Un nouveau statut d'accompagnant pour les élèves handicapés

Résumé : Un rapport sur la professionnalisation des assistants d'enfants et jeunes handicapés propose de créer une nouvelle fonction d'accompagnant, en leur assurant une formation validée par un diplôme, et un cadre d'emploi.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

PARIS, 25 juin 2013 (AFP) -

Un rapport sur la professionnalisation des assistants d'enfants et jeunes handicapés propose de créer une nouvelle fonction d'accompagnant, en leur assurant une formation validée par un diplôme, et un cadre d'emploi.

Ce rapport, rédigé par un groupe de travail interministériel présidé par Pénélope Komites, a été remis mardi aux ministres déléguées George Pau-Langevin (Réussite éducative) et Marie-Arlette Carlotti (Personnes handicapées). Il constate que de nombreux élèves handicapés sont scolarisés en milieu scolaire ordinaire, grâce à "un accroissement très important du nombre d'auxiliaires de vie scolaire". Pourtant, "ces personnels ont été recrutés à des niveaux de formation initiale divers et dans un cadre d'emploi précaire ne permettant pas de leur assurer une rémunération décente, de professionnaliser leur fonction et de capitaliser leur expérience", estiment les auteurs du rapport.

Cette situation rejaillit sur l'accompagnement des enfants et jeunes handicapés, qui y perd en qualité, fluidité et continuité, ajoute le rapport. Il propose donc la création d'une fonction plus large d'Accompagnant de Jeune Handicapé (AJH) qui concernerait tous les lieux de vie du jeune:  domicile, transport, structures de la petite enfance, établissements scolaires et universitaires, lieux de stage et d'apprentissage, lieux de loisirs ...

Afin de clarifier le rôle des accompagnants, le groupe de travail a validé un "référentiel de fonctions et d'activités", de compétences et de formation, pour permettre "une qualification inexistante à ce jour et l'obtention d'un diplôme". Il a également défini le cadre d'emploi de la fonction d'accompagnant, qui relèverait d'un groupement d'intérêt public (GIP) dans lequel l'Education nationale aurait "un rôle de premier plan", avec des contrats de droit public. Les autres partenaires du GIP seraient notamment les collectivités locales, les Caisses d'Allocations Familiales, l'Agepfiph (association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées) ainsi que des associations.
Selon le rapport, "ce statut permettrait aux AJH de sortir de la précarité"et "de pouvoir travailler à temps complet". Selon le rapport, 210.395 élèves en situation de handicap étaient scolarisés en milieu ordinaire en 2011/12.

Dans un communiqué, Mmes Carlotti et Pau-Langevin ont affirmé leur volonté d'"agir pour la professionnalisation des accompagnants", précisant que ce rapport sera examiné lors du prochain comité interministériel du handicap. L'Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés (APAJH) a pour sa part salué "un rapport s'attachant aux élèves en priorité, tout en garantissant un cadre d'emploi sécurisé".
paj/db/bg

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 26-06-2013 par isa24 :
Peut-on postuler quand on a été AVS pendant 4 ans? (2007 à 2010?)

Le 26-06-2013 par Anne :
A quand le passage du projet à la réalité ??? Je suis intéressée +++ en tant que maman ET en tant qu'AVS !

Le 26-06-2013 par méline :
il existe déjà une branche professionnelle: les moniteurs-éducateurs (dont certains ont de l'expérience en milieu scolaire), qui sont censés accompagner entre autres, les personnes en situation de handicap dans les actes de la vie. Ce projet ne risque t-il pas de faire doublon? Les moniteurs-éducateurs ne seront-ils pas à nouveau remplacés comme c'est déjà le cas avec les AMP dans certains établissements?

Le 26-06-2013 par cecile :
une mascarade oui
comme d'habitude de la poussière aux yeux pour info les AVS sont à l'heure actuelle recruté avec un niveau minimum BAC et souvent plus...dans l'avenir les AJH seront recrutés niveau CAP/BEP...en effet en progresse
C'est purement scandaleux pour les accompagnant qui comme d'habitude n'ont aucune reconnaissance du travail que l'ont fait au quotidien mais c'est encore moins cool pour les enfants accompagnés comment un élève en secondaire voir plus pourra être accompagné par quelqu'un qui a seulement un niveau CAP ou ça veut dire qu'après le primaire et éventuellement le collège tous les élèves vont en institution...........
ET OUI JE SUIS EN COLERE :-(

