En allant voter, Brigitte Macron converse sur l'autisme

Résumé : C'est en allant voter dans le Pas-de-Calais que Brigitte Macron a échangé quelques mots avec le député sortant LR Daniel Fasquelle. Leur conversation informelle a alors porté sur l'autisme...

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Le dimanche 18 juin au matin, Brigitte Macron allait voter au Touquet lorsqu'elle a été accueillie par Daniel Fasquelle. Leur conversation « informelle » a porté sur l'autisme, rapporte le site de La voix du Nord (article en lien ci-dessous). « Je reçois chaque jour de nombreuses lettres à ce sujet », a confié le député qui a créé, avec quelques parents, l'EPEAM (École parentale pour enfants autistes du Montreuillois). En France, la prise en charge des enfants avec autisme reste particulièrement difficile, notamment par manque de places dans des structures adaptées.

Fasquelle : engagé en faveur de l'autisme

Daniel Fasquelle, député sortant de cette quatrième circonscription du Pas-de-Calais pour Les Républicains, également maire du Touquet, s'est illustré pour ses actions dans le domaine de l'autisme en France. En 2010, il crée un groupe d'étude parlementaire sur ce thème et obtient en 2012 le label Grande Cause nationale. En janvier 2012, il présente une « proposition de loi visant l'arrêt des pratiques psychanalytiques dans l'accompagnement des personnes autistes, la généralisation des méthodes éducatives et comportementales et la réaffectation de tous les financements existants à ces méthodes », favorisant la prise en charge comportementaliste au détriment de la psychanalyse. Fin 2016, il propose une nouvelle résolution « invitant le Gouvernement à promouvoir une prise en charge de l'autisme basée sur les recommandations de la Haute autorité de santé » (article en lien ci-dessous). Cette résolution, qui a eu le don de faire hurler les psychanalystes, est rejetée.

Brigitte Macron : des actions en faveur du handicap ?

De son côté, Brigitte Macron s'est exprimée à plusieurs reprises dans les medias sur sa volonté de jouer un rôle dans le domaine de l'éducation... mais pas seulement. Elle dit vouloir également s'investir sur d'autres sujets comme la culture, la condition des femmes ou encore le handicap. Dans la logique des annonces faites par son mari qui a déclaré vouloir faire du handicap l'une des priorités de son quinquennat ? Reste à savoir quel rôle et marge de manœuvre seront accordés à la nouvelle Première dame. Daniel Fasquelle aura, quant à lui, tout loisir de poursuivre son combat puisqu'il conserve son siège de député. Il était opposé au tandem En Marche ! Thibaut Guilluy et Tiphaine Auzière, qui n'est autre que la fille de… Brigitte Macron ! Et donc la belle-fille du Président.

© Photo d'illustration générale prise lors de la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron à la mairie de Paris.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 19-06-2017 par Walter Salens :
Bien d'autres personnes agissent depuis longtemps dans ce domaine délicat de l'autisme, concrètement au-delà des paroles. D'un jour ou pas, that's the question. Trois photos: un peu to much, non?

Le 20-06-2017 par ase rendez moi mon bébé :
Sous prétexte que j'ai un léger autisme, je n'ai pas le droit de vivre avec mon bébé, né le 20 / 05 / 2017 et qui m'a été retiré après mon accouchement à la maternité de l'hopital Antoine Beclerc 92 Clamart et placé en pouponnière derrière des barreaux,avec des personnes inconnue, qui n'en a rien à faire du bien être de mon bébé, mais qui sont la uniquement pour faire du chiffre. J'ai moi plein d'amour et d'affection à donner à mon bébé

Le 20-06-2017 par l'ase sans contrôle :
Ma fille avec un léger autisme, à été placé dans des centres médicaux spécialisés, par l'ase, du Plessis Robinson 92. Ces placements abusifs, suite aux décisions inappropriés ont eu de graves conséquences sur la santé psychique et sociale de ma fille. A l'âge de 16 ans ma fille, est sans solutions de prise en charge, elle a aujourd'hui 24ans. Elle vie très mal le fait qu'aucune institutions ne veux l'accepter, du fait de son parcours en centre medico spécialisés.
Je souligne que l'ase m'a rendu ma fille, qui était en grande détresse post traumatique. J'ai du lui apprendre à lire, compté écrire ect. . . Elle est parfaitement autonome, fait seule ces démarches. Elle vient même d'être maman, mais malheureusement, comme nous sommes restés dans le collimateur de l'ase, du fait de mes différents reprochés que j'ai fait à leurs encontre. L'ase à retirée le bébé, de ma fille. Faisant de faux rapports à charge contre moi,pour se donner bonne conscience.

Le 21-06-2017 par Walter Salens :
A l'ase sans contrôle: Bonjour Madame et à votre fille aussi: vos accusations sont graves et il est compréhensible qu'à un moment donné il est important de s'exprimer. Néanmoins, les lecteurs et commentateurs sur le site ou sur FB peuvent difficilement
apporter conseil ou aide. J'espère que vs prenez conseil auprès d'autres sources, associations ou personnes qualifiées. Bonne journée malgré la canicule.

Le 29-06-2017 par ARIOTT :
Les pires maltraitances que l'on peut faire à une personne avec autisme sont de ne pas l'éduquer, de ne pas l'instruire à l'école de la République et de la laisser croupir dans son autisme dans un établissement d'obédience psychanalytique.La France a été condamnée à 5 reprises par le Conseil de l'Europe pour discrimination pour non-respect du droit à l'enseignement à l'égard des autistes.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr