Terrasses de restau : le ras-le-bol des piétons malvoyants

Avec la fin des chauffages d'extérieur l'hiver, des restaurateurs demandent en contrepartie de pouvoir élargir leur surface de terrasses aux beaux jours. Les usagers malvoyants redoutent de ne plus pouvoir circuler librement en ville.

• Par

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Illustration article

Finis les cafés en extérieur à 28°C en plein hiver. Les terrasses chauffées ou climatisées sont interdites depuis le 31 mars 2022 selon un décret publié au Journal officiel (lien ci-dessous) pour lutter contre le dérèglement climatique. Si la mesure est saluée par les défenseurs de l'environnement, ce n'est pas tout à fait le même son de cloche du côté des professionnels de la restauration. D'après un article des Dernières nouvelles d'Alsace (DNA), Jacques Chomentowski, président délégué à la restauration et aux débits de boissons à l'Umih (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) du Bas-Rhin, « plaide pour l'installation de joues sur les terrasses pour protéger les clients du vent » et « aimerait également en contrepartie disposer de mètres carrés de terrasse supplémentaires » pour amortir la perte de chiffre d'affaires lié à ce nouveau décret. Une sorte de mesure compensatoire qui n'est pas au goût de la Fédération des aveugles Alsace-Lorraine Grand Est. « Les deux propositions évoquées impliquent inévitablement une entrave à la mobilité des personnes en situation de handicap, dont les personnes aveugles et malvoyantes », dénonce-t-elle.

1'40 m sans obstacles

A l'occasion de la réouverture des terrasses en plein air en sortie de confinement au printemps 2021, le collectif alsacien et lorrain avait déjà mis en garde contre l'extension annoncée par la mairie de Strasbourg de 350 restaurants et cafés de la ville (article en lien ci-dessous), rappelant au passage la loi sur la largeur minimale du cheminement piéton. Celui-ci doit être libre de tout mobilier ou de tout autre obstacle le long du bâti sur 1'40 mètre minimum. Avec ces nouveaux obstacles de parcours, certains usagers malvoyants craignent tout simplement d'être contraints de ne plus pouvoir se rendre en centre-ville. Pour éviter d'en arriver là, la Fédération annonce travailler avec la mairie strasbourgeoise pour rédiger un nouvel arrêté municipal qui tient compte de ces difficultés, qui impliquent les personnes en situation de handicap mais aussi âgées ou encore les parents avec poussettes (article en lien ci-dessous).

Partager sur :
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Clotilde Costil, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

Handicap.fr est gratuit, aidez-nous à le rester. Soutenez-nous !

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.