Charlie Hebdo et trisomie : défendre le droit à la satire ?

La une du 7 octobre 2015 de Charlie Hebdo interpelle les personnes trisomiques. Mais quand certains s'indignent, d'autres appellent au dialogue avec le dessinateur et défendent avant tout le droit à la satire.

9 octobre 2015 • Par

Thèmes :

Illustration article

« Morano, la fille trisomique cachée de De Gaulle ». Couverture de Charlie Hebdo du 7 octobre 2015, sous la plume de Riss. Le Général avait en effet une fille atteinte de trisomie 21, Anne, qui mourut à 20 ans d'une pneumonie. Le thème fut déjà exploité en 1992 par Cabu qui titrait sur les caricatures de Pasqua, Séguin et Villiers « Le drame caché de De Gaulle : il avait trois mongoliens. ». Notons au passage l'évolution de la sémantique puisque le mongolien est devenu trisomique…

Jusqu'à quel point ?

Nous étions 4 millions de Charlie après les attentats de janvier, frappant le pavé pour défendre la liberté d'expression et le droit à la satire. Mais jusqu'à quel point ? Lorsque la chose nous touche plus personnellement, avons-nous cette même capacité d'autodérision ? Cette une n'a visiblement pas fait l'unanimité et certaines associations de personnes handicapées, indignées, sont montées au créneau, allant même, pour l'une d'entre elle, à porter plainte devant la justice.

Une réaction tolérante

Interrogée par handicap.fr, Christel Prado, présidente de l'Unapei, principale association de personnes handicapées mentales en France, a fait savoir qu'elle « s'adresserait directement à Charlie Hebdo ». Quant à l'association Trisomie 21 France, elle s'est fendue d'un communiqué public où elle se montre tolérante à l'égard de cette couverture. « Les personnes avec trisomie 21 réfléchissent et avancent vers le plein exercice de leurs droits citoyens et des libertés individuelles, notamment la liberté d'expression, explique-t-elle. C'est important et nous nous sommes battus pour cela après les attentats. »

Un message en facile à lire et à comprendre

Pour permettre aux principaux intéressés d'être informés et de prendre part au débat, l'association a proposé une version « facile à lire et à comprendre » de son communiqué ; ce procédé, appelé FALC, propose des phrases simples qui peuvent être comprises par le plus grand nombre. « Les personnes avec trisomie sont des citoyens. Les citoyens ont des droits et des libertés. Ils ont la liberté de s'exprimer. Bien sûr les journalistes ont aussi la liberté de s'exprimer, par écrit, par oral ou par des dessins. La couverture du journal Charlie Hebdo de cette semaine peut permettre de parler de la liberté et des dessins. » Trisomie 21 France explique n'avoir reçu aucun retour négatif de la part des familles et des personnes concernées à la suite de cette prise de position.

Une rencontre dans les locaux de Charlie

La référence à la trisomie 21 sur la couverture de l'hebdomadaire lui donne une occasion d'approfondir cette réflexion, en particulier autour du dessin satirique. Lors d'un séminaire de travail organisé à Agen par T21 France sur le thème de la citoyenneté, en mars 2015, des personnes avec trisomie 21 avaient confronté leurs points de vue suite aux attentats de janvier 2015. Selon l'association, s'attaquer à Charlie Hebdo serait contreproductif. Elle mise davantage sur le dialogue et propose à l'auteur de ce dessin un échange avec des représentants des personnes avec trisomie. « Eux et nous serions ravis que celui-ci se déroule dans les locaux de Charlie. » En attente d'une réponse…

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires11 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
11 commentaires

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.