonjour
Gravos ca en fait pas le droit de se cultiver mais pour nous faire casquer ils savent pas quoi inventer. Ceci est de la discrimination mais on les laisse faire.... a vomir.

Le 27-10-2017 par zoelmahp1 :
A Cannes je veux reserver le 7 au soir pour une soiree : reponse le mardi l hiver il n y a pas de transport !!

Le 24-12-2017 par handireunion :
A la Réunion une asso a saisi le Défenseur des droits. La même probématique de règlement, dans notre cas voté en conseil communautaire. Il a été attaqué au contrôle de la légalité. Le code des transport est très clair : le transport de substitution ne doit pas couter plus cher que le transport normal.

Le 20-02-2018 par isa :
Bonjour,
Les choses ne s'arrange pas avec les mois, impossible de se rendre à un simple rendez vous, plus possible de réserver en ligne, ou une réservation avec une attente de plus 1h30 au froid dehors et 1h20 d'attente pour le retour. J'espère trouver une pétition à signer ou quelconque démarche à faire pour que cela change. Retour à la case départ, on passe notre temps à notre domicile, plus d'autonomie, je leur laisse ma place sans problème. Vive Optibus

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr