Apprentissage et handicap : de nouvelles mesures

Le gouvernement affiche sa "volonté" de favoriser l'accès des personnes handicapées à l'apprentissage. Seules 4 000 par an sont concernées. Il met en place une offre globale pour inciter les entreprises à recruter.

18 octobre 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

« Alors qu'il n'y a jamais eu autant d'apprentis en France, les personnes en situation de handicap doivent avoir les mêmes chances d'accéder à l'apprentissage », assure le ministère du Travail. Or, aujourd'hui, elles ne sont que 4 000 à bénéficier de ce type de contrat chaque année, soit 1,3% sur 305 000 entrées. En mai 2019, Sophie Cluzel, secrétaire d'État au Handicap, disait vouloir relever ce taux à 6%, identique au quota minimum fixé en termes d'emploi (article en lien ci-dessous). A l'occasion de son déplacement, le 18 octobre 2019, au centre de formation des apprentis École d'horticulture d'Orléans, en compagnie de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, elle a réitéré et annoncé des mesures spécifiques. « Alors même qu'une entreprise sur deux a des difficultés pour recruter, les personnes en situation de handicap sont une source de valeur pour notre pays, explique Muriel Penicaud. Il faut changer de regard et d'échelle ». Sophie Cluzel entend, quant à elle, « donner un véritable coup d'accélérateur ».


Référent handicap dans chaque CFA

Depuis le 1er janvier 2019, chacun des 965 centres de formation des apprentis (CFA) en France a l'obligation de nommer un référent handicap, son rôle étant de favoriser ces parcours auprès des jeunes en situation de handicap et de leur permettre d'accéder à un emploi (article en lien ci-dessous). Une fiche métier du référent handicap des CFA a été conçue pour asseoir cette mission et son déploiement, faciliter le recrutement et le management de ces référents.

Mise en accessibilité universelle des CFA

Autre engagement, l'accessibilité universelle des CFA. Un référentiel dédié a été élaboré afin de les guider dans cette démarche d'amélioration continue de l'inclusion des apprenants handicapés, de définir la politique d'accueil de ces publics et d'identifier les axes d'amélioration.

Majoration du coût contrat pour les apprentis handicapés

La Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel prévoit une majoration du niveau de prise en charge des contrats d'apprentissage pour les personnes en situation de handicap. Un outil de calcul a été travaillé avec l'Association pour l'apprentissage adapté des personnes handicapées (2APH) et le ministère du Travail pour permettre aux CFA d'évaluer le coût des actions nécessaires pour mettre en place un parcours de formation pour un apprenti handicapé et ainsi faciliter sa prise en charge par les Opérateurs de compétences (OPCO). Le cas échéant, l'Agefiph peut compléter l'intervention financière forfaitaire de l'OPCO. Un budget de 20 millions d'euros par an est prévu.

Accompagnement par les 2 fonds dédiés

L'Agefiph et le Fiphfp (les deux fonds dédiés à l'emploi des personnes handicapées dans le privé et le public) travaillent sur une offre d'intervention commune sur les territoires. Son objectif ? Tout d'abord informer, former et animer les référents apprentissage des CFA, mais aussi mutualiser les outils de développement de la compensation et de l'accessibilité. Elle prévoit également des plateformes de prêt de matériels afin de mutualiser les réponses aux besoins et de créer un « vivier » commun d'employeurs publics et privés pour la mise en relation avec des apprentis via les CFA. Enfin, elle entend co-construire des ateliers de professionnalisation sur le sujet handicap/emploi/formation.Le référent « Handicap formation » de l'Agefiph sera le correspondant des référents apprentissages des CFA dans chaque région.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.