Soins palliatifs: les rendre accessibles à tous les Français

Olivier Véran annonce un nouveau plan national de développement des soins palliatifs, en réponse à la relance au Parlement du douloureux débat sur la fin de vie et l'euthanasie. Objectif ? Les rendre accessibles à tous les Français.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

C'est le cinquième plan national de développement des soins palliatifs (en lien ci-dessous). Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a détaillé le 22 septembre ses objectifs, notamment rendre ces soins accessibles à tous les Français. "Si l'offre de soins palliatifs a augmenté, des disparités persistent", a expliqué le ministre à l'AFP, à l'occasion du congrès de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs (Sfap). "Il est inacceptable que des territoires soient fragilisés pour des raisons d'éloignement des structures de soins, de manque de professionnels formés en soins palliatifs ou faute d'équipes pouvant se déplacer au domicile ou assurer la permanence et la continuité des soins", a-t-il estimé.

Renforcer les équipes mobiles

L'une des priorités du plan est donc de garantir "une présence efficace et organisée partout où cela est nécessaire", prioritairement dans les 26 départements où il n'existe pas aujourd'hui d'unités de soins palliatifs, et dans les six régions où il n'y a pas d'équipes mobiles de soins palliatifs pédiatriques. Pour y parvenir, le gouvernement a prévu d'engager 171 millions d'euros sur la période 2021-2024 dont 59 millions de mesures nouvelles. Dès 2021, près de 5 millions d'euros seront destinés à renforcer les équipes mobiles de soins palliatifs, a souligné M. Véran. En 2022, 16 millions d'euros financeront des mesures nouvelles.

Le midazolam accessible aux médecins de ville

Il a par ailleurs confirmé que le midazolam, un médicament utilisé pour la sédation, serait rendu accessible à la médecine de ville dès la fin de l'année. "Cette ouverture passe nécessairement par l'accompagnement des professionnels de premier recours, et notamment des médecins traitants et des infirmiers qui ne doivent pas rester sans appui quand ils accompagnent leurs patients", a assuré M. Véran. Le ministre avait annoncé ce nouveau plan en mars, en réponse à la relance au Parlement du douloureux débat sur la fin de vie et l'euthanasie.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2021) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.