Digitrack : l'appli pour diagnostiquer l'autisme via l'œil

Résumé : Projet innovant, Digitrack est une application de suivi de l'œil. Sa finalité : pouvoir déceler précocement l'autisme ou certains troubles neurologiques. L'essai clinique en cours doit faire ses preuves pour attirer les investisseurs.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Comment un outil commandé par l'œil pourrait-il détecter dès le plus jeune âge des troubles comme l'autisme ? L'application Digitrack investit les laboratoires de recherche avec l'objectif de poser un diagnostic à l'aide d'une simple tablette et d'un doigt. À destination des professionnels de santé, son concept s'appuie sur une technologie de mesure de l'attention visuelle.

Là où le regard s'attarde

Développée par Jean-René Duhamel, directeur de recherche à l'Institut des sciences cognitives, et par Angela Sirigu, directrice de recherche au Centre de neuroscience cognitive, Digitrac, son fonctionnement est simple : une photo entièrement floue est soumise à l'utilisateur qui doit se servir de son doigt pour explorer l'image. À l'issue du test, un algorithme retrace les mouvements effectués, indiquant les zones où le regard du sujet s'est le plus attardé. Jean-René explique : « Ici, l'interface tactile mime le travail de la rétine, on part d'un cadre flou et, en glissant le doigt, l'image devient fixe. ».

Déceler les évitements oculaires

Ce projet pourrait donc avoir un intérêt dans le dépistage de certains troubles puisqu'il permet d'identifier efficacement les comportements visuels et de déceler des formes d'évitement oculaire, une des caractéristiques de l'autisme. Les personnes autistes limitent en effet le contact visuel direct avec autrui. C'est donc naturellement que leur regard évitera le visage ou les yeux d'une autre personne, même en photo ! Sur les tests réalisés jusqu'à présent (un essai clinique est en cours), on observe des parcours de l'œil différents entre des personnes avec autisme ou non. D'autres troubles neurologiques associés à des troubles de la prise d'information, de l'attention et de la mémoire visuelle, tels que les maladies neurodégénératives, peuvent également être concernés par cette application. Le chemin de l'œil de l'enfant permettrait également de prédire des cas de difficulté à la lecture ou de dyslexie. Plus qu'un outil médical, Digitrack pourrait très vite s'illustrer dans d'autres champs techniques, tels que le marketing ou l'éducation.

Un soutien nécessaire

Aujourd'hui, le programme fait appel à des entrepreneurs pour le soutenir financièrement. Pulsalys, SATT (Société d'accélération du transfert de technologies) de Lyon/Saint-Étienne, a financé une partie de la recherche et déposé deux brevets pour protéger et développer les algorithmes du logiciel. Depuis 2015, elle sélectionne et accompagne les startups les plus prometteuses dans le domaine de l'innovation technologique pour leur permettre de se développer grâce à un fonds de soutien. En septembre 2018, elle lance, en partenariat avec l'Université de Lyon, un appel à projets « Tech 4 Inclusion » autour de la question de l'inclusion de tous et plus particulièrement des personnes en situation de handicap physique, mental et d'exclusion sociale.

©Pixabay

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Margot Blachon , journaliste Handicap.fr"


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr