Minima sociaux : allongement de l'attribution de l'AAH ?

Résumé : Chantier ambitieux : Manuel Valls promet la refonte et la simplification des prestations sociales, notamment en fusionnant RSA, AAH et ASPA et en permettant l'allongement de la durée d'attribution de l'AAH au-delà de 62 ans. Réaction de l'Unapei

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le gouvernement souhaite une « refonte globale » des minima sociaux dès 2018, indique le Premier ministre, Manuel Valls dans une tribune publiée sur Facebook, où il prône aussi une « simplification » des prestations sociales. « Il faudra engager une refonte globale, en élargissant l'accès aux minima sociaux aux jeunes en difficulté, en les fusionnant tous (RSA, AAH, ASPA ...) afin de les remplacer par une couverture socle unique pour celles et ceux qui en ont besoin, complétée en fonction des situations individuelles (en recherche d'emploi, en situation de handicap, etc.), »  écrit le Premier ministre. « C'est un chantier ambitieux. Le rapport qui m'a été remis (le rapport sur les minima sociaux remis le 18 avril 2016 par le député socialiste Christophe Sirugue, articles en lien ci-dessous) en a esquissé les contours, et le gouvernement en définira le contenu précis durant les six prochains mois, pour une mise en oeuvre en 2018 », poursuit le Premier ministre. Il énonce auparavant les deux « principes » sur lesquels doit se baser la rénovation des prestations sociales.

1er principe : la simplification

Le premier principe est celui de la « simplification ». « La complexité de nos prestations sociales, fruit d'avancées sociales successives, se retourne chaque jour contre celles et ceux à qui elles sont destinées. Nombreux sont ceux qui, parce que "c'est bien trop compliqué", parce que "c'est connoté", ou parce qu'ils ne les connaissent même pas, renoncent à faire valoir leurs droits », relève le Premier ministre. « La simplification est pourtant possible. La triple révolution sociale, numérique et administrative de la prime d'activité (...) en est l'exemple (...) Cette démarche de simplification doit être poursuivie et étendue à l'ensemble des prestations sociales », poursuit M. Valls.

2e principe : l'accompagnement

Le deuxième principe est celui de l'« accompagnement ». « L'objectif des minima sociaux, relève-t-il, n'est pas simplement de verser une allocation, mais de donner à chacun le moyen de rebondir, de prendre un nouveau départ ». « J'ai donc dit aux départements que, si l'Etat est disposé à prendre à nouveau en charge le financement du RSA, c'est à la condition que les collectivités garantissent, sur le terrain, des politiques d'insertion sociale et professionnelle de qualité », souligne Manuel Valls. « Ce chantier que nous ouvrons, c'est bien celui du revenu universel : pas une allocation versée à tous, y compris à ceux qui disposent de revenus suffisants - cela serait coûteux, et n'aurait aucun sens - mais une allocation ciblée, versée à tous ceux qui en ont vraiment besoin », écrit-il.

Et pour les personnes handicapées ?

Après l'APF (article en lien ci-dessous), c'est au tour de l'Unapei (asso de personnes handicapées mentales) de prendre position sur ce sujet. Elle salue certaines évolutions concrètes de réformes proposées par ce rapport et notamment celle qu'elle revendique depuis plus de 15 ans, c'est-à-dire la suppression de la barrière d'âge pour le versement de l'AAH (allocation adulte handicapé) qui permettrait d'assurer le maintien des droits des allocataires de plus de 62 ans. Mais elle s'inquiète toutefois fortement des risques de dégradation de la situation des personnes handicapées qu'implique le scénario qui emporte la préférence de son auteur, c'est-à-dire remplacer l'AAH et les autres minima par un système à deux étages : une couverture socle commune à l'ensemble des bénéficiaires des minima sociaux à laquelle s'ajouterait un complément d'insertion ou de soutien suivant les publics, notamment handicapés ou âgés. Selon le communiqué de l'Unapei, « Cette réforme en profondeur nous laisse craindre une complexification de l'accès aux droits voire même une dégradation du niveau de leurs ressources. En cela, elle demeure très éloignée des préoccupations quotidiennes des personnes handicapées qui pour leur majorité se trouvent encore en dessous du seuil de pauvreté. » Et d'appeler à la plus grande vigilance quant aux impacts de cette refonte en profondeur.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 21-04-2016 par Walter Salens :
La dernière phrase de l'article est importante. Les assoc s'expriment, normal. Chacune à sa façon ou tradition. Le pessimisme qu'on trouve dans une majorité de commentaires sur les FB me semble classique aussi: dès qu'on parle d'argent, toutes catégories confondues, les clameurs se lèvent. Vigilance certes, patience aussi, l'évolution sur ces minima(s) sera lente.

