Regards croisés : festival de la diversité sur grand écran!

Rendez-vous à Saint-Malo du 7 au 9 novembre 2019 pour la 11e édition du festival Regards croisés ! Au programme : 50 courts-métrages sur le thème "Métiers et handicap" et un job dating. Mireille Malot, sa présidente, nous "handi-plus"...

7 novembre 2019 • Par

Thèmes :

H.fr : La 11e édition du festival Regards croisés (programme en lien ci-dessous) se tiendra du 7 au 9 novembre 2019, à Saint-Malo (Bretagne). Qui est le président du jury cette année ?
MM : Nous voulions absolument une femme. Sam Karmann, acteur et réalisateur français, notre fidèle directeur artistique, a convaincu Charlotte de Turckheim, réalisatrice, actrice et humoriste. Je ne l'ai jamais rencontrée mais elle semble sensibilisée aux questions de handicap et plus largement de fragilités de la société puisqu'elle est notamment marraine d'honneur de l'association Enfants d'Asie. Ce qui est singulier pour les présidents c'est qu'à Saint-Malo, ce n'est pas une personne handicapée qu'ils vont rencontrer mais plus de 200.

H.fr : Certains sont parfois décontenancés ?
MM : Oui, je pense. Nous, spécialistes, associations, arrivons en terrain connu mais ils n'ont pas forcément l'habitude de côtoyer le handicap sous toutes ses formes. Nous prenons la précaution de les informer, de leur donner des repères pour vivre au mieux ce moment. Certaines personnes en situation de handicap ont du mal à s'exprimer ou pleurent, d'autres, notamment les porteurs de trisomie 21, vont les voir, mécontents de ne pas avoir remporté un prix ou, au contraire, manifestent un enthousiasme exubérant. Elles n'ont pas de barrière, sont brut de décoffrage... Dans un festival de cinéma « ordinaire », ça ne se passe pas comme ça !

H.fr : Combien de films en compétition en 2019 ?
MM : Une cinquantaine dans 5 catégories : milieu ordinaire, milieu protégé, communication d'entreprise, autre regard, et autre regard ESAT et entreprises adaptées (grand prix du jury 2018 ci-contre). Un joyeux mélange des genres ! Quant aux apprentis réalisateurs, près de 250 d'entre eux viennent d'ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail). Pour la plupart, Saint-Malo c'est la sortie de l'année ; l'occasion pour certains de voir la mer pour la toute première fois ! Et, s'ils gagnent un prix, c'est le summum.

H.fr : Leur séjour est entièrement pris en charge par le festival ?
MM : Absolument : logement, activité, alimentation... grâce à la participation des entreprises partenaires.

H.fr : En 11 ans, quelles évolutions ?
MM : L'évolution majeure, c'est notre arrivée à Saint-Malo qui va de pair avec l'ouverture du festival au grand public. A l'origine, il se déroulait sur deux jours, contre trois et demi aujourd'hui. Le samedi, Sam Karmann diffuse, gratuitement, des films internationaux qui traitent de handicap et sont en lien avec « The extraordinary festival », en Belgique, puis les commente. L'après-midi, nous offrons à tous une projection suivie d'un débat. La première année, nous avions invité Grand corps malade, qui avait attiré plus de 1 000 personnes. Cette année, nous diffuserons Chamboultout avec la présence de José Garcia, qui incarne le rôle d'un homme devenu aveugle à la suite d'un accident.

H.fr : Seul le thème majeur reste inchangé : emploi et handicap...
MM : Oui, avec notre credo « Le handicap n'empêche pas le talent » car nous sommes partis du constat que les jeunes en situation de handicap, même diplômés, ne trouvent pas de travail. Les entreprises les laissent à la porte et ne prennent, bien souvent, même pas la peine de répondre à leur candidature. Nous avons donc créé ce festival de toute pièce, en partie pour interpeller les décideurs économiques.

H.fr : Les entreprises sont-elles de plus en plus nombreuses au rendez-vous ?
MM : Elles se renouvellent, nous avons deux ou trois nouveaux partenaires chaque année mais, d'un autre côté, nous en perdons. Dans l'idéal, il faudrait accrocher d'autres entreprises. Heureusement, il y a les fidèles qui nous offrent un formidable soutien.

H.fr : Des nouveautés, cette année ?
MM : Oui, nous organisons un « job dating handicap au pays de Saint-Malo », mercredi 6 novembre après-midi, au Palais du Grand large. Les retours sont époustouflants. Plus de 25 entreprises proposent un vaste panel d'offres d'emploi et près d'une centaine de candidats en situation de handicap sont prêts à postuler ! C'est du sérieux, je ne veux pas qu'on soit marchand d'espoir. Si les résultats sont concluants, nous le développerons l'an prochain sur une journée entière. Et pourquoi pas, à terme, organiser un salon de l'emploi. En dépit de certaines réticences, les choses avancent dans le bon sens…

Illustration article
Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr."

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr vous suggère aussi...
0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.