Spectacle des Mines de rien : un instant de bonheur !

Troupe composée de comédiens atypiques, ces "Mines de rien" ne cachent pourtant pas leur jeu, séduisent le public et le font rire. Leur dernier spectacle, La Course des miracles, sera joué le 11 juin 2018 dans le 76 puis le 2 juillet à Paris.

9 juin 2018 • Par

Thèmes :

Illustration article

Cyril, Coralie, Maryse, Pauline, Rafaël et Didier ont tous un point commun, ils sont artistes. De sacrés artistes, drôles, facétieux et spontanés. Un détail n'aura pas échappé au spectateur, ils ont quelques petites « particularités », la trisomie pour certains… Ils sont réunis au sein de la troupe Mines de rien et se donnent en spectacle dans leur 5e pièce, La Course des miracles, une comédie au parfum singulier pleine de questions existentielles, touchantes et absurdes. Entre faux départs, accidents, arrêts, dérives et égarements, chacun voit son chemin perturbé. S'il y a de l'enthousiasme et de l'élan, se pose bien sûr la question du sens ; de ce travail dansé, chanté, rythmé émerge de nombreux petits miracles.

Rien à prouver

Les Mines de rien est une troupe composée de comédiens ordinaires et en situation de handicap, portée par la compagnie Les Toupies depuis 2008. Elle propose l'expérience d'un autre modèle où il n'y a rien à prouver, aucune course à gagner mais le plaisir de partager ensemble des instants de vie et de création. Son objectif est d'amener les comédiens à affirmer leur sensibilité, leur imaginaire et leurs qualités singulières dans un projet commun. Les textes, écrits ensemble, sont inspirés par chacun. Et tant pis si Rafaël a des problèmes de mémoire et des trous sur scène ; « Il oublie tout », affirment ses camarades. La salle n'y a vu que du feu.

Des réactions enthousiastes

En décembre 2017, ils faisaient salle comble au MPAA Saint-Germain (Paris 6) devant un parterre de collégiens. À l'issue de la représentation, la parole est donnée à la salle. Les questions fusent, impertinentes, cash, parfois naïves. « C'est quoi les différentes maladies des comédiens ? », demande une petite fille. Réponse de Sabine d'Halluin, la metteure en scène : « Ils ont un handicap, pas une maladie, c'est une caractéristique. » Cyrile complète : « Je suis trisomique, j'ai quelques différences en moi. » Certains osent une déclaration publique : « J'aime les deux filles. La rouge surtout. ». La rouge, c'est Coralie, une jeune femme avec trisomie 21, resplendissante dans sa robe de gitane. La jeune femme confie aussi pratiquer la danse africaine. Rafaël embraye ; lui aussi est très « sportif », va à la piscine et pratique du « sport théâtral ».

Où voir la pièce ?

En 45 minutes, cette pièce a accompli son petit « miracle » : inviter au partage pour dépasser les préjugés, sans filtre. Une très jeune spectatrice affirme : « Je trouve que c'est courageux de faire ce spectacle et c'est vraiment exceptionnel. » « C'est bien, on rit », conclut une autre. Le public semble conquis… La Course des miracles sera donnée le  11 juin 2018 au soir dans le cadre de L'âme de Fond, festival de créations et d'expression artistique organisé par l'APEI au Drakkar à Neuville-lès-Dieppes (76) du 11 au 16. Une nouvelle chance de les voir le 2 juillet au Conservatoire Paul Dukas (Paris 12). En attendant de nouvelles émotions… À la rentrée 2018-19, Les Mines de rien entrent en phase de création de leur nouveau spectacle.

Résa L'âme de fond : Atelier de jour du Ravelin - 02 32 90 55 77 ou festival.lamedefond@orange.fr

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires2 Réagissez à cet article

Thèmes :

2 commentaires


Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.