Le 21-04-2016 par Sam :
L'Association des paralysés de France s'inquiète de cette mesure dans son dernier rapport en date du 23/03/2016 au sujet de cette mauvaise reforme:

"Si ce modèle « égalitariste » peut paraitre séduisant en apparence, il masque de nombreuses difficultés évidentes ou sous-jacentes qui supposent une évaluation fine et nous ne disposons pas à ce stade des réflexions et des informations disponibles pour en estimer la pertinence en théorie et en pratique.
Pour l'APF, la mise en place d'une démarche contractuelle de type conditionnement à des « droits et devoirs » des allocations issues de la fusion doit être formellement prohibée, tant dans l'attribution de l'allocation socle que de l'allocation de soutien."

Le gouvernement vise à aligner l'AAh sur le modèle du RSA qui rend obligatoire les convocations pour la reprise d'activité et accroît le contrôle des allocataires
Le gouvernemnt va faire d'une autre manière ce qu'il a tenté de faire en 2015.

Le 21-04-2016 par mimosa1937 :
Je ne crois plus le gouvernement parce que il nous en méme en bateau de nous raconter toujours la meme chose et rien bouche . Ils faudraient qu'ils vivre avec 808 euros . C'est la honte de montrer que gagne un politicien en retraite et ils remplissent les poches à eux ont pas leurs retirer un centimes

Le 24-04-2016 par lea :
Cela ne va pas augmenter la somme, d' ailleurs le complément n' a jamais augmenter depuis sa création.

Le 01-05-2016 par Sam :
A quand la refonte en profondeur des revenues des indigents qui élus et non élus vivent auc cochets des trvailleurs?

Le 18-05-2016 par veronique :
A quoi servirait de rendre plus égalitaire sur tout le territoire l'évaluation de la "restriction substantielle et durable d'accès à l'emploi compte tenu du handicap", si c'était pour mettre cette catégorie de handicapés au RSA tout simplement, comme je le lis dans certains commentaires sur le rapport Sirugue?
Comment évaluerait-on la possibilité de réinsertion dans ce cas? Est-ce qu'on n'apporterait pas à nouveau de l'inégalité et de la pauvreté? Que penser des handicapés qui ont plus de 55ans et sont éloignés de l'emploi depuis plus de 10 ans voire 20ans? Est-ce ce que l'on aurait des moyens de réinsertion vraiment à la hauteur? Parfois on parle d'outils de réinsertion qui dans le réel ne fonctionnent pas.

Le 01-07-2016 par un hendicapée :
Ce qui me choque c'est que les ressources annuels pour les personnes TH diminuent alors que le smic horaire augmente. Nous allons vers une descente au enfer pour les personnes qui trouvent même 1 cdd de 6 mois ou plus.
Ce qui veut dire un exemple: le plafond annuel pour bénéficier d'un versement AAH est de 7690€ alors qu'aujourd'hui si ont trouve un emploi pour les personnes pouvant travailler toucheront forcement plus que le plafonds donc pas de versement pour l'année suivante. Ma question est si cette personne ne travaille pas l'année suivante si elle n'a pas de contrat cela veut dire qu'elle restera sans rien. cela a été mon cas aucune solution. je pense qu'il serait intéressant que le plafonds annuel de L'aah soit au même niveau que le smic ou au moins équivalent à 12500€.
merci

Le 05-08-2016 par Tyk :
Ils serait Logic et humain de mettre l'AAH égale au smic un handicapé a autant de besoin qu'un valide ou sont les bonne parole que nous sommes tous égaux et je parle même pas des salaire de nos dirigeants c'est lamentable de constamment privé les plus faibles alors pourquoi ne pas pas baisser les salaire des plus fort pour justement aider ceux qui sont handicapé. Et je me permet de parler de l'AEEH qui a aussi besoin d'être revue et surtout l'obtention d'une avis i je pense que les parents on leur mots à dire surtout quand l'école se permet de supprimer une avs i pour en mettre une partagée et que la situation de l'enfant est toujours la même et que les médecins sollicitent une aide entière pourquoi se droit revient à l'éducation nationale pour prendre des décisions qui touche le handicape ce n'est pas juste que certains enfants subissent c'est de la maltraitance tout le monde c'est que l'école par rapport au handicap ne se comporte pas comme il le faudrait

Le 05-08-2016 par Dartois :
Moi j'ai 60 ans et reconnu a 80% et plus je n'ai plus que 441 euro d'aah

Le 28-10-2016 par franoto :
On ne comprend plus rien, je ne touche plus l'AAH qui est suspendue depuis Mai 2016 et me réclame la demande d'ASPA. Nous avons un dialogue de sourds et impossible de contacter avec les boites vocales et des tremblements.A la lecture de tous les articles pas moyen de savoir. Avec les points d'accueil CAF et CARSAT pas moyen de savoir ce qu'il en résulte.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr