Une rampe pour des pots de fleurs mais pas pour le handicap

Résumé : A Moulins (Allier), le maire refuse l'installation d'une rampe pour les personnes handicapées de la délégation APF. Alors que le fleuriste voisin peut en disposer... pour ses pots de fleurs ! Une pétition est en ligne...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Dans la famille mauvaise foi de l'accessibilité, je demande le maire… de Moulins. En effet, la délégation de l'Association des paralysés de France (APF) de l'Allier se trouve aujourd'hui dans une situation ubuesque : la mairie de cette ville lui refuse la mise en accessibilité de ses propres locaux !

Rappel des faits

Il y a quelques mois, cette délégation est contrainte de déménager et cherche en vain un local accessible. Elle opte finalement pour un local de plain-pied mais avec une marche à l'entrée et dépose un dossier afin d'engager les travaux d'accessibilité, c'est-à-dire l'installation d'une rampe. Refus de la mairie alors qu'aucun argument technique ou architectural ne s'y oppose. La délégation APF décide donc d'installer une rampe amovible, de fortune. Mais la mairie fait intervenir les forces de l'ordre locales pour la sommer de la retirer, jusqu'à deux fois dans la même journée. Le « comble », selon l'APF, est que le fleuriste voisin possède deux rampes fixes « indispensables pour sortir et rentrer les pots de fleurs » ! Entre outre, la mairie affirme ne pas pouvoir accorder l'installation d'une rampe car elle devrait alors « l'accepter pour tous les commerçants ». Sic !

Une pétition en ligne

Les demandes de rendez-vous avec le maire étant restées lettre morte ou s'étant soldées par des échecs, et face à cette situation de blocage pour la libre circulation des personnes en situation de handicap, l'APF a décidé de lancer une pétition (en lien ci-dessous). Adressée à son maire, Pierre-André Périssol, elle lui demande de bien vouloir respecter l'obligation d'accessibilité et d'autoriser, dans les meilleurs délais, la mise en place d'une rampe extérieure définitive permettant l'accès au local. L'APF a également saisi le Défenseur des droits pour lui faire part de cette situation.

© Navak

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 05-11-2016 par Walter Salens :
Sur le FB de Faire-Face, j'ai posé une question simple: puisqu'un AdAp a été déposé (d'après leur article), quelle a été la décision de la Préfecture? D'ailleurs, si cette association a eu un représentant (ou non) à la Commission communale et/ou aussi à la Commission départementale, elle a dû suivre son propre dossier.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr