Handicapé et gay : la double exclusion ?

2 février 2010 • Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco

Thèmes :

Commentaires4 Réagissez à cet article

Yves s'appelle B. Yves préfère ne pas dévoiler son identité. Dans son travail, il est reconnu comme travailleur handicapé mais, pour son homosexualité, c'est plus compliqué. Ses proches collègues sont au courant mais que dire de sa hiérarchie ? Yves est président de l'association Handifriends qui gère les sites Handigay (pour les homos) et Handilove (destiné aux hétéros). Des noms sympas, dans l'air du temps... qui dissimulent pourtant une toute autre réalité. Dans un article récent, nous évoquions le statut de la femme handicapée, avec cette mention « la double peine ? ». Tout n'est pas toujours rose au royaume du « sexe faible » mais que dire de la situation des homosexuels handicapés ? Pas très bleue !

Le culte de la beauté

Handifriends voit le jour en 2001. Il y a urgence. Yves explique : « Notre site permettait à des personnes dans une souffrance physique et morale intense de s'exprimer enfin. Pour les personnes handicapées, les problèmes d'isolement, d'accessibilité et de maladie sont déjà lourds à gérer mais leur homosexualité en remet une couche. » La faute à la société, les archaïsmes inébranlables, l'intolérance à la différence et l'homophobie latente ? Pas vraiment ! La réponse d'Yves est plutôt inattendue. « Le rejet du handicap dans le monde homo est encore plus accentué. L'apparence physique y est prédominante et l'on vous juge d'abord sur votre aspect, avec une grande réticence pour passer à l'étape suivante. Sans vouloir jouer la caricature, l'univers homo, c'est un peu le culte de la beauté. »

L'univers gay pas aux normes
Le site Handigay s'impose donc une mission ambitieuse : faire réfléchir, casser les préjugés et ouvrir les esprits ! De nombreux homos « valides » répondent à l'appel lors du lancement, d'autant plus qu'à l'époque il y a peu de sites de rencontres spécialisés. Au fil des années, les associations homos finissent par connaître l'existence de ces partisans atypiques. Les mentalités évoluent mais pas les lieux de divertissement... La bête noire des homosexuels handicapés, c'est l'accessibilité dans les boites gays. On imagine évidemment un univers underground, des bars sombres, des caves discrètes... Pas le genre d'endroit où faire rouler un fauteuil. « Mais pas du tout, conteste Yves. Ca c'est vraiment la version « clichés » que l'on voit au cinéma mais il y a plein d'endroits qui seraient tout a fait accessibles avec quelques aménagements. Et pourtant, aucun effort n'a été fait malgré l'obligation imposée en 2011. Nous faisons donc de grosses campagnes de communication pour que les gérants des établissements puissent accepter les fauteuils dans les meilleures conditions de sécurité. » Pour le moment, selon Yves, le refus est souvent dissimulé derrière quelque motif sécuritaire. « Il est très flagrant que certains nous refusent l'accès pour préserver leur image ! Les homos handicapés sont désespérés et finissent par abdiquer en restant cloîtrés chez eux. »

La question de l'assistanat sexuel

Handigay leur vient en aide en référençant les lieux accessibles. Plus de 1000 membres inscrits, dont 50 % se sont déclarés comme handicapés. Et le SIDA, un handicap ? « Ce n'est pas notre motivation première, explique Yves. Il y a plein d'autres associations engagées sur ce thème. Nos membres ont à 80 % un handicap moteur, puis des déficiences visuelles ou auditives. » Certaines histoires naissent sur la Toile, parfois avec des partenaires « valides ». Yves n'aime pas ce terme ! Par contre, Yves aime bien se battre. Il multiplie les actions, les coups de gueule. Il était sur le char de l'APF (Association des paralysés de France) lors de la Marche de la fierté (ex Gay Pride) en 2005. Il s'engage aussi sur un sujet qui dérange, celui des assistants sexuels. « Nous aimerions que le gouvernement prenne enfin position pour donner aux personnes lourdement handicapées la possibilité d'avoir une vie sexuelle, qu'elles soient homos ou hétéros. » Yves fait en sorte que les choses bougent pour ceux qui, comme lui, cumulent les différences. « La cause homo est médiatisée depuis une quarantaine d'années en France et les mentalités ont considérablement évolué, mais, pour ce qui est des homos présentant une déficience, il y a encore un long chemin à parcourir... »

Liens :
http://www.handigay.com
http://www.handilove.com

Partager sur :

Commentaires4 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
4 commentaires




Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.