Jeux spéciaux et handicap mental

Sports et jeux spéciaux, ou comment réussir l'intégration des personnes souffrant de handicap mental ou de troubles psychiques par le sport

4 février 2014 • Par

Thèmes :

Le sport à destination des personnes souffrant de handicap mental ou troubles psychiques a, lui-aussi, sa compétition phare, les jeux spéciaux ("Special Olympics").

Cette pratique sportive a eu, historiquement, plus de mal à émerger et à se structurer que les autres pratiques handisports (concernant la surdité, le handicap physique ou le handicap visuel). Si quelques personnes souffrant de handicap mental ou troubles psychiques ont pu pratiquer leurs sports dans des clubs ordinaires, pour la plupart elles ont été exclues des clubs sportifs, ou cantonnées à une pratique sportive "familiale".

Dans les années 1960 aux Etats Unis (comme ailleurs), des efforts importants d'intégration apparaissent. Petit à petit, ces initiatives vont se structurer et se concrétiseront par l'organisation, notamment sous l'impulsion d' Eunice Kennedy Shriver et d' Anne Marie Burke des premiers jeux spéciaux "Special Olympics" en 1968 à Chicago. Cet événement a pour but de créer, par le biais d'un événement majeur, une dynamique autour de ces pratiques sportives.

Cette approche fera école et arrive notamment en France en 1969 par le biais de la Franco American Volunteer Association (FAVA) et une première compétition dès cette année-là à Rouen. Le mouvement se développera avec la création de la Fédération française de sport pour handicapés mentaux (FFSHM) en 1971.

Le Comité International Olympique, qui se charge lui des jeux olympiques reconnaît les Jeux olympiques spéciaux, de manière officielle, en 1988. Les jeux olympiques spéciaux se sont dotés de la devise suivante "Donnez-moi l'occasion de gagner. Mais si je n'y arrive pas, donnez-moi la chance de concourir avec courage !"

 

 

Partager sur :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.