Interruption médicale de grossesse : le bébé nait en vie !

Résumé : Histoire tragique pour un couple du Nord. A 8 mois de grossesse, on diagnostique chez leur bébé un handicap lourd. Une interruption médicale de grossesse est programmée mais, au bout de quelques heures, la maman accouche d'un bébé bien vivant.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Terrible drame relaté par La Voix du Nord (article en lien ci-dessous). Un couple, dont la femme est enceinte de 8 mois, apprend après une IRM que son bébé souffre d'une malformation très grave au cerveau. Les médecins de l'hôpital Duchenne de Boulogne (Nord) proposent alors une interruption médicale de grossesse (IMG). Mais, à 8 mois de grossesse, l'opération s'avère délicate.

Il nait vivant

Le couple doit encore attendre dix jours avant que l'intervention ne soit pratiquée ; elle est programmée le 24 juillet 2017. Les équipes administrent à la jeune femme une dose de produit létal ; elle doit accoucher quelques heures plus tard d'un bébé mort. Mais rien ne se passe comme prévu et lorsque l'enfant nait, il est bien vivant. En dépit du diagnostic pessimiste, leur bébé boit et bouge, sans qu'un pronostic sur son état futur ne puisse être donné pour le moment. Personne ne sait, par ailleurs, si les produits injectés lors de l'IMG ont pu ou non aggraver son état.

Les parents portent plainte ?

Affligés, les parents pourraient porter plainte. L'hôpital, de son côté, face à une situation qualifiée de "rare et désolante", assure qu'il n'a commis aucune erreur et que c'est la première fois qu'il est confronté à une telle situation. Le cas est pourtant arrivé dans une maternité de Lille tandis que des témoignages de ce type circulent sur le Net. L'ARS (agence régionale de santé) doit décider si une enquête sera ouverte.

L'IMG, dans quelles situations ?

L'interruption médicale de grossesse (IMG) est un accouchement provoqué et prématuré qui peut intervenir lorsque le fœtus est atteint d'une maladie incurable  (ex : anomalie chromosomique, malformation…) ou lorsque la grossesse met en jeu la vie de la mère. Contrairement à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), elle peut être faite au-delà de 12 semaines ; en France, elle est possible jusqu'au terme de la grossesse. Au-delà de 22 semaines, le fœtus est considéré comme un enfant. Il figure sur le livret de famille mais uniquement dans la partie décès et a le droit à une inhumation. Les parents peuvent, s'ils le souhaitent, lui donner un prénom.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 27-07-2017 par fafalila :
Terrible pour des parents!Pour ma part j'ai dû faire ce choix et j'ai refusé de connaître plus de détails sur l'intervention!
Cœur à droite,malformation des poumons...je ne voulais pas que cet enfant viable ait à subir des interventions pour tenter de vivre....Je crois qu'il s'agit d'un problème d'euthanasie auquel on adhère ...ou pas...Quelles sont les droits ou compétences du corps médical dans un pareil cas? pourquoi porter plainte quand on a adhéré au projet d'IMG?
Je crains que ce couple n'accentue sa souffrance dans une procédure douleureuse!Mon message à eux serait de programmer très vite une autre grossesse pour passer à autre chose.Cet avis n'engage que moi,bien sûr et ce,avec mes convictions ou non-convictions...éternel débat...public ou non public,je ne sais pas

Le 28-07-2017 par Rainbow :
Et penser qu'il y a 17 ans un médecin m'a proposé cela.
Je crains que nous avons des choses à nous questionner pour l'avenir, comment mieux gérer l'ingérable ?

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr