Retraite anticipée : recours pour le travailleur handicapé ?

Résumé : Depuis le 1er septembre 2017, une nouvelle commission permet aux travailleurs handicapés souhaitant bénéficier d'une retraite anticipée de valider certaines périodes. Nouvelle étape dans la construction d'un dispositif encore trop fermé...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le dispositif de retraite anticipée des travailleurs handicapés avait été instauré lors de la réforme de 2003. Depuis, face aux conditions draconiennes mises en place et au nombre réduit de bénéficiaires, chaque réforme des retraites a permis d'apporter un certain nombre de modifications, plus ou moins favorables aux travailleurs handicapés (article complet en lien ci-dessous).

A 50 % pendant 30 ans

Pour bénéficier de cette retraite anticipée, il faut avoir travaillé pendant 30 ans avec un taux au moins égal à 50%. Si un assuré justifie des trimestres suffisants pour bénéficier d'une retraite anticipée mais que, pour une partie de ces périodes (au maximum de 30% de la durée d'assurance requise), il ne peut pas attester de la reconnaissance administrative de l'incapacité, il pourra obtenir, sur sa demande, l'examen de sa situation par une commission. A condition qu'il soit atteint d'une incapacité permanente d'au moins 80 % au moment où il souhaite liquider sa retraite.

Une nouvelle commission

Composée de médecins, cette nouvelle commission, placée auprès de la CNAV, créée par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 et précisée par le décret n° 2017-999 du 10 mai 2017 relatif aux droits à retraite des personnes handicapées (explications en détail et décret en lien ci-dessous), entre en vigueur le 1er septembre 201. Ce n'est toutefois pas l'assuré qui la saisira directement mais la Caisse de retraite auprès de laquelle la demande de départ anticipée à la retraite pour handicap a été déposée.

Seulement pour les 80 % et plus ?

La FNATH (fédération des accidentés du travail), qui accompagne dans leurs démarches toutes les personnes qui souhaiteraient bénéficier de ce dispositif, dit regretter « que cette possibilité soit limitée aux personnes dont le taux est supérieur à 80% et pour des périodes égales au maximum de 30% de la durée d'assurance requise ». Face à ce dispositif réellement complexe, la fédération précise se tenir à la disposition de tous (lien ci-dessous).


© nidvoray/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 04-09-2017 par boslige sylvie :
C est un scandale ! Il faut avoir un taux à 80% et les autres alors. Ceux qui font les lois ne savent pas ce qu'est le travail en étant handicapés....

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr