Agefiph, j'ai le bon profil !

Autisme, Claire Compagnon nommée déléguée interministérielle

Résumé : Claire Compagnon, inspectrice générale des affaires sociales, a été nommée "déléguée interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme" le 27 avril 2018 en conseil des ministres.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Annoncée le 6 avril 2018 par le Premier ministre Édouard Philippe, la nouvelle fonction de "délégué interministériel à la stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement" est placée "sous l'autorité du ministre chargé des personnes handicapées", selon un décret publié le 26 avril 2018 au Journal Officiel (article en lien ci-dessous).

Reconnaître l'expertise des personnes

C'est Claire Compagnon, inspectrice générale des affaires sociales, qui sera chargée de coordonner la mise en oeuvre de la stratégie sur cinq ans (2018-2022) annoncée pour mieux prendre en charge les enfants et adultes autistes. Elle a pour mission de piloter le déploiement de la centaine de mesures prévues, qui mobilisent une enveloppe nouvelle de 344 millions d'euros au bénéfice de l'amélioration de la réponse aux besoins des personnes tout au long de leurs parcours de vie. Elle sera soutenue par une équipe en cours de constitution. Selon un communiqué du secrétariat d'Etat au Handicap, elle devra "garantir le recours structuré et constant à l'expertise des usagers, des professionnels et des scientifiques dans la mise en œuvre de la stratégie. Elle s'appuiera pour cela sur le conseil national des troubles du spectre autistique et des troubles du neuro-développement, créé par ce même décret. Il doit permettre notamment la reconnaissance de l'expertise des personnes et des familles et leur pleine association au suivi de la stratégie,  comme elles l'ont été à l'ensemble de la concertation préparatoire."

Quel parcours ?

Membre de l'Igas depuis 2015, Mme Compagnon avait été chargée de l'évaluation du troisième plan autisme (2013-2017). Elle a également coordonné les travaux pour l'élaboration de cette nouvelle stratégie. Auparavant, cette ancienne militante associative avait longtemps travaillé pour les droits des usagers de la santé. Elle avait notamment réalisé en 2009 pour la Haute autorité de santé (HAS) un rapport sur "la maltraitance ordinaire dans les établissements de santé". Sophie Cluzel soughaite que cette nomination "change effectivement la donne pour les 700 000 personnes atteintes d'autisme en France et leurs familles ainsi, plus largement, que l'ensemble de celles connaissant des troubles du neuro-développement dont la stratégie doit permettre un meilleure repérage pour garantir une intervention précoce."

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr