Emprunter avec un handicap : accès au crédit plus facile ?

Emprunter avec un handicap ? Compliqué, voire impossible. Face à cette situation, la FNATH signe un nouveau partenariat avec un courtier en immobilier pour accompagner les personnes accidentées de la vie et handicapées dans l'emprunt.

11 janvier 2017 • Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco

Thèmes :

Commentaires9 Réagissez à cet article
Illustration article

« Nous sommes un couple de personnes invalides et recherchons un prêt de 1 500 euros remboursable en 20 mois afin de déménager dans un appartement adapté à nos problèmes. Les banques ne prêtent pas aux personnes handicapées car il faut un employeur. Douze refus déjà ! ». Un cas à part celui de Dominique ? Hélas non, qu'il s'agisse d'un prêt à la consommation ou immobilier. Alors que les taux d'intérêt sont à un niveau historiquement bas, tout le monde ne peut pas forcément en profiter…

Un partenariat fin 2016

« Obtenir un crédit immobilier et une assurance emprunteur est compliqué lorsqu'on est accidenté, malade ou en situation de handicap alors que cela ne représente pas forcément un plus grand risque pour la banque ou l'assureur, explique Arnaud de Broca, secrétaire général de la FNATH (association des accidentés de la vie). Mais, par manque d'expertise, ces personnes se heurtent souvent à des refus. Et les rares fois où ce n'est pas le cas, les surprimes demandées sur l'assurance sont telles que le coût de l'opération en devient dissuasif ». C'est pourquoi, en novembre 2016, la FNATH a signé avec Vousfinancer, un courtier en crédit immobilier (150 agences en France), un partenariat afin d'apporter des solutions personnalisées à ceux qui en ont besoin. Le financement de travaux pour la mise aux normes pour les personnes à mobilité réduite ou des travaux d'agrandissement ou d'embellissement est également prévu.

Montages financiers adaptés

« Nous conseillons les personnes qui peuvent avoir des difficultés à trouver un crédit en raison de leur handicap sur le montage financier le plus adapté, en prenant en compte les éventuels besoins futurs qu'ils pourraient avoir tels que des dépenses de santé ou d'aménagement de leur logement, explique Laurent Perrot, directeur de trois agences Vousfinancer. Nous sollicitons en priorité les banques qui prennent en compte les indemnités dont ils bénéficient et les conseillons sur leur droit aux diverses aides à l'achat. Enfin, dans le cadre de notre partenariat avec la FNATH, nous leur proposons un produit d'assurance dédié qui maximise les chances pour eux d'obtenir un accord ».

Prêt à taux zéro et AAH

Quelques conseils… Dans l'idéal, mieux vaut privilégier les crédits les plus modulables et négocier la possibilité de baisser ses mensualités avec un allongement de la durée du prêt jusqu'à 5 ans pour faire face à des dépenses supplémentaires, ou s'adresser à une banque qui prenne en compte dans les revenus l'allocation adulte handicapé (AAH) afin d'accroître la capacité d'emprunt. Par ailleurs, il est important de savoir que si l'emprunteur ou l'un des habitants du logement est, soit titulaire d'une carte d'invalidité (deuxième ou troisième catégorie), soit bénéficiaire de l'AAH ou de l'allocation d'éducation spéciale (AES) pour enfant handicapé, il peut bénéficier d'un prêt à taux zéro même s'il n'est pas primo-accédant (c'est-à-dire même s'il a été propriétaire de sa résidence principale dans les 2 ans précédant l'offre de prêt, comme ce doit être le cas pour les autres bénéficiaires).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires9 Réagissez à cet article

Thèmes :

9 commentaires









Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.