Le 28-06-2013 par michemouche :
Réponse l'attention de Cécile :
Madame, je suis EVS/AVS depuis 2 ans, j'ai un CAP et un BEP (secteur tertiaire), et je ne pense pas être plus bête, bien au contraire, qu'une personne qui a le BAC, ah, je suis aussi mère de 6 enfants qui ont eux, bac, licence, Masters et CAPES.
Je ne pense pas que que le fait d'avoir le bac et
donne obligatoirement la capacité ou le savoir faire pour s'occuper d'un
enfants en situation de Handicap.
Cordialement,

Le 29-06-2013 par christine :
méline parle de doublon avec les moniteurs- éducateurs! On peut y ajouter la branche professionnelle des accompagnants d'enfants TSA (trouble du spectre autistique)ayant une licence professionnelle. C'est bien français tout cet éparpillement de compétences.L'éducation nationale n'a qu'à ouvrir ses portes aux professionnels déjà formé s en leur assurant un revenu décent comme ils disent si bien.

Le 16-07-2013 par méline :
entièrement d'accord avec Christine "éparpillement de compétences"! je pense aussi qu'on se disperse (faux problèmes, peur ou méconnaissance ?) est-ce que pendant la période estivale on en oublierait les principaux intéressés qui faute d'accompagnants en feront pourtant les frais à la rentrée ?! Pour éviter les trop longs discours et par solidarité aux familles en attente de place en milieu scolaire ordinaire, je suis prête à proposer mon expérience, mes compétences professionnelles dans ma région, pour préparer avec eux une instruction scolaire individuelle adaptée...

Le 19-07-2013 par Claudine :
Je suis éducatrice spécialisée en SESSAD. J'ai encadré des enfants en grande difficulté en milieu ordinaire.
Là aussi, il y avait des A.V.S et j'ai pu mesurer les différences de nos regards et de nos actions. La formation permet de savoir prendre du recul, d'être reconnu par les enseignants.
J'ai pu constater également que la réussite de l'intégration dépend de la "sensibilité" de l'enseignant.

Un autre point dans la scolarisation en milieu ordinaire, il y a handicap et handicap. Ne jetons pas non plus la pierre aux structures spécialisées qui pour bon nombre font un travail formidable, avec un projet individualisé, comme l'exige la loi. Il vaut mieux quelquefois vivre heureux en milieu protégé que malheureux en milieu ordinaire.
J'ai rencontré des personnes pouvant encore marcher même si cela leur est difficile et qui demande de passer au fauteuil électrique afin d'être plus autonome ou même tout simplement plus rapide !

Le 22-07-2013 par Amélie :
Bonjour,
je me présente, je suis une jeune femme de 28 ans, monitrice-éducatrice et je suis aussi reconnu handicapée visuel. Je rejoins à 100% le commentaire de "michemouche" !
J'ai vécu enmilieu protégée, en clis enupi pour finir en intégration au lycée... ça n'a pas été une réussite ... mais je sus quand même pour car au final je m'en suis sortie ... j'ai trouver ma voie et aime mon metier !
je pense que chaque enfant, chaque personne est différente et chaque handicap l'est aussi ... l'intégration c'est bien mais il faut les bons moyens !
Après ce n'est qu'un point de vu ...

Le 24-08-2013 par val :
Moi je suis diplomée monitrice éducatrice et cela fait 10 ans que je travaille dans l'éducation nationale avec des contrats précaires. On ne me donne pas de poste d'avs car soit disant trop diplômée du coup je ne travaille pas dans le domaine qui me passionne mais par contre on va titulariser des gens qui n'ont pas de diplôme dans ce domaine c'est bien pour eux mais nous qu'est ce qu'on devient ? Je suis démoralisée

Le 18-03-2014 par fanny :
Je suis avs depuis un an, j ai un bac sciences medico sociales et un niveau bts en economie sociale et familiale, cependant pour etre recrute il fallait avoir 1 an de chomage, il m a fallu attendre plusieurs mois pour acceder a ce metier alors que je souhaitais ce poste au plus vite. Pourquoi faut il passer par le pole emploi et pour beneficier d un contrat aussi precaire, si notre cv est interressant pour pratiquer ce metier tres passionnant. De plus, nous sommes, les avs, importantes dans la scolarite des enfants en situation de handicap. J aimerai exercer ce travail tout au long de ma carriere professionnelle mais comment faire avec des cui ou cae, renouvellable année par année et avec une duree limite maximum a 6 ans. A quand les cdi et une reconnaissance de notre travail.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches