Seulement 10% à 15% des aveugles lisent le braille

2 janvier 2009 • Par

Thèmes :

PARIS, 2 jan 2009 (AFP) -
"Sur environ 100.000 aveugles, 15% environ lisent couramment le braille, même si c'est le cas de la quasi-totalité des élèves d'établissements spécialisés", estime Raoul Parienti, fondateur de l'entreprise Visionsas, spécialiste des technologies pour non-voyants.
L'Association Valentin Haüy (AVH) évalue cette proportion à "un peu plus de 10%". Sa secrétaire générale, Françoise Madray, milite pour "un solide acquis de braille dans l'enseignement spécialisé" avant d'intégrer, "comme on le fait aujourd'hui", l'enfant aveugle dans l'enseignement général.
L'AVH recense aussi 1,2 million de "très malvoyants", plus nombreux chaque année avec l'allongement de la durée de vie. Près d'un quart des Français de plus de 75 ans souffrent de mal voyance, signale l'association.
Les accidents et les maladies, dont le diabète, expliquent beaucoup de cécités à l'âge où il est plus difficile d'apprendre le braille, alors que la médecine sait maintenant guérir certaines cécités de naissance.
"Les aveugles étaient souvent standardistes. On les retrouve aujourd'hui dans les centres d'appel, à des postes où il faut combiner écoute du client et lecture de documents", indique Jean-Luc Augaudy, ancien enseignant qui a fondé en 1990 la société Ceciaa (distribution de matériel technologique), forte de 15 millions d'euros de chiffre d'affaires.
Et sans braille, pas d'écriture ni de prise de note. "Tous ceux qui ont accédé aux études supérieures l'ont fait grâce au braille", rappelle Claude Garrandès, professeur d'économie à Nice. "L'autonomie de prise de notes est l'un des facteurs essentiels d'intégration" sociale et professionnelle, confirme Philippe Chazal, de l'Union Européenne des Aveugles.
nth/im/db

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. ».

Partager sur :

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.