Autisme : 40 plateformes de prise en charge créées en 2 ans

43 plateformes de repérage et d'intervention précoces dédiées aux enfants autistes ont été créées en depuis 2018. Leur nombre devrait atteindre 70 fin 2020. 38,1 millions d'euros ont été alloués à cet effet sur la période 2018-2022.

• Par

Thèmes :

Commentaires1 Réagissez à cet article
Illustration article

Une quarantaine de plateformes de repérage et de prise en charge de l'autisme, qui proposent aux familles un accompagnement précoce et gratuit pour leur enfant, ont été créées depuis 2018, s'est félicité, le 28 septembre 2020, le gouvernement qui reconnaît toutefois des retards dus à la crise épidémique. Ces structures, qui doivent progressivement ouvrir dans chaque département, étaient 43 fin septembre, leur nombre devrait atteindre 70 à la fin de l'année, ont précisé lors d'un point presse la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, et la déléguée interministérielle chargée de l'autisme, Claire Compagnon.

Délai de prise en charge réduit

La création de ces structures était l'une des mesures phares de la "stratégie autisme" lancée en avril 2018 par l'ex-Premier ministre Edouard Philippe. Elles ont déjà permis la mise en place de plus de 1 300 "forfaits d'intervention précoce", qui permettent d'entamer une prise en charge par des thérapeutes (psychomotriciens, ergothérapeutes, neuropsychologues) entièrement financée par l'Assurance maladie. Les délais pour accéder à une prise en charge "ont commencé à se raccourcir, ainsi que l'âge de l'enfant au moment du diagnostic", a affirmé Mme Compagnon à l'occasion d'un "point d'étape". Ces progrès ne sont pas encore précisément chiffrables, mais ils se mesureront "sur le long terme", a-t-elle fait valoir.

Stratégie : 344 millions d'euros sur 5 ans

Le déploiement progressif de ces centres, ralenti par la crise du Covid-19, a pour le moment coûté 9,2 millions d'euros, sur les 38,1 millions alloués à cet effet sur la période 2018-2022. Plus de 52 millions d'euros ont par ailleurs été engagés pour améliorer la scolarisation des enfants autistes, avec 127 classes supplémentaires spécialisées ouvertes dans les écoles ordinaires. La stratégie, dotée d'un budget global de 344 millions d'euros sur cinq ans, prévoit également de promouvoir la recherche, afin de "remettre la science au cœur de la politique publique", ont précisé les services de Mme Compagnon -alors qu'une enquête judiciaire vient d'être ouverte à Paris sur le cas de médecins ayant prescrit des antibiotiques à des enfants autistes, en dehors de tout protocole officiel (article en lien ci-dessous). Enfin, 39,5 millions d'euros ont été consommés, sur les 49,2 millions prévus, pour renforcer l'accompagnement des adultes autistes.

Vers un accompagnement renforcé ?

Ces avancées "ne doivent pas nous faire oublier les difficultés encore trop nombreuses rencontrées par les personnes et les familles", ont souligné les services de Mme Compagnon, évoquant "des parcours de vie trop chaotiques" ou le "manque de solutions d'accompagnement". "Là où on doit mettre un coup d'accélérateur pour les deux ans à venir, c'est sur les adultes atteints d'une forme très complexe d'autisme, et qui ont besoin d'un accompagnement renforcé", a dit la déléguée interministérielle.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2020) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.