Centres experts : un suivi efficace pour patients bipolaires

Résumé : Depuis 2010, 10 centres experts en France assurent le suivi personnalisé de patients bipolaires. Une étude rend compte de leur efficacité : moins de symptômes dépressifs, de troubles multiples et d'hospitalisations...

Par , le 

Réagissez à cet article !

Les Centres experts, pour quoi, pour qui ? C'est un modèle innovant d'aide au diagnostic et à la prise en charge de personnes atteintes de troubles bipolaires. Mises en place en France en 2010 par la Fondation Fondamental et financées par les Agences régionales de santé, ces consultations spécialisées proposent des évaluations exhaustives réalisées par une équipe multidisciplinaire afin de définir des projets de soins, qui sont expliqués au patient et adressés au psychiatre traitant. Leur ambition ? Promouvoir une médecine personnalisée en psychiatrie. On en compte dix répartis sur l'ensemble du territoire français.

Efficacité prouvée

Une étude menée pendant deux ans sur des patients bipolaires vient démontrer leur efficacité. « Après plusieurs années d'existence, nous avons souhaité évaluer l'impact de la prise en charge que nous proposons », explique le Pr Chantal Henry, l'un de ses trois auteurs. « Pour ce faire, nous avons conduit une étude longitudinale portant sur 984 patients bipolaires ayant eu au moins un suivi à 12 ou à 24 mois. » Rendue publique en septembre 2017, elle atteste une amélioration nette de la santé des patients et de leur prise en charge. « Les résultats sont sans appel, selon Fondamental. Les patients s'améliorent avec une diminution des symptômes dépressifs et maniaques, des troubles du sommeil et une baisse de la fréquence des comorbidités notamment des troubles anxieux, des abus de substances et de la consommation de tabac. »

Une amélioration globale

Ceci se traduit par une amélioration du fonctionnement global des patients. Cette étude observe également une meilleure adéquation des traitements aux recommandations internationales qui se traduit par une augmentation de la prescription des thymorégulateurs (traitement de référence des troubles bipolaires) et une diminution des antidépresseurs. Enfin, les durées d'hospitalisation sont réduites de moitié, passant de 17 jours en moyenne à 7,5 après deux ans de suivi en Centre expert avec l'accompagnement ad hoc. « Cette première étude apporte la preuve de l'efficacité de ce dispositif et de la nécessité de déployer un niveau de recours en psychiatrie », conclut le Pr Pierre-Michel Llorca, directeur des soins.

La bipolarité, c'est quoi ?

Les troubles bipolaires sont la 6e cause de handicap dans le monde. Aujourd'hui, en France, 2% de la population, soit près de 1,3 million de personnes, en est atteinte (article en lien ci-dessous). Ils se caractérisent par une alternance de phases dépressives et d'exaltation (dites maniaques) qui entraînent des troubles importants au niveau de la pensée, des actes, des émotions, du comportement et de l'état physique. Ces épisodes sont entrecoupés de périodes pendant lesquelles on peut observer, chez certains patients, la persistance de certains troubles : difficultés de sommeil, hyperréactivité émotionnelle, troubles cognitifs… Maladie grave, invalidante et chronique, elle connait un pic d'apparition chez les 15-25 ans. Elle est, encore aujourd'hui, difficile à diagnostiquer, ce qui retarde la prise en charge et son efficacité. Les conséquences sont désastreuses tant sur le pronostic de la maladie que sur la qualité de vie des patients chez lesquels on observe des taux élevés de chômage, de ruptures familiales, de dépendances à l'alcool et à la drogue. 25% d'entre eux ont fait des tentatives de suicide, lesquelles sont fatales dans 15% des cas.

© Photographee.eu/Fotolia

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr