Scolarité inclusive : quelles mesures à venir ?

Résumé : Le 4 décembre 2017, le gouvernement présente une série de mesures destinées à "offrir le droit à la scolarisation de qualité à tous les enfants en situation de handicap". Un nouveau plan ambitieux pour ouvrir les portes de l'école à tous.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Des débats, des conférences, des « échanges de bonnes pratiques »… Lorsqu'il s'agit de parler inclusion scolaire du handicap, les propositions fusent. Les actes, eux, se font plus rares. Dernière annonce en date ? Le 4 décembre 2017, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer et la secrétaire d'État en charge du handicap Sophie Cluzel annoncent dans un communiqué de nouvelles mesures en matière d'accès à la scolarité pour les enfants en situation de handicap. Un plan ambitieux qui invite à former les enseignants et à encourager différents aménagements, de la maternelle au lycée.

Plus de 11 000 nouveaux AESH

Ce « plan de transformation » s'articule autour de six grands axes : « mieux informer, former et accompagner les enseignants », « multiplier et diversifier les modes de scolarisation », « veiller à ce que les élèves sortent de l'école avec un diplôme ou une certification professionnelle », « adosser l'offre médico-sociale à l'école de la République », « améliorer le recrutement et l'organisation du dispositif d'accompagnement des élèves handicapés » et « transformer durablement l'accompagnement des élèves en situation de handicap ».

Parmi les mesures annoncées, on remarque l'annonce de la création de plus de 11 000 AESH (Accompagnants d'élèves en situation de handicap) au budget 2018, soit 4 800 de plus que l'engagement de la conférence nationale du handicap de 2016.


« L'ensemble de ces mesures se fera en dialogue avec les partenaires concernés et dans une démarche d'essaimage des « bonnes pratiques » territoriales et des modèles inclusifs européens, précise le communiqué. Une saisine du CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapées) pour contribution sera effectuée dès décembre 2017. »

Aménagements et accessibilité numérique

les ministres proposent par ailleurs la mise en place d'une formation initiale et continue renforcée sur la compréhension du handicap et les adaptations scolaires. Ils promettent par ailleurs la création de 250 unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS) supplémentaires dans les lycées d'ici la fin du quinquennat. Une initiative bienvenue quand on sait qu'aujourd'hui, parmi les 300 000 élèves handicapés scolarisés à l'école, seuls 10% sont au lycée (57% dans le primaire, 33% au collège) « qu'il soit général ou technique », rappelle le communiqué.
La prévention de l'échec scolaire, la simplification et l'aménagement du passage d'examens, l'accessibilité numérique et l'inspection des disparités territoriales figurent également parmi les propositions évoquées. Reste à voir à quelle échelle et dans combien de temps celles-ci pourront être appliquées sur le terrain.

© billion_photos / Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 07-12-2017 par Yves Briand :
attention au effets d'annonce:
Il ne peut être évoqué de création d'emplois nouveaux AESH, là où il n'est simplement envisagé que la transformation d'emplois d'accompagnants déjà existants en CDD type contrat aidé (droit privé) en contrat CDD/CDI type éducation nationale (droit public).
Le seul intérêt appréciable de cette mesure demeure l'accélération d'un vaste mouvement de création d'un corps unique AESH disposant de CDD/CDI de même nature, amorcée depuis la conférence nationale au handicap en 2016.
Pour autant, cette mesure et les suivantes ne résout nullement la préoccupation prioritaire des accompagnants en poste (tout type de contrat de travail confondu), celle des mesures à engager pour améliorer leur condition de travail, leur rémunération et non en les maintenant dans une indigne précarité financière et matérielle faisant de leur affectation en poste depuis la rentrée 2017, un cauchemar sur le plan professionnel et privé.

Le 07-12-2017 par Ynweg :
Il est vrai qu'il faut qu'ils arrêtent avec le terme de création d'emplois.
Il y a d'autre priorité pour notre métier, nous aimerions en vivre, nous aimerions plus de reconnaissance. Il y a tellement de chose à voir avant au lieu de parler d'en le vent en annonçant des créations d'emplois.

Le 07-12-2017 par Fevez Brigitte :
Celà fait maintenant 3 ans que je suis au chômage, après 5 ans d'exercice auprès des enfants handicapés en école maternelle... j'aimerais savoir quand reconnaîtra -t'on enfin nos emplois dans ce milieu, qui sont quand-même primordiaux!!??!! Celà fait 3 ans que je me bats pour retrouver le même emploi...

Le 08-12-2017 par marthe :
j'espère que cela va changer et vite, car je n'en peux plus d'écrire partout pour obtenir ce contrat aesh qui est mieux que ans (je suis avs en troisème année) et je devais devenir aesh et voilà que on me refuse car je suis en contrat aidé et plus de 50 ans ? ce n'est pas normal, à qui faut il s'adresser pour que on on écoute et on nous donne un salaire décent, au moins le smic car avec 600 e on ne peut pas vivre, c'est honteux

Le 08-12-2017 par Nad :
Je voudrais retourner une situation: je suis reconnue travailleur handicapée MDPH à 80%. J'étais en contrat aidé pour 5 ans en tant qu'aide à la direction. Les contrats sont supprmés, je ne ferai pas ma 5ème année.Je termine fin janvier 2018. On me propose un poste AVS accompagnement d'enfant en situation d'handicap. Vu mon problème de santé je ne peux occuper ce poste. Résultat, j'aurai droit de pointer mon nez à pôle emploi. Quelle injustice, c'est honteux de ne pas avoir droit de garder mon poste parce que je ne peux pas m'occuper de ces enfants. On parle d'enfants handicapés...et nous les adultes? Le poste EVS de direction est loin d'être inutile, les directeurs vont être débordés de travail et nous, il va nous manquer un emploi. La retraite est loin d'être assurée!

Le 10-12-2017 par louna :
Je viens de lire avec intérêt les différents témoignages et suis d'accord sur le fait qu'avant de lancer des annonces prometteuses, il conviendrait de pérenniser les postes actuels en offrant un véritable statut aux AESH avec un diplôme reconnu et un salaire digne...Mon travail en ULIS est le fruit d'un partenariat efficace et fructueux avec l'AVS-CO avec qui je travaille depuis cinq ans dont la mission n'est pas assez valorisée! Quant aux postes d'EVS retirés, il faut vite se ressaisir car ces adultes en contrat aidé sont indipensables au bon fonctionnement de nos écoles et autres services...accroître le nombre d'ULIS ne suffit pas même si c'est aussi un devoir pour nos élèves autrement capables...

Le 11-12-2017 par Cécile :
Bonjour, j'ai exercé pendant 5 ans la difficile fonction d'AVS et je suis retournée à la case Pôle emploi avec amertume. Je constate avec colère qu'en même temps de supprimer brutalement les contrats aidés , le gouvernement continue de les utiliser massivement pour accompagner les enfants.
Nier l'expérience acquise sur le terrain par tous ces contrats aidés, c'est insupportable .Quel gâchis humain et financier!

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr