Derichebourg recruteur engagé Derichebourg recruteur engagé Derichebourg recruteur engagé

30 ans requis pour tortures sur une personne déficiente

Des peines de 7 ans à 30 ans de réclusion criminelle ont été requises à l'encontre de 6 personnes jugées devant la cour d'assises de Nancy pour avoir infligé humiliations, violences et viols à une jeune femme déficiente mentale en 2015 à Verdun.

7 février 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

La victime, "Cassandra, a été une chose", a lancé l'avocat général, Philippe Laumosne, le 7 février 2019. "On reconnaît, on dit pardon, mais personne n'assume, parce que c'est le groupe. Mais je n'y crois pas à l'effet du groupe", s'est-il indigné. Dans la bande, âgée de 22 à 30 ans, "chacun est exploité au mieux de ses compétences", a encore ironisé le magistrat, fustigeant des accusés dont l'objectif était aussi de "récupérer le fric" de leur victime.

30 ans requis

L'avocat général a requis 30 ans, assortis d'une période de sûreté de 20 ans, contre le couple qui avait hébergé la victime, Laetitia Dupont et Caroline Denisart, ainsi que Manuel Pasquereau, à l'origine d'une multitude de sévices. Il a réclamé 12 ans à l'encontre de Dylan Bouflioune et Raphaël Gentilhomme, un ami d'enfance de la victime, qui l'ont frappée et violée à plusieurs reprises. Sept ans de prison ont été requis contre Mylène Santos, 25 ans, la petite amie de Manuel Pasquereau. Elle avait participé à un passage à tabac qui a duré plusieurs heures.

13 jours sous emprise

Pendant treize jours, Cassandra, âgée de 20 ans à l'époque des faits et atteinte d'une déficience mentale légère, a été séquestrée, attachée, frappée, violée, brûlée, privée de nourriture, d'hygiène et de soin, contrainte à deux reprises de s'immerger dans la Meuse. La jeune fille avait révélé les faits à une assistante sociale le 17 mars 2015 alors que deux des accusés la menaçaient de mort. Son avocate, Violaine Laguarrigue a détaillé comment Leatitia Dupont, présentée comme l'instigatrice, avait tissé "une toile d'araignée" autour de la victime, séparée de sa famille d'accueil pour un contrat d'apprentissage à Verdun, afin de lui extorquer son argent.
La conseil a demandé aux jurés "d'avoir à l'esprit le visage de Cassandra, que l'on a vu en vidéo, qui tourne le regard vers son bourreau, totalement ébahie, sidérée, avec les cheveux rasés à blanc, 12 kilos de moins, et les photos du légiste avec les marques des supplices sur le corps". Le verdict est attendu le 8 février.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.