Défi d'Audrey : 4300 km en mer avec un handicap

Résumé : En suivant la Mini-Transat 2017 à partir de l'étape des îles Canaries, Audrey, globetrotteuse atteinte de la maladie de Charcot Marie Tooth, relève un nouveau défi handisport: naviguer à bord d'un voilier jusqu'en Martinique ! Départ novembre 2017.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Audrey Barbaud, 27 ans, est la rédactrice du blog Roulettes et sac à dos. Si la maladie de Charcot Marie Tooth affaiblit ses muscles, elle ne fait certainement pas reculer ses envies. Canada, Guadeloupe, Allemange… Sur la Toile, la jeune femme partage ses expériences de voyageuse en fauteuil et souhaite montrer que vivre ses rêves malgré les difficultés est toujours possible. Après avoir testé la voile en 2014, elle se découvre une nouvelle passion et multiplie les sorties en mer. En 2017, Audrey se fixe le désir de réaliser une traversée de l'Atlantique et de relier Las Palmas, aux Canaries, à la Martinique en voilier habitable. Départ prévu pour début novembre 2017 !

Plus de 4 000 kilomètres en mer

Pour ce nouveau défi sportif, l'embarcation se fera à bord du bateau de croisière adapté Pierre de Lune, de l'UCPA (Union nationale des centres sportifs de plein air). Dans le sillon de la Mini-Transat 2017, Audrey et l'équipage parcourront en deux semaines 2 700 miles (soit 4 345 kilomètres) pour arriver en Martinique mi-novembre 2017. « Notre rôle lors de cette course est le même que celui des autres bateaux accompagnateurs : faire le lien entre le PC course et les concurrents et venir en aide aux skippers qui rencontreraient des problèmes », explique Audrey.
Pour mener à bien le projet, cinq marins constitueront l'équipage du Pierre de Lune. Pour le moment, deux week-ends « tests » ont été effectués en mer, pour faire connaissance et appréhender les capacités de chacun. En pratique, pour monter et descendre du bateau, Audrey est assise dans le siège de mât et hissée grâce à la drisse de grand-voile. « Quant à mon fauteuil roulant manuel, que j'utiliserai à terre lors des escales, il sera stocké dans l'une des cabines ». L'aide des co-équipiers sera également nécessaire, l'équilibre se faisant plus précaire en pleine mer.

La voile pour favoriser l'inclusion

Pour renforcer l'inclusion des enfants et des jeunes en situation de handicap par le sport, l'UCPA souhaite rendre la voile accessible aux personnes en situation de handicap. Et propose donc des séjours à bord de son voilier entièrement adapté, pour que d'autres, comme Audrey, en profitent. « Cette pratique fait naître le sens des responsabilités, la force de la solidarité, le goût de la liberté et la nécessité de dépassement de soi, explique Loïc Hannon, directeur de l'école de voile et de croisière UCPA. Sur le bateau, le jeune à la barre développe sa capacité à prendre des décisions : la trajectoire, la vitesse, la manœuvre. Ce sont toutes ces sensations qui font de la voile un sport essentiel à leur inclusion, qui les aident à développer confiance en eux et autonomie, et qui leur permettent de se ressourcer et d'aller à la rencontre de l'autre. »

© UCPA

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 24-08-2017 par Mimi kitty :
Bonjour
Bon courage a cette dame.
Personnelement je trouve ceci courageux et encourageant de voir que des personnnes en situation d'un handicap. Ceci montre que nous sommes pareil que nous pouvons faire quelque chose malgrés l'andicap. félicitation a madame

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr