Les auxiliaires de vie scolaire souffrent de précarité

Résumé : Aujourd'hui près de 15.000 personnels, tous statuts confondus, permettent à des milliers de jeunes de suivre une scolarité en milieu ordinaire, en les accompagnant dans leur accès à l'autonomie (déplacement, prises de notes, organisation, communic

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Des syndicats de l'enseignement (SNUIpp-FSU, SNES-FSU, SGNE-CFDT) et des associations actives dans l'accompagnement à l'école des élèves en situation de handicap s'inquiètent de la précarité des contrats des auxiliaires de vie scolaire (AVS). Souvent, ils occupent des emplois précaires de quelques mois", avec des contrats d'avenir (CA) ou d'accès (CAE) à l'emploi limités à deux fois trois ans maximum.

 

Cette précarisation peut s'avérer, selon ces syndicats et associations, nuisibles à la qualité du service publique ainsi que de la formation de ces personnels. Ils leur semble urgent de pérenniser cette mission d'accompagnement, en créant un "véritable métier de l'accompagnement scolaire, qui "mette fin à la situation de précarité des personnels.

 

Le ministère de l'éducation, à la rentrée 2007, avait annoncé la création de 2.700 postes supplémentaires s'ajoutant au 13 600 AVS dénombrés. A cette occasion, le ministre Xavier Darcos avait signé à l'époque une convention sur la formation des AVS avec plusieurs associations de personnes handicapées (APF, Apajh, Unapei).

 

Pour la pleine participation des personnes handicapées à la vie de la Cité et à leur reconnaissance en tant que citoyen à part entière, l'intégration scolaire en milieu ordinaire est un enjeu stratégique

 

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 06-03-2008 par jeanne :
avs depuis 2 contrant avenir sur 2 années scolaires, à 54 ans à quand un CDI?

Le 06-03-2008 par minault :
je trouve honteux aujourd'hui que se soi que des employe precaire ,car moi meme pour ma fille qui est dyslexique, cel a lui est indispensable a l'école sinon elle ne pourrai pas suivre une scolarité normal.
Le gouvernement devrait faire des emploi definitif meme si cela reste du temps partiel, car des personnes peuvent travailler tout en etant avec sa famille et ses enfants.

Le 06-03-2008 par tit\\\'ju :
je tiens à préciser qu'il existe une association qui se bat pour la reconnaissance des AVS : l'UNAÏSSE dont voici le site : http://unaisse.free.fr

Le 08-03-2008 par Angélique :
Notre fils autiste de haut niveau est en CE2 15H par semaine avec une AVSi remplaçante. L'inspection académique ne lui donne aucune formation car elle est remplaçante, elle se forme donc elle même avec notre aide et celles des professionnels qui s'occupent de notre fils. L'enseignante elle non plus n'est pas formée, mais là c'est son choix elle ne veut pas se former et refuse notre enfant dans sa classe. Résultat notre fils est dans la bibliothèque avec son AVSI inexpérimenté et la porte est fermée. Il ne voit les enfants qu'à la récréation.
Je trouve cette situation inadmissible mais malgré nos protestations auprès de la référente de l'inspection académique, rien n'a changé.
Nous n'avons qu'une hâte c'est que cette année passe vite et que l'année prochaine l'enseignante sera plus accueillante et volontaire pour intégrer notre enfant qui est dans sa 7ème année scolaire. Nous sommes découragés et très en colère.....

Le 22-03-2008 par Crépuscule :
C'est à l'Education Nationale de scolariser, le problème, c'est que les AVS ne sont pas des enseignants.

En Italie, ce sont les enseignants qui suivent les enfants en situation de handicap dans leur scolarisation tout au long de leur parcours.

Suppression de postes d'enseignants et remplacements par des AVS.

Le gouvernement est franchement manipulateur d'autant plus, lorsque l'on conditionne la scolarisation d'un enfant que s'il y a un AVS à ses côtés, c'est comme conditionner la scolarisation d'un enfant s'il présente un handicap que s'il va en ets spécialisé.

Oui, il faut des AVS pour les actes de la vie quotidienne que l'enfant ne peut faire seul mais surtout des enseignants...

Le 22-03-2008 par Crépuscule :
Je ne pense pas par ailleurs, qu'il s'agisse de formations à tout prix des enseignants (puisqu'ils sont déjà formés à priori), sorti qu'ils n'ont pas l'habitude d'accueillir des enfants en situation de handicap, mais pour la non discrimination, bien de réforme des formations dans les IUFM...

Le 31-07-2009 par chebchoub :
je voudrais juste attirer votre attention que danss les etablissements scolaires français à l'étranger l'auxiliaire de l'enseignement est à la charge des parents à raison de cent euros par semaine ,ce qui est excessivement cher ,je crois que cela concerne les elèves qui ne sont pas de nationalité française ,nous sommes concernés ,nous avons une fille qi beneficie de cet enseignement adapté ........je tiens aussi à exprimer ma gratitude au ministère de l'enseignement français d'avoir mis en place ce système et d'avoir surtout donner à ces enfants la possibilité des'integrer un jour dans la vie normale
je pense qu'il faut appliquer le m^me reglement aux etrangers puisqu'ils sont scolarisés dans des établissements français merci beaucoup

Le 04-08-2009 par olinda :
J' ai travaillé de 2005 à début 2007 dans un lycée sous contrat CAE,j' avais comme responsabilité de rentrer dans le logiciel de l' éducation national, la présence et l' absence des élèves et de sortir les lettres d' absences à envoyer aux parents, ce poste me plasait de plus javais le contact avec les éléves, les parents d' éléves et les professeurs mais l' ambiance laissez à désirer car si les surveillants étaient au courant d' informations nous, nous devions courir aprés pour être tenue informé, bref de ce travail, j' en garde un mauvais souvenir car être en CAE n' équivaut pour certain qu'à être des bouche trous.
Pour terminer, ceux qui sont embauchés par l' éducation national à ce poste depuis des années, souffrent eux aussi de déconsidération et d' aprés ce que je sais ces postes vont disparâitre à plus ou moins échéance.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr