Sophie Cluzel nommée au Handicap : réactions à chaud !

Résumé : Issue du monde associatif et maman d'une jeune fille trisomique, Sophie Cluzel est nommée secrétaire d'Etat en charge du handicap. Comment réagissent les associations et les personnes concernées par le handicap ?

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Sophie Cluzel, la nouvelle secrétaire d'Etat en charge des Personnes handicapées (article en lien ci-dessous), est présidente de la Fnaseph (Fédération nationale pour un parcours scolaire social et professionnel des enfants et jeunes handicapés).

« Travailler ensemble »

« Depuis 20 ans, à la naissance de mon quatrième enfant, Julia, avec une trisomie 21, je me suis engagée pour porter les projets des jeunes des familles d'enfants handicapés, les accompagner dans les procédures complexes, dans l'expression de leurs attentes, leurs besoins, leurs souhaits, explique-t-elle. Sans cesse sur le terrain, mon engagement a été de travailler en partenariat avec tous les acteurs pour fluidifier le parcours des jeunes de leurs familles et des personnes en situation de handicap en général. » Selon elle, les « associations sont des acteurs incontournables mobilisables, les personnes elles-mêmes sont expertes de leur situation ; il nous faut les écouter et travailler ensemble. »

Rattaché au Premier ministre

Ce sujet transverse touche tous les domaines de la vie publique et l'engagement du Président de la république de porter le secrétariat aux personnes handicapées auprès du Premier Ministre serait-il le gage réel de cette transversalité ? Sophie Cluzel confie que « 20 ans d'actions associatives ont forgé ses convictions et sa détermination ». Elle affirme qu'elle « aura besoin de toutes les associations et de toutes les bonnes volontés pour accomplir cette mutation vers une société plus inclusive ».

Quelles réactions ?

Globalement, sa nomination a suscité des réactions plutôt positives, notamment de la part des associations de personnes handicapées qui se réjouissent que l'une des leurs, issue de la société civile, accède aux plus hautes fonctions de l'Etat. Rappelons que ses prédécesseures étaient, par exemple, Marie-Anne Montchamp (femme politique), Marie-Arlette Carlotti (femme politique) et Ségolène Neuville (médecin et femme politique). La majorité se félicite également que ce secrétariat d'Etat soit désormais rattaché au Premier ministre, et non plus au Ministère de la Santé, comme promis par le candidat Emmanuel Macron, permettant ainsi une approche transversale du handicap. Même constat sur les réseaux sociaux où les personnes concernées y voient un message de bon augure, restant néanmoins septiques sur la marge de manœuvre de la nouvelle ministre. Florilège des réactions au fur et à mesure qu'elles nous parviennent...

Unapei : « qui va le faire ? »
Selon l'Unapei, la « France doit réarmer sa politique du handicap ». Le premier réseau d'associations représentant les personnes handicapées intellectuelles en France adresse une lettre ouverte au nouveau premier ministre Edouard Philippe. Il appelle le Gouvernement à respecter les engagements du Président de la République auprès des personnes handicapées, qui ont été énoncés lors de la campagne présidentielle. Cela devra passer par la mise en œuvre d'une politique ambitieuse du handicap, qui soit transversale et assortie de véritables moyens. L'Unapei lance simultanément une action sur Twitter intitulée # QUIVALEFAIRE.

France Alzheimer : la perte d'autonomie oubliée ?
France Alzheimer, porte-parole de 3 millions de personnes concernées par la maladie, prend acte des nominations du Pr Agnès Buzyn à la tête du ministère des Solidarités et de la Santé, et de Sophie Cluzel au secrétariat d'Etat aux Personnes handicapées. Les nominations de ces deux expertes suscitent, malgré tout, des interrogations : pourquoi avoir affranchi les nouveaux ministère et secrétariat d'Etat des termes « personnes âgées » et « perte d'autonomie » ? Deux termes qui avaient toute leur place dans les gouvernements précédents, un secrétariat d'Etat leur étant jusqu'ici dédié. Les personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer ou une pathologie apparentée relèveront-elles désormais du secrétariat d'Etat aux Personnes handicapées ? Dans l'affirmative, cela préfigure-t-il de la suppression de la barrière d'âge de 60 ans délimitant aujourd'hui le champ du handicap et de la perte d'autonomie, et les différences de prise en charge inhérentes ? Les enjeux liés à la perte d'autonomie des personnes âgées sont-ils au contraire agrégés aux « Solidarités » ? Dans ce cas, pourquoi leur accorder une importance moindre compte-tenu des enjeux majeurs que pose le phénomène pour les années à venir ?

APAJH : une nomination saluée
L'APAJH salue la nomination d'une responsable du secteur associatif et rappelle que « l'APAJH entend présenter ses propositions et revendications dans l'intérêt des concitoyens en situation de handicap etresterles aiguillons pragmatiques d'une société qui demande plus de solidarité et une accessibilité universelle réelle ».Son président, Jean-Louis Garcia, poursuit en précisant que, par sa présence nationale et son action, « l'APAJH facilitera le passage de l'engagement de campagne à la réalisation et restera un partenaire ambitieux et exigeant des pouvoirs publics ». Et d'ajouter : « Ce quinquennat s'ouvre donc sur des attentes des personnes en situation de handicap auxquelles la société doit répondre ».

APF : une « femme engagée »
L'Association de paralysés de France salue une « femme engagée » mais propose une « feuille de route » dès le début de ce quinquennat : prise en compte des situations de handicap dans les réformes à venir dès cet été sur l'emploi, l'éducation et la santé. Elle attend que l'augmentation de l'AAH de 100 euros promise par le candidat Macron soit mise en œuvre dès 2017 et que la réflexion sur le revenu d'existence soit engagée. D'autres priorités : l'élargissement du périmètre de la prestation de compensation du handicap à l'aide à la parentalité et la suppression de la barrière d'âge à 75 ans, et la présentation d'une stratégie pour une accessibilité universelle. Pour l'APF, c'est dès maintenant que des mesures d'urgence sont attendues. Elle souhaite la tenue d'Etats généraux du handicap et une Conférence nationale du handicap avant fin 2017.

Fédération des aveugles de France : « espérance et satisfaction »
La Fédération des aveugles de France accueille avec espoir et satisfaction la formation du nouveau gouvernement. « C'est l'arrivée d'une femme engagée dont on sait l'implication en faveur des progrès de l'école inclusive ». Son président, Vincent Michel, dit également sa « grande espérance » dans la nomination d'Agnès Buzyn au ministère des Solidarités et de la Santé. Les aveugles de France n'oublient pas pour autant les principales discriminations dont ils sont l'objet, notamment l'accès au livre puisque moins de 5% des livres sont aujourd'hui adaptés. Avec Françoise Nyssen à la Culture, ils espèrent que cette question sera enfin traitée efficacement. Néanmoins une réelle vigilance : « les promesses doivent maintenant se mettre en marche ».

Collectif citoyen handicap : « un conflit d'intérêt »
Le Collectif citoyen handicap exprime « sa vive inquiétude ». Selon lui, « Mme Cluzel est présidente de la Fnaseph qui réunit l'ensemble des associations gestionnaires d'établissements et structures destinés aux personnes en situation de handicap qui perçoivent chaque année de l'Etat plus de 13 milliards de subventions. Par conséquent, cela montre un grave conflit d'intérêt entre celle-ci et ses collègues-amis. Nous craignons que, dans l'exercice de ces fonctions, madame Cluzel fasse preuve de largesse et intervienne dans les nombreux appels d'offres favorisant ses camarades. » Et le CCH de redouter que cela ne conduise « qu'à l'ouverture de plus de structures encore ».

Matthieu Annereau : « toute confiance »
Matthieu Annereau, élu non-voyant, qui a rejoint le mouvement En Marche ! après avoir adhéré à LR, déclare : « Elle est issue du monde associatif et maman d'un enfant trisomique ; riche de cette double expérience, je lui fais toute confiance pour réussir dans sa fonction ».

FNATH : « un travail constructif »
Selon l'association des accidentés de la vie, « le parcours associatif de la nouvelle secrétaire d'état est de nature à permettre un travail constructif avec les associations de personnes handicapées, qui demandent une véritable co-construction de la politique du handicap. » Mais de rappeler que les chantiers qui l'attendent sont nombreux : la situation de l'emploi des travailleurs handicapés reste catastrophique, la question de leur pouvoir d'achat doit pouvoir être posée pour les sortir de la pauvreté, la Cité reste globalement inaccessible malgré les promesses faites dans le cadre de la loi de 2005, les enfants et adultes handicapés exilés en Belgique…

© Présidence de la République

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 21-05-2017 par AFRT :
Pour moi, le premier dossier est celui des AVS, mieux rémunérées et avec un véritable statut, on ne peut plus fonctionner comme-ça, c'est insupportable pour les familles. Meilleur prise en charge de la Recherche des pathologies handicapantes, la loi de 2005, n'est pas respectée dans ce domaine, président de l'AFRT, Association Française pour la Recherche sur la Trisomie 21, que Madame Cluzel connait bien, et concernée, j'espère qu'elle sera à nos cotés, la recherche médicale est la meilleur réponse aux handicaps, ce n'est pas le précédent gouvernement qui a arrangé les choses, , à quand la mise en application de la loi de 2005, reportée au calandre grec, j'y ai aussi travaillé pour un Sénateur, Président de la Commission des affaires sociales au Sénat, fait des propositions, de bons sens, comme des bornes d'appel sur les autoroutes derrières les barrières de sécurité, pour des personnes en fauteuils, le budget de ce ministère sera de combien de centimes d'euro

Le 01-06-2017 par chantal :
A quand le relèvement du seuil des 60 ans pour l'attribution de la PCH? Handicapée depuis l' âge de 61 ans le gouvernement va encore me ponctionner 1,7% de CSG alors que je dois faire face au coût des Aides à domicile,l' Apa n'étant pas dimensionnée pour un handicap lourd à un âge loin de celui concernant la dépendance des personnes âgées. Par ailleurs les normes d' accessibilité sont à revoir pour l'accès des immeubles d' habitation ( franchissement des portes extérieures souvent trop lourdes pour accès hall d'entrée et normes pour les balcons terrasses)

Le 12-06-2017 par Lilhandi :
Pour moi, handicapée à mobilité réduite à cause d'une maladie rare et mise en invalidité d'office par la CPAM de Lille à l'âge de 40 ans, étiquetée depuis un an paraplégie spastique spg7, j'ai atteint 72 ans difficilement en élevant trois fils, mon époux travaillant jusqu'à 65 ans, a été reconnu comme mon aidant familial depuis cinq ans. J'ai besoin d'assistance et une carte GIC et à + 80%. Nous souhaitons que ce renouvellement de PCH soit accepté, d'autant qu'elle est imposable. Nous avons des charges supplémentaires, mon époux devant me conduire dans les différents secteurs hospitaliers en voiture, nous n'utilisons jamais d'ambulances et je ne peux plus prendre les transports urbains, ayant des troubles de l'équilibre et étant appareillée des pieds jusqu'aux genoux.
J'espère qu'elle ne s'intéressera pas seulement à ceux qui sont en âge de travailler et encore en capacité.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr